Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Paris et Ankara renforcent leurs liens commerciaux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/04/2010

Les deux pays se sont engagés à augmenter de 5 milliards leur volume commercial en deux ans, pour attendre les 15 milliards en 2012, selon le Premier ministre turc en visite à Paris. La France se classe au 2e rang des exportations turques.

AFP - La France et la Turquie se sont fixé pour objectif d'augmenter de 50%, à 15 milliards d'euros, le volume des échanges commerciaux d'ici 2012, a déclaré mercredi le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, en visite à Paris.

"Pour 2012, nous nous sommes fixé un objectif de 15 milliards d'euros en ce qui concerne le volume du commerce extérieur entre la France et la Turquie", a déclaré M. Erdogan devant le patronat français (Medef) après une rencontre avec le président Nicolas Sarkozy.

RETROUVEZ L'ENTRETIEN

Le volume du commerce extérieur est actuellement "tout à fait insuffisant: fin 2009 il était d'à peu près 10 milliards d'euros - il y a un excellent équilibre moitié-moitié dans nos exportations et importations - mais souhaitons que ce volume augmente sérieusement", a-t-il poursuivi.

Cet objectif illustre la vitalité des relations économiques entre les deux pays, par ailleurs en désaccord sur l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, que le président français ne souhaite pas, et sur les sanctions contre l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de l'arme atomique.

Le Premier ministre turc a rappelé que l'année dernière la France était "passée au deuxième rang dans les exportations turques après l'Allemagne".

"Elle est également devenue le 4e pays dont nous importons le plus à l'heure actuelle (...), en 2009 des investissements français en Turquie ont été réalisés à hauteur de 438 millions d'euros et ainsi la France est devenue le 3ème investisseur direct en Turquie, ça aussi c'est très important", a-t-il dit.

Parmi les domaines de partenariat à privilégier, M. Erdogan a cité l'énergie verte, l'énergie nucléaire, le tourisme, le secteur spatial. Il a également évoqué "le marché important du point de vue du réseau de distribution de gaz naturel" en cours de privatisation et dans lequel il s'est dit "sûr que GDF-Suez va prendre toute sa place".

Première publication : 07/04/2010

COMMENTAIRE(S)