Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

EUROPE

Les débats télévisés électoraux, une révolution réglée au millimètre

Vidéo par Margaux CHOURAQUI , Nicholas RUSHWORTH

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 15/04/2010

Les trois candidats au poste de Premier ministre s'apprêtent à débattre à la télévision pour la première fois de l'histoire politique du Royaume-Uni. Une première encadrée par des règles précises et âprement négociées.

Le débat télévisé électoral fait son apparition pour la première fois cette année au Royaume-Uni. Très attendue, la première confrontation, qui sera suivie de deux autres, a lieu ce soir entre les dirigeants des trois grands partis engagés dans les élections législatives du 6 mai. Une révolution audiovisuelle qui bouscule la tradition politique du pays.

Trois joutes verbales autour d'autant de thèmes : la politique intérieure, la politique étrangère et enfin l’économie. L’enjeu est de taille tant l’issue du scrutin est incertaine. Ce soir, près de 12 millions de Britanniques devraient être devant leur poste de télévision. Le Premier ministre, Gordon Brown, qui s'accomode mal de l'exercice médiatique, aura fort à faire face à son charismatique rival, le conservateur David Cameron, favori des sondages. Moins connu, le troisième homme, le libéral-démocrate Nick Clegg, a, lui, tout à gagner.

Pour la mise au point cet événement historique, les trois partis ont négocié pendant plusieurs mois pour fixer le cadre des émissions. Résultat : une liste de 76 règles drastiques, allant du positionnement des candidats jusqu’au comportement d’un public très rigoureusement sélectionné. Extraits.

- Le public, trié sur le volet (200 spectateurs), doit répondre à des critères aussi précis que le sexe, l’âge, l’origine ethnique et la classe sociale afin de représenter le plus largement possible l’ensemble des électeurs britanniques.

- La 9e règle exige que 20 % du public soient composés d’électeurs indécis. Les autres devront être des électeurs de chaque parti selon un ratio de sept travaillistes, sept conservateurs et cinq libéraux.

- La règle 57 va jusqu’à préciser que les trois candidats devront se serrer la main à la fin du programme.

- La règle 66 aborde le positionnement des candidats sur le plateau. Un point discuté par les partis. Privé de l’usage de son œil gauche depuis sa jeunesse, Gordon Brown sera placé sur la gauche de deux autres concurrents afin qu’il puisse les voir de son œil droit.

- Même la réalisation des débats a été négociée. S’il est autorisé de faire des plans larges du public, il sera impossible de zoomer sur un spectateur isolé pendant l’intervention des candidats.

 

 

Première publication : 15/04/2010

  • ROYAUME-UNI

    Brown, Cameron et Clegg prêts à en découdre sur le Web

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Élections au Royaume-Uni, que la meilleure parodie gagne !

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les trois principaux partis en lice aux législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)