Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

Economie

Le Bric préconise une réforme rapide des institutions financières internationales

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2010

A l'issue du sommet de Brasilia, les dirigeants des pays du Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine) ont lancé un appel pour l'établissement d'un nouvel ordre mondial et pour une réforme rapide des institutions financières internationales.

REUTERS - Les dirigeants des quatre grands pays émergents regroupés au sein du groupe Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine), réunis au sommet à Brasilia, ont préconisé jeudi une réforme rapide des institutions financières internationales afin de donner aux pays en développement davantage voix au chapitre.

"Malgré des signes positifs prometteurs, il reste beaucoup à faire. Nous estimons que le monde a besoin aujourd'hui d'une architecture financière réformée et plus stable, qui rendra l'économie mondiale moins sujettes à de futures crises et lui permettra de mieux rebondir."

"Nous pensons qu'il y a grand besoin d'avoir un système monétaire international plus stable, plus prévisible et diversifié", lit-on dans le communiqué finale du sommet.

Selon ce communiqué, les dirigeants demandent au G20 - qui regroupe les pays industrialisés et les grands pays émergents - de jouer un rôle de premier plan dans les prises de décision au niveau mondial.

Les dirigeants du groupe Bric ont tenu leur sommet jeudi soir, un peu plus tôt que prévu car le numéro un chinois, Hu Jintao, a prévu de rentrer prématurément dans son pays, touché mercredi par un violent séisme sur le plateau tibétain, qui a fait 760 morts et 10.000 blessés.

Hu a eu un entretien avec son homologue brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et les deux hommes ont signé un "plan d'action" sur cinq ans visant à renforcer la coopération énergétique et commerciale entre Pékin et Brasilia.

A l'issue du sommet du Bric, Lula a déclaré que les puissances émergentes avaient un "rôle fondamental" à jouer pour créer un nouvel ordre mondial.

 

Première publication : 16/04/2010

COMMENTAIRE(S)