Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Economie

Peugeot va fermer son site de Melun Sénart

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/04/2010

Dans le cadre d'un plan de réorganisation de sa logistique, le groupe PSA Peugeot Citroën va fermer son site de gestion de pièces détachées de Melun-Sénart d'ici à 2012. Quelque 400 personnes y travaillent actuellement.

AFP - PSA Peugeot Citroën va fermer d'ici 2012 son site de gestion de pièces détachées de Melun-Sénart (Seine-et-Marne) et employant près de 398 personnes, dans le cadre d'un plan de réorganisation de la logistique du groupe automobile.

L'annonce était prévue lors d'un comité central d'entreprise le 20 avril, mais suite à une révélation du magazine Challenges mardi, la direction a confirmé à l'AFP en début de soirée son projet de "gérer progressivement" cette fermeture par de la mobilité interne et des départs volontaires.

Un porte-parole du groupe a précisé que l'arrêt interviendrait "à l'horizon 2012".

Selon Philippe Portier, délégué CFDT central, interrogé par l'AFP, "il y avait déjà eu il y a quelques années 200 suppressions de postes sur ce site et on avait des inquiétudes depuis".

"Cette annonce n'est pas une surprise", a commenté un salarié du site de Melun-Sénart, situé sur la petite commune de Moissy-Cramayel, ajoutant : "Attendons le 20 avril pour décider des actions à mener".

D'après une autre source syndicale, c'est "la première fois qu'un site en activité est fermé par PSA en France".

Début 2010, un site de production de suspensions pour les Citroën C6 et C5 situé à Asnières (Hauts-de-Seine) a été fermé au terme d'une baisse continue de son volume d'activité.

Le constructeur automobile, qui s'était engagé à ne pas fermer d'usine en France et à ne pas licencier pendant cinq ans en contrepartie d'un prêt de 3 milliards d'euros de l'Etat, avait expliqué que le site d'Asnières était "un atelier, rattaché au site de Saint-Ouen", et non une usine.

Pour Melun-Sénart, "PSA va jouer sur les mots et mettre en avant le fait que ce n'est pas un site de production", estime Philippe Portier.

En novembre 2009, le président du directoire du groupe Philippe Varin avait déclaré qu'il n'y avait "aucun projet de plan de restructuration, ni de nouveau plan de départs chez PSA".

Interrogé sur le projet de fermeture de Melun-Sénart, une source syndicale a commenté à l'AFP: "On était habitué chez les donneurs d'ordre à des plans de départs volontaires, avec des effectifs fondant année après année. Là, ils enclenchent la vitesse supérieure".

Cette fermeture de site s'inscrit dans une baisse des effectifs globaux du groupe en France qui étaient de 104.000 salariés en 2009.

Elle intervient aussi alors qu'un plan de départs volontaires lancé en janvier 2009 et clos fin mars 2010 a concerné 5.700 personnes.

Pour 2010-2012, le groupe a aussi annoncé en novembre dernier la suppression de 6.000 nouveaux postes par le seul biais de départs naturels (retraites, démissions, etc.), accompagné d'un plan de gains de productivité de 20% pour avoir "des usines compétitives", selon le DRH du groupe Denis Martin.

Pour le site de Melun-Sénart, PSA prévoit d'avoir recours à la mobilité interne avec 170 reclassements par an. D'autre part, le plan de départs volontaires, arrêté le 31 mars au niveau du groupe, est prolongé pour Melun-Sénart.

PSA a ajouté que la réorganisation de la logistique se traduira aussi par des créations d'emplois: une centaine de postes à Vesoul et d'autres postes dans les magasins de proximité, dont le nombre n'est pas encore chiffré.

Le plan de réorganisation de la logistique prévoit d'une part de faire du site de Vesoul (Haute-Saône) le "centre de logistique mondial des pièces de rechange Peugeot et Citroën", et d'autre part de mettre en place un réseau de distribution des pièces avec "des magasins logistique de proximité à créer".

 

Première publication : 13/04/2010

COMMENTAIRE(S)