Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Syrie: la Turquie sur tous les fronts

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Niger, les enfants de plus en plus touchés par la malnutrition

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Tonino Benacquista, roi du romanesque

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Montebourg, Sarkozy : leurs propositions pour redresser l'économie française

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'État français a-t-il volontairement omis des détails dans un rapport sur Renault ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Renzi, Merkel et Hollande sont sur un bateau"

En savoir plus

Sports

Face au PSG, l'US Quevilly jouera "sa finale"

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 13/04/2010

Sans prétention, l'US Quevilly, club de CFA, s'apprête à rencontrer le Paris Saint-Germain (L1) en demi-finale de la Coupe de France. Derrière le Petit Poucet, c'est toute une ville qui espère voir son club tenir le haut de l'affiche.

À Petit-Quevilly - 22 000 habitants pour autant de supporters -, le match de mercredi qui doit opposer le club amateur local au Paris Saint-Germain en demi-finale de la Coupe de France est dans toutes les conversations. "Tous le monde ne parle que de ça", confie à France24.com Catherine Halbourg, gérante du bar le "117". Elle regardera le match à la télé, car aller au stade "n'est vraiment pas [son] genre". La rencontre ne se disputera pourtant pas si loin de cette petite commune de la banlieue rouennaise, puisqu'elle se déroulera à Caen. Pour Mme Halbourg toutefois, le principal reste bien de voir Quevilly l'emporter, "même avec un petit score comme 1-0".

La frénésie qui s'est emparée de leur ville flatte les joueurs de l'US Quevilly, qui savourent agréablement leur quart d'heure de célébrité. "Tout le monde veut qu’on gagne ! L'histoire du Petit Poucet, ça fait rêver", a expliqué Fabrice Buchon, attaquant, 36 ans, à l'AFP. Ce dernier aurait dû arrêter de jouer l'an dernier mais, encouragé par son entraîneur, Régis Brouard, il a continué. Aujourd'hui, il ne rêve que d'une chose : "Fêter [son] jubilé devant 80 000 personnes [au Stade de France, si Quevilly se qualifie pour la finale, NDLR]".

"Pour nous, le match [contre le PSG], c'est notre finale", a lancé Régis Brouard lors de la conférence de presse d'avant match qui s'est déroulée à Hérouville Saint-Clair, près de Caen (Calvados). "Le groupe est très serein, a expliqué le coach. Il n'y a pas de prise de tête. C'est la force de ce groupe : il sait d’où il vient."

Première publication : 13/04/2010

COMMENTAIRE(S)