Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

Planète

La méfiance plombe les négociations post-Copenhague

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/04/2010

Les représentants de 175 pays ont à nouveau constaté leurs divisions lors de la première réunion post-Copenhague. Ils ont "pris note" d'un document non contraignant et programmé deux réunions avant le rendez-vous de Cancun fin 2010.

AFP - Les diplomates du climat ont péniblement esquissé dimanche à Bonn un calendrier de travail dans une atmosphère de méfiance, sur fond de profondes divisions sur la portée de l'accord de Copenhague, conclu in extremis en décembre par une vingtaine de chefs d'Etat.

Loin d'avoir restauré la confiance, ces trois journées de négociations - les premières depuis la déception du sommet danois - ont mis en lumière les obstacles qui se dressent sur la route de Cancun (Mexique), en décembre, prochain rendez-vous pour tenter d'enrayer la hausse du thermomètre mondial.

"Si nous assistons à un autre échec à Cancun , cela entraînera une grave perte de confiance sur l'efficacité de ce processus", a mis en garde Yvo de Boer, plus haut responsable de l'ONU chargé du climat, tout en prenant soin de ne pas fixer la barre trop haut.

"Nous ne devons pas chercher à avoir des réponses à toutes les questions à Cancun", a-t-il lancé, réaffirmant qu'il faudrait probablement attendre le rendez-vous suivant, en Afrique du Sud fin 2011, pour aboutir à un traité légalement contraignant.

Aide aux pays les plus exposés aux impacts du dérèglement climatique, transferts de technologies vertes, lutte contre la déforestation (environ un cinquième des émissions mondiales de gaz à effet de serre): l'objectif est aujourd'hui plutôt d'arriver à "un jeu de décisions opérationnelles".

Mais les obstacles s'annoncent nombreux.

A l'issue de plusieurs heures de débats tendus, les délégués des 175 pays présents se sont mis d'accord dimanche soir sur un programme de travail, avec deux réunions supplémentaires d'ici Cancun, et un compromis alambiqué sur la place devant être réservée à l'accord de Copenhague.

Ce texte fixe comme objectif de limiter la hausse de la température de la planète à deux degrés mais reste très évasif sur les moyens d'un parvenir. Il prévoit un financement pour les plus vulnérables à court terme (30 milliards de dollars entre 2010 et 2012) et moyen terme (100 milliards par an d'ici 2020).

Mais le statut hybride de ce document, qui n'a pas été adopté mais dont les délégués des quelque 190 pays rassemblés à Copenhague ont simplement "pris note" complique terriblement la donne.

Officiellement soutenu par plus de 110 pays, ce texte de deux pages et demi compte de farouches détracteurs qui dénoncent les conditions dans lesquelles il a été négocié.

A l'issue des plusieurs heures de débats tendus, les délégués ont donné mandat à la présidente du principal groupe de travail, la Zimbabwéenne Margaret Mukahanana-Sangarwe, de rédiger un texte qui pourrait servir de base aux éventuelles décisions à Cancun.

Le document adopté de Bonn ne contient aucune référence explicite à l'accord de Copenhague. Mais la présidente a précisé oralement qu'il serait pris en compte, comme l'ensemble des autres travaux.

"Les négociations restent très tendues, il y a beaucoup de méfiance", a reconnu Paul Watkinson, responsable de la délégation française, regrettant de nombreux blocages. "Certains délégués ne semblent pas avoir intégré ce qui s'est passé à Copenhague et la nécessité d'avoir rapidement des résultats concrets".

"Ce n'est pas un désastre mais cela n'inspire pas beaucoup de confiance pour la suite", résumait Alden Meyer, du think tank américain "Union of Concerned Scientists", rappelant la nécessité de progresser sur le fond: la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les engagements chiffrés à ce jour sur table restent insuffisants pour s'inscrire dans une trajectoire de division par deux des émissions mondiales d'ici 2050, et ainsi espérer rester sous la barre des deux degrés de hausse de la température moyenne de la planète.

Première publication : 12/04/2010

  • FRANCE

    Près de 400 scientifiques prennent Pécresse à témoin contre Allègre

    En savoir plus

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Le sommet de Copenhague s'achève sans répondre aux espoirs qu'il avait soulevés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)