Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

EUROPE

De nombreux chefs d'État assisteront aux funérailles du président Kaczynski

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/04/2010

De nombreux dirigeants étrangers, dont les présidents américain et français Barack Obama et Nicolas Sarkozy, ont confirmé leur présence aux obsèques de Lech Kaczynski et de son épouse, dimanche, à Cracovie.

AFP - Le président Lech Kaczynski et son épouse seront enterrés dimanche dans la cathédrale des rois de Pologne au Wawel à Cracovie dans le sud du pays en présence de nombreux dirigeants étrangers dont le président américain Barack Obama.

"La messe aura lieu dimanche à 14H00 (12H00 GMT) devant l'église Notre-Dame. Ensuite, le cortège se rendra au Wawel", a annoncé mardi l'archevêque de Cracovie, le cardinal Stanislaw Dziwisz.

"Le couple présidentiel reposera à côté du maréchal (Jozef) Pilsudski", le père de l'indépendance de la Pologne en 1918, a-t-il précisé.

Le président des Etats-Unis Barack Obama assistera dimanche aux obsèques, a annoncé mardi la Maison Blanche.

"Le président va se rendre à Cracovie pour exprimer nos profondes condoléances à un allié important et de confiance, et notre soutien au peuple polonais, de la part des Américains", a déclaré le porte-parole de la présidence américaine, Robert Gibbs, dans un communiqué.

Le président russe Dmitri Medvedev pourrait se rendre lui aussi en Pologne pour assister aux funérailles, a assuré à Washington la porte-parole de la présidence russe. Le gouvernement allemand a confirmé la présence de la chancelière Angela Merkel et du président Horst Köhler. Le président français Nicolas Sarkozy se rendra également à Cracovie.

Première note discordante dans l'émotion et l'élan de solidarité manifesté à travers toute la Pologne depuis l'accident: quelques centaines de personnes ont manifesté mardi soir à Cracovie contre le choix du Wawel, lieu de sépulture des grands hommes chargé d'histoire, a rapporté l'agence PAP.


Le président en exercice Bronislaw Komorowski devrait annoncer mercredi la date de l'élection présidentielle anticipée.

La Pologne avait accueilli mardi matin avec les honneurs militaires, au cours d'une émouvante cérémonie, la dépouille de sa Première dame rapatriée de Moscou.

Une sobre cérémonie avait été organisée sous un ciel de plomb. Quatre soldats portant la casquette carrée propre à l'armée polonaise entouraient le cercueil recouvert du drapeau national blanc et rouge, et placé sur un tapis d'orient sur le sol détrempé du tarmac.

Un orchestre militaire a joué l'hymne national puis de hauts dignitaires de l'Eglise ont récité des prières.

Un mince rayon de soleil a éclairé le drapeau lorsque la fille de Mme Kaczynska, Marta, 30 ans, s'est agenouillée et a longuement appuyé les deux mains sur le cercueil de sa mère.

Le frère jumeau de Lech Kaczynski, Jaroslaw, a répété les mêmes gestes juste après elle, suivi d'autres proches.

Le cercueil a ensuite été transporté vers le palais présidentiel à travers les grandes artères de la capitale, le long desquelles des milliers de Varsoviens s'étaient placés, certains jetant des fleurs sur son passage.

Les cendres de Mme Kaczynska n'avaient pu revenir au pays dimanche avec celles de son époux car elles n'ont été identifiées que lundi.

Varsoviens et provinciaux ont défilé dans une salle richement décorée du Palais Namiestnikowski, élégant édifice blanc de style classique où les cercueils devaient restés exposés toute la nuit de mardi à mercredi.

Ils étaient moins nombreux en ce jour ouvrable que les dizaines de milliers de Polonais venus en famille dimanche le long du cortège conduisant sur le même chemin la dépouille du défunt président arrivée de Smolensk.

"Cette tragédie nous a tous énormément marqués et nous voulons rendre hommage à Mme Kaczynska. Elle était dans l'ombre de son mari mais elle semblait très chaleureuse: une femme très bien", a dit Agnieszka, 34 ans, venue avec des collègues de travail.

Les corps de 30 victimes des 96 victimes de l'accident sont attendus mercredi à Varsovie. Les dépouilles seront transférés au palais des sports de Torwar à Varsovie, où les familles pourront leur rendre hommage.

 

Première publication : 13/04/2010

  • POLOGNE

    En deuil, la Pologne peine à aborder la question de la succession de Kaczynski

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Les visages de la politique polonaise après la tragédie de Smolensk

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Vu de Pologne : "Les Russes ont tout de suite compris que la douleur des Polonais serait immense"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)