Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

EUROPE

Brown, Cameron et Clegg croisent le fer lors d'un débat télévisé historique

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2010

Les Britanniques ont été nombreux à regarder le débat télévisé durant lequel le travailliste Gordon Brown, le conservateur David Cameron et le libéral-démocrate Nick Clegg ont défendu leur programme pour les législatives. Non sans passion.

AFP - Les chefs des trois grands partis britanniques ont croisé le fer jeudi soir lors du premier débat télévisé jamais organisé au Royaume-Uni, devant des millions de téléspectateurs qui choisiront l'un d'eux comme leur prochain Premier ministre à l'issue des prochaines législatives.

Placés côte à côte sur le plateau de la chaîne ITV à Manchester (nord-ouest), face à une audience leur posant des questions, le Premier ministre travailliste Gordon Brown a promis la "prospérité pour tous", le conservateur David Cameron le "changement" et le libéral-démocrate Nick Clegg "l'équité".

Après un début tendu, le débat s'est rapidement animé, chaque candidat n'hésitant pas à interpeller l'autre directement, voire à lui couper la parole, contrairement aux 76 règles strictes laborieusement établies entre les états-majors des trois partis depuis des mois. Le journaliste, cantonné à un rôle de modérateur, a dû intervenir à de nombreuses reprises pour interrompre les candidats.

Après une dizaine de minutes, M. Brown lançait une première pique à son principal opposant David Cameron, en tête dans les sondages.

"Vous ne pouvez pas retoucher votre politique comme vous retouchez vos affiches électorales", a-t-il lancé, en référence à une affiche controversée des Tories montrant un Cameron à l'apparence étrangement juvénile.

S'exprimant directement aux membres du public leur posant une question, les appelant parfois par leur prénom, les trois candidats ont défendu bec et ongles leurs programmes politiques dans des domaines comme l'immigration, la criminalité ou la réforme du système politique à la suite du retentissant scandale des notes de frais.

Un sondage en direct mené par la chaîne ITV donnait à Nick Clegg un net avantage auprès des téléspectateurs, avec 55% de bonnes opinions, contre une trentaine de points pour les deux autres candidats.

La chaîne Sky News, qui organisera le 2e débat, a elle aussi sondé un échantillon de 4.290 personnes. Après une demi-heure de débat, MM. Cameron et Clegg étaient à égalité avec 36%, devant M. Brown à 28%.

Les trois chefs de partis doivent se retrouver les 22 et 29 avril pour discuter de politique étrangère, puis d'économie.

ITV espérait que ce premier débat "historique", consacré aux questions de politique intérieure, rassemblerait une audience digne d'un match de football.

L'événement suscite un énorme intérêt. Un sondage ComRes pour The Independent/ITV publié jeudi a révélé qu'environ 65% de la population adulte du Royaume-Uni comptait regarder les trois débats, soit quelque 30 millions de personnes.

Et 50% d'entre elles --soit 15 millions de personnes-- ont indiqué que ces joutes verbales pourraient avoir une influence sur leur vote.

Le Premier ministre sortant a reçu jeudi un renfort inattendu avec la publication dans le Daily Telegraph d'une lettre de 77 économistes du monde entier estimant que le projet conservateur de réduction du déficit public risquait de "replonger (le pays) dans la récession".

Le parti Tory a également mobilisé ses troupes sur le terrain, les invitant à organiser des "soirées de visionnage" avec voisins et amis "autour d'une pizza".

Le site de socialisation sur internet Facebook a créé une page spéciale --qui comptait jeudi près de 40.000 "fans-- pour donner en direct la réaction des spectateurs. Ils diront s'ils sont d'accord ou non avec les propos des trois hommes et un graphique permettra de constater leurs impressions tout au long de la soirée.

Après moins d'une heure de débat, Nick Clegg semblait s'attirer les commentaires les plus positifs.
 

Première publication : 16/04/2010

  • ROYAUME-UNI

    Les débats télévisés électoraux, une révolution réglée au millimètre

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brown, Cameron et Clegg prêts à en découdre sur le Web

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)