Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Afrique

Inculpation des deux meurtriers présumés de Terre'Blanche

©

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 06/04/2010

Deux employés d'Eugène Terre'Blanche, le leader d'extrême droite qui a été assassiné samedi, ont été inculpés de meurtre. Ils ont quitté le palais de justice sous les vivats de dizaines de Noirs et sont en détention jusqu'à la prochaine audience.

 

Les deux ouvriers agricoles, âgés de 15 et 28 ans, arrêtés samedi après la découverte du corps sans vie du chef du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), Eugène Terre'Blanche, ont été inculpés, ce mardi, d’effraction, de meurtre, de tentative de vol et d’atteinte à la dignité de la victime.
 
Les deux hommes, qui s'étaient immédiatement livrés à la police samedi, ont expliqué avoir battu Eugène Terre’Blanche, leur employeur, car il avait refusé de leur verser leur salaire mensuel de 300 rands (30 euros). "Après avoir agressé le défunt, ils ont baissé son pantalon jusqu'à ses genoux et révélé ses parties intimes", a indiqué le procureur George Baloi pour expliquer le dernier chef d'accusation.
 
Durant toute la durée de la comparution, des centaines de Sud-Africains, Blancs d'extrême droite d'un côté et Noirs de l'autre, se sont massés devant le tribunal de Ventersdorp, ville de la province du Nord-Ouest où le leader extrémiste a été retrouvé mort. Pour prévenir tout débordement, un important dispositif policier a été déployé autour du palais de justice.
 
Les autorités sur le qui-vive
 
L'éternel regain de violence
Les deux suspects ont quitté le tribunal à bord d'un véhicule des forces de l'ordre sous les vivats de dizaines de Noirs. Les militants de l'extrême droite blanche ont en revanche quitté les lieux avant le départ des deux hommes, sans provoquer d’incidents majeurs.
 
Depuis l’annonce du meurtre d’Eugène Terre'Blanche, les autorités sud-africaines restent toutefois sur le qui-vive, craignant une flambée de violence. Peu après l’assassinat, le porte-parole de l’AWB, André Visagie, avait appelé à venger la mort de leur défunt leader, avant de se rétracter.
 
Reste que, pour la presse sud-africaine, ce meurtre constitue un défi de taille pour le président Jacob Zuma. Dans le quotidien "The Times" daté du mardi 6 avril, l’éditorialiste Raenette Taljaard estime que le meurtre d’Eugène Terre'Blanche "réclame une réponse au plus haut niveau, nuancée mais ferme, qui s'engage bien au-delà des simples appels au calme et à la tolérance".
 
Quelques heures seulement après la découverte du cadavre du leader d’extrême droite, le chef de l’Etat est intervenu à la télévision afin d’inviter ses concitoyens à empêcher "les agents provocateurs de profiter de la situation en alimentant la haine raciale".
 
Un défi pour Zuma
 
Une attaque à peine voilée en direction de certains responsables politiques de son propre parti, le Congrès national africain (ANC), régulièrement accusés d’incitation à la haine raciale. Le 9 mars, le président des jeunes de l’ANC, Julius Malema, a entonné devant des étudiants de Johannesburg un chant de la lutte anti-apartheid dont le refrain, pour le moins explicite, est "Kill the Boer" ("Tuons le fermier blanc"). Une initiative que les organisations de défense des minorités blanches ont ressentie à l’époque comme un appel à la violence. Et que les partisans de l’AWB reprochent aujourd’hui d’être à l’origine de l’assassinat d’Eugène Terre’Blanche.
 
"En dix ans, quelque 1 250 fermiers blancs d’Afrique du Sud ont été tués", explique Caroline Dumay, la correspondante de FRANCE 24 au Cap. Avec ce meurtre ressurgissent les vieilles angoisses d’une poignée d’Afrikaners encore convaincus que la majorité noire va tuer la minorité blanche."
 
En clair, Zuma doit à la fois répondre aux peurs des fermiers blancs tout en demeurant le champion de la cause des plus pauvres, la majorité noire qui l'a porté au pouvoir en mai 2009.
 

 

 

Première publication : 06/04/2010

  • AFRIQUE DU SUD

    Après le meurtre du chef des extrémistes afrikaners, Zuma joue l’apaisement

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le leader d'extrême droite Eugène Terre'Blanche assassiné

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)