Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

Afrique

Huit employés de la Croix-rouge enlevés au Sud-Kivu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/04/2010

Des miliciens Maï-Maï ont enlevé, jeudi, huit agents du Comité international de la Croix-rouge dans la province du Sud-Kivu (est de la République démocratique du Congo). Des négociations seraient en cours pour leur libération.

AFP - Huit agents du Comité international de la Croix-rouge (CICR) en République démocratique du Congo, dont un Suisse, ont été enlevés jeudi par des miliciens Maï-Maï dans la province du Sud-Kivu (est), et les retenaient toujours lundi, a-t-on appris de sources concordantes.

"Les agents du CICR ont été interceptés de retour d'une mission de routine par des éléments du groupe Maï-Maï Yakutumba. Ils les ont contraint de les suivre jusqu'à Kasakwa", à environ 250 km au sud de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu (est), a affirmé à l'AFP une source humanitaire basée dans cette région.

Ces employés, parmi lesquels se trouvent "un délégué Suisse et deux chauffeurs congolais", ont ensuite été "dépouillés" par leur ravisseurs qui les retiennent à Kasakwa, a souligné cette source sous couvert d'anonymat.

Un responsable du CICR-RDC contacté au téléphone par l'AFP a confirmé cet enlèvement, précisant que "des négociations (étaient) en cours" avec les miliciens Maï-Maï (eau en swahili) pour obtenir la libération des otages.

"On ne connaît pas leur motivation", a indiqué ce responsable, qui n'a toutefois pas fait état d'une demande de rançon.

Kasakwa est situé en territoire de Fizi dans la province de Sud-Kivu, non loin du lac Tanganyika et de la frontière avec la Tanzanie, une des zones les plus instables de la RDC en raison de la présence de plusieurs groupes armés qui y sévissent, dont les miliciens Maï-Maï.

Anciens supplétifs des Forces armées de la RDC (FARDC), qui les traquent actuellement dans cette région, leurs croyances sont essentiellement basées sur la magie - ils s'aspergent d'un breuvage lors des combats pour se "protéger" des balles des ennemis.

Dans cette zone au relief semi-montagneux et difficile d'accès, les miliciens Maï-Maï administrent des villages en prélevant des taxes et exploitant les richesses minières.

Première publication : 13/04/2010

COMMENTAIRE(S)