Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Economie

Le Brésil et la Chine approfondissent leur coopération

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2010

Lors du sommet des pays émergents du BRIC (Brésil, Inde, Russie et Chine), deux entreprises brésilienne et chinoise ont signé un accord pour la construction d'une usine sidérurgique au Brésil. Montant estimé du chantier : 5 milliards de dollars.

AFP - Les entreprises brésilienne LLX (du groupe EBX de Eike Batista) et chinoise Wuhan Iron and Steel ont signé jeudi un accord pour la construction d'une usine sidérurgique au Brésil estimée à cinq milliards de dollars.

Cet accord a été signé dans le cadre de la visite du président chinois Hu Jintao venu participer à Brasilia au sommet des grands pays émergents du BRIC (Brésil, Inde, Russie et Chine).

"Ce sera le plus gros investissement chinois au Brésil et le plus gros de la Chine à l'étranger pour ce secteur", a déclaré le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva au côté de son homologue chinois à l'issue d'une réunion bilatérale.

Wuhan Iron and Steel détiendra 70% du capital et EBX les 30% restants, a expliqué ensuite l'industriel milliardaire brésilien Eike Batista, président du groupe EBX.

L'usine sera implantée dans l'Etat de Rio de Janeiro et devra être prête dans trois ans avec une capacité de production de cinq millions de tonnes d'acier par an.

Elle répondra aux besoins du marché brésilien de l'automobile, de l'industrie navale et des plate-formes pétrolières, a précisé M. Batista.

L'excédent de production pourra être exporté en Chine, selon lui.

Pendant la visite du président Hu Jintao à Brasilia, écourtée en raison du tremblement de terre mercredi dans la région nord-ouest de la Chine qui a fait plus de 600 morts, les deux pays ont signé plusieurs accords politique, culturel, agricole et spatial.

Des accords dans les secteurs du pétrole et des télécommunications ont également été signés entre des entreprises chinoises et brésiliennes.
 

Première publication : 15/04/2010

COMMENTAIRE(S)