Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Economie

Washington souhaite infliger une amende de 16 millions de dollars à Toyota

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/04/2010

Le ministre des Transports a annoncé, ce lundi, vouloir imposer une amende record de 16 millions de dollars à Toyota pour n'avoir pas averti assez vite les autorités de l'existence de pédales d'accélérateur défectueuses.

AFP - Le gouvernement américain veut infliger une amende record à Toyota pour lui avoir caché pendant plusieurs mois ses problèmes d'accélérateurs se coinçant en position basse, "au mépris du risque" que cela posait aux conducteurs.

Le département américain des Transports (DoT) a annoncé lundi qu'il réclamait une amende de 16,375 millions de dollars au constructeur automobile japonais pour lui avoir caché ses problèmes d'accélération involontaire pendant "au moins quatre mois".

Toyota dispose de deux semaines pour s'acquitter de cette amende ou la contester, selon la procédure en vigueur. S'il refuse de payer et n'arrive pas à se mettre d'accord avec l'agence de sécurité routière américaine, la NHTSA, qui dépend du DoT, l'affaire sera alors déférée à un tribunal.

Si elle est confirmée, cette amende serait la plus importante jamais infligée à un constructeur automobile par la NHTSA.

La NHTSA, avait ouvert une enquête le 16 février pour voir si Toyota avait tardé à lui révéler ces problèmes alors que les "constructeurs sont légalement tenus de (la) prévenir sous cinq jours" en cas de problème affectant la sécurité de leurs véhicules.

Or les dirigeants de Toyota ont "en connaissance de cause caché aux autorités américaines un dangereux défaut pendant des mois et n'ont pas pris de mesures pour protéger des millions de conducteurs et leurs familles", a commenté le ministre des Transports Ray LaHood lundi.

Selon le DoT, les 70.000 pages de documents remis par Toyota ont révélé que le constructeur "connaissait ses problèmes de pédales d'accélérateur se coinçant toutes seules depuis au moins le 29 septembre".

Ce jour-là, Toyota "a lancé des procédures de réparation auprès de ses distributeurs de 31 pays européens et du Canada pour répondre à des problèmes d'accélérateur coincé, d'augmentation soudaine du compte-tours et d'accélération soudaine du véhicule", poursuit le DoT dans son communiqué.

Les documents montrent également que "Toyota savait que les consommateurs aux Etats-Unis subissaient les mêmes problèmes" que ceux d'Europe et du Canada, ajoute-t-il.

Or le 29 septembre, Toyota annonçait le rappel de 3,8 millions de véhicules aux Etats-Unis invoquant la possibilité que la pédale d'accélération se coince dans le tapis de sol. Le constructeur passait sous silence les problèmes de pédales se bloquant d'elles-mêmes en position basse.

C'est seulement le 21 janvier que le constructeur, annonçant le rappel de 2,3 millions de véhicules, faisait état pour la première fois d'accélérations involontaires non liées au tapis de sol mais à des pédales se bloquant d'elles-mêmes.

Au total, Toyota a rappelé près de 9 millions de véhicules dans le monde dont plus de six millions aux Etats-Unis depuis l'automne. C'est le plus important rappel jamais enregistré par un constructeur.

"Nous avons déjà pris un nombre important de mesures pour améliorer notre communication avec les autorités de régulation et les clients sur les questions de sécurité et renforcé notre engagement sur la qualité", s'est défendu Toyota dans un communiqué.

Cela "comprend la nomination d'un nouveau directeur de la qualité en Amérique du nord et un plus grand rôle dédié (aux dirigeants) au niveau régional dans le processus de décision lié à la qualité", a précisé Toyota.

Les décisions étaient jusqu'alors centralisées au Japon où se trouve le siège de l'entreprise.

Le DoT a précisé qu'il enquêtait toujours pour déterminer si le constructeur avait "commis d'autres infractions méritant des sanctions supplémentaires".

Première publication : 05/04/2010

  • AUTOMOBILE

    Malgré leurs déboires, les Toyota se vendent bien au Japon et aux États-Unis

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Pour la première fois, Toyota se retrouve devant un tribunal américain

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Le PDG de Toyota s'excuse devant le Congrès américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)