Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditérrannée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival de Cannes : 17 films en sélection officielle

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Émilie Gassin présente son premier album "Curiosity"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Royaume-Uni : des élections décisives pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové : "Les nanoparticules dans l'alimentation, un danger pour les consommateurs"

En savoir plus

FRANCE

Polémique après la publication d'une lettre révélant qu'un cardinal couvrait des abus sexuels

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2010

Le site catholique Golias publie une lettre du cardinal Castrillon Hoyos dans laquelle cet ancien responsable du clergé félicite un évêque français de ne pas avoir dénoncé un prêtre pédophile. La missive date de septembre 2001.

AFP - Une nouvelle polémique a surgi jeudi après la publication, sur le site catholique français Golias, d'une lettre du cardinal Castrillon Hoyos, alors préfet de la Congrégation pour le clergé, félicitant un évêque français de ne pas avoir dénoncé un prêtre pédophile.
   
Dans cette missive, datant de septembre 2001, le cardinal Dario Castrillon Hoyos, "félicite" l'évêque de Bayeux-Lisieux (ouest de la France), Mgr Pierre Pican, "de n'avoir pas dénoncé un prêtre à l'administration civile".
   
A l'époque, Mgr Pican avait été condamné à trois mois de prison pour ne pas avoir dénoncé l'abbé Bissey, lui-même condamné en 2000 à dix-huit ans de prison pour pédophilie.
   
"Vous avez bien agi et je me réjouis d'avoir un confrère dans l'épiscopat qui, aux yeux de l'histoire et de tous les autres évêques du monde, aura préféré la prison plutôt que de dénoncer son fils-prêtre", ajoutait le prélat.
   
Ce dernier indiquait même qu'il allait transmettre ce courrier à toutes les conférences d'évêques dans le monde "pour encourager les frères dans l'épiscopat dans ce domaine si délicat".
   
Jeudi soir, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a déclaré, dans un communiqué transmis à l'AFP, que "ce document est une nouvelle preuve de l'opportunité" de placer sous la compétence de la Congrégation pour la doctrine de la foi les cas d'abus sexuels de mineurs de la part de membres du clergé. Selon lui, ceci doit permettre de "garantir une conduite rigoureuse et cohérente" au sein de l'Eglise.
   
En avril 2001, le pape Jean Paul II avait publié un décret stipulant que les évêques devaient faire remonter les informations sur les crimes graves, dont la pédophilie, à la Congrégation pour la doctrine de la Foi, alors dirigée par Joseph Ratzinger, futur Benoît XVI.
   
L'affaire Bissey, qui remonte à 1996, avait été la première affaire de pédophilie au sein de l'Eglise fortement médiatisée en France. L'abbé avait été reconnu coupable de viol sur un mineur, d'atteintes sexuelles sur trois et de corruptions de sept autres.
   
L'Eglise catholique doit faire face depuis plusieurs mois à une avalanche de scandales pédophiles par des prêtres ou des religieux, en Europe et aux Etats-Unis. Le Vatican et le pape lui-même sont accusés d'avoir cherché à étouffer ces affaires.
 

Première publication : 16/04/2010

  • RELIGION

    Le Vatican contraint à s'expliquer après les propos tenus par le cardinal Bertone

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le numéro 2 du Vatican fait le lien entre pédophilie et homosexualité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)