Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

Sports

Face au PSG, l'US Quevilly jouera "sa finale"

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 13/04/2010

Sans prétention, l'US Quevilly, club de CFA, s'apprête à rencontrer le Paris Saint-Germain (L1) en demi-finale de la Coupe de France. Derrière le Petit Poucet, c'est toute une ville qui espère voir son club tenir le haut de l'affiche.

À Petit-Quevilly - 22 000 habitants pour autant de supporters -, le match de mercredi qui doit opposer le club amateur local au Paris Saint-Germain en demi-finale de la Coupe de France est dans toutes les conversations. "Tous le monde ne parle que de ça", confie à France24.com Catherine Halbourg, gérante du bar le "117". Elle regardera le match à la télé, car aller au stade "n'est vraiment pas [son] genre". La rencontre ne se disputera pourtant pas si loin de cette petite commune de la banlieue rouennaise, puisqu'elle se déroulera à Caen. Pour Mme Halbourg toutefois, le principal reste bien de voir Quevilly l'emporter, "même avec un petit score comme 1-0".

La frénésie qui s'est emparée de leur ville flatte les joueurs de l'US Quevilly, qui savourent agréablement leur quart d'heure de célébrité. "Tout le monde veut qu’on gagne ! L'histoire du Petit Poucet, ça fait rêver", a expliqué Fabrice Buchon, attaquant, 36 ans, à l'AFP. Ce dernier aurait dû arrêter de jouer l'an dernier mais, encouragé par son entraîneur, Régis Brouard, il a continué. Aujourd'hui, il ne rêve que d'une chose : "Fêter [son] jubilé devant 80 000 personnes [au Stade de France, si Quevilly se qualifie pour la finale, NDLR]".

"Pour nous, le match [contre le PSG], c'est notre finale", a lancé Régis Brouard lors de la conférence de presse d'avant match qui s'est déroulée à Hérouville Saint-Clair, près de Caen (Calvados). "Le groupe est très serein, a expliqué le coach. Il n'y a pas de prise de tête. C'est la force de ce groupe : il sait d’où il vient."

Première publication : 13/04/2010

COMMENTAIRE(S)