Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Amériques EUROPE

Le traité Start, "nouvelle page" des relations entre Washington et Moscou

©

Vidéo par Clovis CASALI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2010

Fruit de dix mois de tractations, le nouveau traité de désarmement Start a été signé par Barack Obama et Dmitri Medvedev au château de Prague. Tous deux ont souhaité qu'il inaugure une période de relations plus apaisées entre leurs deux pays.

AFP - Le président américain Barack Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev ont signé jeudi à Prague un nouveau traité prévoyant une réduction considérable de leurs arsenaux nucléaires, événement "historique" ouvrant, selon eux, un "nouveau chapitre" dans les rapports bilatéraux.

Selon M. Obama, la signature du nouveau traité START montre que son pays et la Russie ont "mis fin à la dérive" de leurs relations.

De son côté, M. Medvedev a salué au cours d'une conférence de presse un "nouveau chapitre" qui s'ouvre désormais dans les relations russo-américaines.

Les deux chefs d'Etat ont saisi l'occasion pour se mettre au diapason et faire preuve de fermeté sur la question du dossier nucléaire iranien.

Selon M. Obama, Washington et Moscou souhaitent que l'Iran subisse les "conséquences" de son attitude dans ce domaine, et oeuvrent pour que les Nations unies imposent des sanctions "sévères" à la République islamique.

De nouvelles sanctions de l'ONU contre l'Iran sont possibles si Téhéran ne lève pas les doutes sur le caractère militaire supposé de son programme nucléaire, a de son côté déclaré le président russe.

Les deux dirigeants se sont rencontrés dans la matinée sous un grand soleil dans les jardins du château de Prague devant lequel M. Obama, prix Nobel de la Paix 2009, avait prononcé il y a un an un discours clé appelant à un monde sans arme atomique.

Ils ont ensuite posé pour les photographes devant le vaste panorama des toits de Prague, flanqués des drapeaux de leurs pays, avant d'entamer une rencontre bilatérale suivie de la cérémonie de signature formelle du nouveau traité START, à 10H35 GMT.

Côté américain, la délégation comprenait la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et le conseiller de M. Obama pour la sécurité nationale, le général James Jones.

Les deux dirigeants ont paraphé dans la Salle espagnole richement décorée du Château de Prague le texte, fruit de négociations bilatérales serrées, menées à Genève pendant de longs mois.

Moscou et Washington s'engagent à réduire le nombre de leurs ogives nucléaires à 1.550 chacun, soit une baisse de 74% par rapport à la limite du traité START, acronyme de "Strategic Arms Reduction Talks" (Pourparlers sur la réduction des armes stratégiques), accord signé en 1991, mais arrivé à échéance fin 2009.

Pour prendre effet, le traité doit être approuvé par le Sénat américain et la Douma (chambre basse du Parlement russe).

"Je souhaite travailler avec le Sénat pour parvenir à une ratification de cet important traité cette année", a ajouté M. Obama, en se déclarant "confiant" dans l'issue de cette procédure.

Selon M. Medvedev, il est important que le processus de ratification soit "simultané" dans les deux pays.

Le "nouveau START" traduit l'obsolescence de l'"équilibre de la terreur", mais aussi les nouvelles réalités géopolitiques, où les armes nucléaires sont inopérantes face aux menaces d'attentats meurtriers à New York ou Moscou.

Et pour la Russie, ce traité est l'occasion de retrouver une "parité" stratégique avec les Etats-Unis, vingt ans après le délitement de l'URSS et de sa sphère d'influence.

Selon le Kremlin, le nouveau traité ne sera toutefois "viable" que si les Etats-Unis limitent leur défense antimissile. M. Obama s'est prononcé dans ce contexte en faveur d'un "dialogue sérieux" avec Moscou, sur cette question épineuse.

M. Medvedev a quitté Prague jeudi en milieu d'après-midi. M. Obama rencontrera jeudi soir les dirigeants de 11 pays d'Europe centrale et de l'Est, avant de conclure sa visite vendredi vers midi, après des entretiens bilatéraux dans la matinée avec son homologue tchèque Vaclav Klaus et le Premier ministre Jan Fischer.

Aucun incident majeur n'avait été signalé en milieu d'après-midi dans la capitale tchèque, placée sous une forte protection policière et militaire pour la visite des présidents américain et russe.

Une dizaine de pacifistes tchèques ont manifesté dans le calme à proximité du château de Prague au moment de l'arrivée des deux convois présidentiels, pour exiger un désarmement encore plus radical, a constaté l'AFP.

Première publication : 08/04/2010

  • NUCLÉAIRE

    À Prague, les États-Unis et la Russie signent un nouveau traité de désarmement

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama restreint le rôle de l'arme nucléaire dans le dispositif de sécurité américain

    En savoir plus

  • Un monde sans armes nucléaires ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)