Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

La paralysie du trafic aérien prolongée jusqu'au week-end

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/04/2010

Le nuage de cendres volcaniques contraint plusieurs pays européens à laisser leur espace aérien fermé ce week-end, clouant au sol des millions de voyageurs dans le monde. La France, notamment ses trois aéroports parisiens, est concernée.

AFP - Le nuage de cendres émis par un volcan en éruption en Islande a prolongé jusqu'au week-end la paralysie du trafic aérien dans une bonne partie de l'Europe, clouant au sol des millions de voyageurs dans le monde.

Après avoir provoqué la fermeture de huit espaces aériens jeudi, l'épais panache de fumée que le volcan a continué de lâcher vendredi ont contraint plusieurs pays à prolonger la durée d'application de la mesure: jusqu'à samedi 12H00 GMT au Danemark, 04H00 GMT aux Pays-Bas, 08H00 GMT en Belgique et 12H00 GMT dimanche en Finlande.

Les trois aéroports parisiens de Roissy, Orly et du Bourget seront fermés jusqu'à 14H00 (12H00 GMT) samedi. Au total, 35 aéroports en France sont touchés par les fermetures ou vont l'être.

L'espace aérien italien sera fermé dans tout le nord de l'Italie samedi entre 04H00 GMT et 12H00 GMT.

La majeure partie de l'espace aérien britannique sera fermée jusqu'à samedi 12H00 GMT, ont annoncé vendredi soir les services britanniques du contrôle aérien (NATS), espérant une reprise temporaire du trafic entre 03H00 GMT et 09H00 GMT dans le nord de l'Angleterre, en particulier à Manchester et Liverpool.

En Allemagne, la fermeture de l'espace aérien a été prolongée au moins jusqu'à samedi 12HOO GMT, dans les 16 aéroports internationaux et Lufthansa a annulé tous ses vols prévus en Allemagne jusqu'à samedi midi (10H00 GMT).

Le trafic aérien a également été totalement ou partiellement interrompu dans les pays baltes, la République tchèque, l'Autriche, la Hongrie, le nord-ouest de la Roumanie, la Pologne dont Cracovie (sud), où doivent converger dimanche des délégations aux obsèques du président Lech Kaczynski, tué dans un accident d'avion en Russie.

L'espace aérien des Pays-Bas a été fermé jusqu'à 12H00 GMT samedi et la compagnie aérienne KLM a annoncé l'annulation de tous ses vols européens au départ de l'aéroport de Schiphol au moins jusqu'à samedi 11H00 locales (09H00 GMT).

Cependant, une grande partie de l'espace aérien de l'Ecosse et de l'Irlande du nord a rouvert en début de soirée vendredi, permettant la reprise des liaisons transatlantiques. L'espace aérien a aussi rouvert progressivement en Suède, et pour quelques heures seulement vendredi en Norvège.

La compagnie aérienne scandinave SAS a averti qu'elle pourrait être contrainte de mettre à pied temporairement jusqu'à 2.500 de ses employés en Norvège, à compter de lundi, si ses avions continuaient d'être cloués au sol.

"Si les prévisions pour demain (samedi, ndlr) sont maintenues, alors le nuage de cendres concernera la Suisse et le nord de l'Italie, la Roumanie, la Hongrie, la Slovénie et la Croatie sur une ligne allant droit vers l'est", a estimé Kenneth Thomas, un expert de l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne Eurocontrol.

Le trafic aérien sera probablement perturbé pendant "plusieurs jours", a estimé l'association de gestionnaires de trafic aérien Canso, qui regroupe des sociétés de contrôle de trafic aérien.

La compagnie aérienne à bas prix Ryanair a annulé ses vols en Europe du nord et dans les pays baltes jusqu'à lundi 12H00 GMT "au plus tôt", se fondant sur les prévisions météo du week-end. British Airways a annulé ses vols de et vers Londres pour samedi. L'Allemand Lufthansa a annulé ses vols au départ et à l'arrivée des aéroports allemands jusqu'à samedi midi.

Les déplacements de millions de voyageurs ont été contrariés, en particulier au Royaume-Uni où s'achèvent ce week-end les vacances scolaires de Pâques.

"On est vraiment déçu (...) Mais mieux vaut être déçu que mort !", soupire Mme Cook, bloquée à Londres Gatwick et empêchée de partir avec son mari à Sainte-Lucie, aux Antilles, pour leur 30e anniversaire de mariage.

La compagnie Eurostar, qui a ajouté plusieurs trains jeudi et vendredi entre Londres et le continent, a prévu de faire de même samedi avec huit trains supplémentaires, et dimanche.

La billetterie de la gare londonienne de St Pancras a été prise d'assaut vendredi matin par environ deux cents passagers privés d'avion.

"Nous sommes coincés ici, nous cherchons coûte que coûte à rentrer en Espagne. Nous allons tenter de prendre un ferry jusqu'à Calais, et louer une voiture pour regagner l'Espagne, mais il semble que les ferries aussi sont presque complets", a confié à l'AFP Erik Brommer, 37 ans.

Ironie du sort: le trafic aérien islandais était l'un des rares à être entièrement épargnés.

Par ricochet, des perturbations se font ressentir dans le monde.

Ainsi la plupart des vols des compagnies américaines en provenance ou à destination de l'Europe ont été annulés vendredi. Et des dizaines de liaisons ont également été annulées entre l'Asie-Pacifique et l'Europe.

L'éruption du volcan au sommet du glacier Eyjafjallajokull, dans le sud de l'Islande, ne montrait aucun signe d'accalmie. Des experts ont averti qu'elle pourrait durer au moins plusieurs semaines.

Aucune victime n'est à déplorer, mais les nuages de cendres peuvent limiter la visibilité et risquent également d'endommager les réacteurs des appareils, même si elles se situent à très haute altitude. De légers dépôts ont été observés en Ecosse, sans que cela ne constitue un risque sanitaire sérieux.

La paralysie du trafic aérien coûte plus de 200 millions de dollars (147,3 millions d'euros) au secteur par jour, a estimé l'Association internationale du transport aérien (IATA).

 

Première publication : 17/04/2010

  • EUROPE

    Le nuage de cendres risque de perturber le trafic aérien pendant plusieurs jours

    En savoir plus

  • ISLANDE - VOLCAN

    Les voyageurs bloqués dans les aéroports témoignent

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    Comment un volcan islandais peut-il perturber tout le trafic aérien du nord de l'Europe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)