Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le Quai d'Orsay n'écarte "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

EUROPE

Le juge Garzon sur le banc des accusés pour avoir enquêté sur le franquisme

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2010

Le juge Baltasar Garzon, adulé en Espagne pour avoir traqué l'ex-dictateur chilien Pinochet, est accusé par des organisations d'extrême droite d'avoir monté un "artifice juridique" pour enquêter sur les disparus du franquisme et de la guerre civile.

AFP - Adulé pour avoir traqué l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet, le célèbre juge espagnol Baltasar Garzon sera jugé en Espagne pour avoir voulu fouiller l'encombrant passé du franquisme.

Un juge du Tribunal suprême espagnol, saisi de plaintes d'organisations d'extrême-droite, a décidé d'asseoir le juge vedette espagnol sur le banc des accusés pour "prévarication", a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Cette décision du juge Luciano Varela devrait entraîner à court terme la suspension de Baltasar Garzon de ses fonctions de juge de l'Audience nationale, haute instance pénale qui centralise à Madrid les dossiers de terrorisme, de crimes contre l'humanité et de criminalité organisée.

La législation espagnole prévoit en effet la suspension temporaire de leurs fonctions des juges faisant l'objet d'un renvoi devant un tribunal pour des délits présumés commis dans l'exercice de leur fonction.

Le juge Garzon, 54 ans, est accusé d'avoir monté un "artifice juridique" pour ouvrir une enquête sur les disparus de la guerre civile (1936-39) et du franquisme (1939-75), en ignorant une loi d'amnistie générale votée en 1977 par le parlement espagnol, deux ans après la mort du dictateur Francisco Franco.

Il s'était heurté à un mur et avait dû renoncer à cette enquête fin 2008, face à l'opposition catégorique du parquet.

Le juge Varela avait refusé début février de classer sans suite les plaintes contre Garzon, estimant qu'il avait "ignoré consciemment" la loi d'amnistie qui l'empêchait de se déclarer compétent pour son enquête.

Dans une décision qui devait être officiellement notifiée mercredi aux parties, ce magistrat a rejeté les demandes de M. Garzon, qui souhaitait que soient consultés des juristes espagnols et internationaux sur le bien-fondé de son enquête.

Les plaignants ont un délai de dix jours pour présenter leurs écrits d'accusation qui déclencheront le processus d'ouverture du procès devant une formation collégiale de juges du Tribunal suprême.

L'avocat du juge Garzon, interrogé par l'édition en ligne du quotidien El Pais, a annoncé qu'il ferait appel de la décision du juge Varela. El Pais souligne toutefois que le Tribunal suprême a jusqu'à présent toujours rejeté ce type d'appel.

Plus de 200 organisations de défense des droits de l'Homme et des juristes du monde entier, dont l'ex-procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) Carla del Ponte, ont récemment signé une lettre de soutien au juge Garzon.

Ils ont rappelé que le Comité des droits de l'Homme de l'ONU avait demandé en 2008 à l'Espagne d'abroger sa loi d'amnistie post-franquiste et de "garantir le caractère imprescriptible des crimes de lèse-humanité".

Les "disparitions forcées" sur lesquelles portait l'enquête de M. Garzon sont des crimes "qui ne peuvent être prescrits ni amnistiés", estimaient-ils.

Pionnier et ardent défenseur de la "justice universelle", le juge Garzon avait accédé à la célébrité mondiale en obtenant l'arrestation de l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet en 1998 à Londres.

Ce magistrat atypique, à la chevelure poivre et sel et aux costumes impeccables, a acculé pendant plus de 20 ans l'organisation indépendantiste basque armée ETA.

Son goût pour les projecteurs et ses enquêtes lui ont valu de nombreuses inimitiés, tant au sein de la magistrature que de la classe politique.

Il est visé par des plaintes dans deux autres dossiers: l'un visant les honoraires qu'il a perçus pour des conférences aux Etats-Unis en 2005-2006, l'autre pour sa supposée "impartialité" dans l'enquête qu'il a initiée sur le scandale de corruption qui éclabousse actuellement la droite espagnole.
 

Première publication : 07/04/2010

COMMENTAIRE(S)