Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le FN : Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir plus pour l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

Economie

Le Brésil et la Chine approfondissent leur coopération

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2010

Lors du sommet des pays émergents du BRIC (Brésil, Inde, Russie et Chine), deux entreprises brésilienne et chinoise ont signé un accord pour la construction d'une usine sidérurgique au Brésil. Montant estimé du chantier : 5 milliards de dollars.

AFP - Les entreprises brésilienne LLX (du groupe EBX de Eike Batista) et chinoise Wuhan Iron and Steel ont signé jeudi un accord pour la construction d'une usine sidérurgique au Brésil estimée à cinq milliards de dollars.

Cet accord a été signé dans le cadre de la visite du président chinois Hu Jintao venu participer à Brasilia au sommet des grands pays émergents du BRIC (Brésil, Inde, Russie et Chine).

"Ce sera le plus gros investissement chinois au Brésil et le plus gros de la Chine à l'étranger pour ce secteur", a déclaré le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva au côté de son homologue chinois à l'issue d'une réunion bilatérale.

Wuhan Iron and Steel détiendra 70% du capital et EBX les 30% restants, a expliqué ensuite l'industriel milliardaire brésilien Eike Batista, président du groupe EBX.

L'usine sera implantée dans l'Etat de Rio de Janeiro et devra être prête dans trois ans avec une capacité de production de cinq millions de tonnes d'acier par an.

Elle répondra aux besoins du marché brésilien de l'automobile, de l'industrie navale et des plate-formes pétrolières, a précisé M. Batista.

L'excédent de production pourra être exporté en Chine, selon lui.

Pendant la visite du président Hu Jintao à Brasilia, écourtée en raison du tremblement de terre mercredi dans la région nord-ouest de la Chine qui a fait plus de 600 morts, les deux pays ont signé plusieurs accords politique, culturel, agricole et spatial.

Des accords dans les secteurs du pétrole et des télécommunications ont également été signés entre des entreprises chinoises et brésiliennes.
 

Première publication : 15/04/2010

COMMENTAIRE(S)