Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

MODE

Madrid fashion week : les créateurs espagnols s'affirment

En savoir plus

Asie - pacifique

L'étau se resserre autour du Premier ministre Abhisit Vejjajiva

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/04/2010

La commission électorale thaïlandaise s'est prononcée en faveur de la dissolution du Parti démocrate (PD) du Premier ministre Abhisit Vejjajiva. Un véritable revers pour le chef du gouvernement déjà confronté à la révolte des "chemises rouges".

AFP - La Commission électorale en Thaïlande préconise de dissoudre le Parti démocrate (PD) du Premier ministre Abhisit Vejjajiva, accusé d'avoir bénéficié d'une donation illégale il y a plusieurs années, a-t-on appris lundi auprès du parti.

La Commission a estimé à la majorité de ses membres que le PD avait bien reçu une donation irrégulière de 258 millions de bahts (5,9 millions d'euros) en 2005, a indiqué un porte-parole du parti.

Elle doit désormais transmettre le dossier au procureur général, qui l'examinera avant une possible transmission à la Cour constitutionnelle. La décision finale devrait prendre plusieurs mois.

"Nous sommes informés de la décision de la Cour mais l'affaire n'est pas terminée. Elle doit encore franchir le cap du procureur et de la Cour constitutionnelle", a indiqué Buranaj Smutharaks, porte-parole du PD.

Cette décision était réclamée de longue date par les "chemises rouges", manifestants antigouvernementaux qui réclament la démission d'Abhisit.

Elle intervient alors que la situation politique est bloquée dans le pays, après des affrontements entre manifestants et militaires qui ont fait 21 morts et plus de 860 blessés au cours du week-end.

Explications du correspondant de FRANCE 24 à Bangkok
Les "chemises rouges", favorables à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, se plaignent notamment d'une justice à deux vitesses, selon elles entièrement au service des élites traditionnelles de Bangkok, dans lesquelles elles classent le PD d'Abhisit, le plus ancien parti du pays.

En 2007, le Thai Rak Thai, parti pro-Thaksin, avait été dissous par la cour constitutionnelle pour fraude électorale. Plusieurs autres décisions judiciaires avaient été par la suite prises contre Thaksin et ses alliés.

Les "rouges" exigent régulièrement en réponse une décision de la commission électorale sur l'affaire touchant le Parti démocrate.

En janvier dernier, Thaksin a été définitivement privé de la moitié de sa fortune par la Cour suprême, notamment pour abus de pouvoir. Un verdict là encore vécue par les "rouges" comme le signe que l'ensemble du système judiciaire du pays leur est défavorable.

Première publication : 12/04/2010

  • THAÏLANDE

    "La polémique s'installe après notre reportage exclusif sur les affrontements"

    En savoir plus

  • THAÏLANDE - EXCLUSIF

    Au cœur des affrontements entre armée et "chemises rouges" à Bangkok

    En savoir plus

  • Thaïlande : la guerre d'usure

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)