Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

SCIENCES

Le satellite Cryosat 2, lancé avec succès, va étudier les glaces terrestres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2010

Lancé jeudi depuis Baïkonour au Kazakhstan, le satellite Cryosat 2 sera chargé de mesurer les glaces polaires afin de mieux comprendre le réchauffement climatique. Le lancement de son prédécesseur avait échoué en 2005.

AFP - Le satellite Cryosat 2 destiné à l'étude des glaces terrestres, lancé jeudi avec succès par une fusée russe Dniepr depuis Baïkonour au Kazakhstan, est un outil essentiel pour comprendre le réchauffement climatique.

Cryosat 2 qui doit mesurer précisément l'altitude des glaces continentales et l'épaisseur de la banquise, remplace le satellite CryoSat d'origine dont le lancement avait échoué en 2005.

Le succès était au rendez-vous jeudi pour Cryosat 2 : lancé à 13h57 GMT, le satellite s'est correctement séparé du lanceur environ un quart d'heure après la mise à feu, a indiqué l'Agence spatiale européenne (ESA).

Cryosat 2 "entame sa mission glacaire", selon la société Astrium qui s'est félicitée du lancement avec succès du satellite dont elle était maître d'oeuvre industriel.

Après GOCE, destiné à connaître la forme exacte de la Terre en mesurant son champ de gravité et SMOS, qui détecte l'humidité des sols et la salinité des océans, Cryosat-2 est le troisième satellite du programme "Planète vivante" de l'ESA.

Il doit se consacrer à l'étude de la fonte des glaces polaires, avérée dans l'hémisphère nord, qui est un enjeu majeur pour comprendre le réchauffement climatique.

"Nous savons grâce à nos satellites radar que l'étendue des glaces de mer va décroissant mais il nous faut d'urgence établir comment évolue leur volume", a déclaré Volker Liebig, Directeur des Programmes d'observation de la Terre à l'ESA.

"Pour réaliser ce calcul, les chercheurs ont notamment besoin d'informations sur l'épaisseur des glaces, ce qui est précisément l'objectif de notre nouveau satellite CryoSat", a ajouté ce responsable, cité dans un communiqué de l'ESA.

En réfléchissant la lumière du Soleil, la masse blanche des glaces limite la quantité de chaleur absorbée par la Terre. La banquise agit également comme un isolant en réduisant très fortement les échanges thermiques entre l'océan gelé et l'atmosphère.

Enfin, la fonte des calottes polaires fait monter le niveau des mers à un rythme qui est passé de 1,8 mm/an à 3 mm/an au cours du demi-siècle passé.

"La glace couvre 15 millions de km2 sur Terre", souligne Michel Verbauwedhe, coordinateur des programmes d'observation de la Terre à l'ESA.

Les scientifiques disposent déjà de relevés ponctuels et de certaines mesures d'autres satellites comme Envisat, mais aucun n'est spécifiquement dédié à l'observation des glaces.

"La hauteur très précise des glaces continentales et l'épaisseur des glaces de mer est une dimension qui manque aux géophysiciens", selon Eric Perez, directeur des programmes d'observation de la Terre chez Astrium.

Mesurée par l'onde réfléchie de radars altimètres conçus par Thalès Alenia Space et grâce à l'instrument de géolocalisation Doris développé par le Centre national (français) d'études spatiales, le Cnes, cette épaisseur sera donnée avec une précision de 2 à 5 cm.

Cryosat sait notamment faire la différence entre l'onde réfléchie sur l'eau et celle réfléchie sur la glace émergée. Et grâce au principe de la poussée d'Archimède, on peut connaître l'épaisseur de l'ensemble de la banquise ou des icebergs, environ dix fois plus importante que celle de leur partie émergée.

Pour garantir sa stabilité, Cryosat, qui survolera la Terre à 720 km d'altitude, est un satellite de 700 kilos très compact, dont les panneaux solaires ne se déplient pas.

Sa durée de vie prévue est de seulement trois ans, car il lui faudra utiliser du carburant pour maintenir son altitude.

Cryosat devrait commencer à livrer des données à la communauté scientifique dès cet été. Selon l'Esa, une soixantaine d'équipes représentant de 200 à 300 chercheurs se sont déclarées intéressées.
 

Première publication : 08/04/2010

COMMENTAIRE(S)