Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DSK, une mauvaise passe sans fin"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Au Burkina Faso, la rue défie Campaoré

En savoir plus

EUROPE

Benoit XVI estime que "le corps de l'Eglise est blessé par les péchés"

Vidéo par David THOMSON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2010

En visite à Malte, le pape Benoit XVI a estimé que "le corps de l'Eglise" avait été "blessé par nos péchés". Il s'agit du premier voyage du souverain pontife depuis la vague de révélations de scandales de pédophilie dans l'Eglise.

AFP - Le pape Benoît XVI a brièvement évoqué "les blessures" de l'Eglise, samedi au premier jour de sa visite à Malte, avant d'insister sur l'immigration et de prêcher pour une "nouvelle évangélisation" face aux "menaces qui pèsent sur la dignité du mariage et de la famille".

"Malte aime le Christ qui aime son Eglise qui est son corps, même si ce corps est

blessé par nos péchés", a-t-il dit dans une allusion aux scandales de pédophilie qui éclaboussent l'Eglise depuis des mois, au cours d'une brève intervention devant les journalistes dans son avion le menant à La Valette.

Pressé par l'opinion publique de réagir face à l'avalanche de révélations d'abus et surtout à "l'omerta" qui a entouré ces faits au sein de l'Eglise, le pape pourrait rencontrer un groupe d'hommes victimes de prêtres pédophiles dans un orphelinat maltais dans les années 1980.

Interrogé à ce sujet au cours d'un point de presse samedi soir, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a rappelé que "ce genre de rencontres n'est jamais annoncée à l'avance". "Si avant de quitter Malte, il les rencontre, vous le saurez", a-t-il lancé.

Selon des révélations récentes, 45 affaires de pédophilie sont venues à la connaissance de la curie maltaise depuis 1999. Vingt-six ont été jugées fondées.

S'il n'a pas évoqué ces délits une fois arrivé à Malte, le pape a en revanche défendu "les vérités morales fondamentales", dans ce pays où les catholiques représentent 95% de la population et où le divorce est interdit.

Malte a "un rôle précieux dans les débats d'aujourd'hui sur l'identité, la culture et la politique européenne", a-t-il dit dans son discours au président maltais George Abela. "Votre nation doit continuer à défendre l'indissolubilité du mariage ainsi que la vraie nature de la famille, comme elle fait déjà en défendant le caractère sacré de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle".

Dans la soirée, après s'être recueilli dans la grotte de Saint Paul à Rabat, il a prêché devant une foule enthousiaste pour "une nouvelle évangélisation (...) face aux nombreuses menaces qui pèsent sur le caractère sacré de la vie humaine et sur la dignité du mariage et de la famille".

Cette visite, à la veille des cinq ans de son pontificat lundi, est placée sous le signe de Saint Paul, qui, selon la tradition, a fait naufrage il y a 1950 ans au large de l'île qu'il a ensuite christianisée.

Le pape en a profité pour évoquer le sort des milliers d'immigrés qui échouent sur l'île et se retrouvent en camps de rétention.

Il a estimé que l'immigration était un problème qui "nous concernait tous" et pas seulement l'île de Malte, en première ligne, de part sa position géographique entre la Sicile et les côtes nord-africaines.

Selon lui, les immigrés doivent "trouver un espace de vie digne", c'est "le grand défi de notre temps", a-t-il dit.

Benoît XVI, souriant et apparemment détendu, a reçu un accueil très chaleureux. Selon le père Lombardi, au total quelque 100.000 personnes seraient descendues dans la rue pour acclamer le pape si l'on ajoute les foules massées à chacune de ses étapes. Le pape est "très heureux de la chaleur de cet accueil", a dit le père Lombardi.

Lorsqu'il est apparu en début de soirée au balcon du palais de la présidence, Benoît XVI a été acclamé par une foule de jeunes qui scandaient "vive le pape" en brandissant avec enthousiasme des foulards blancs et jaunes, couleurs du Vatican. Massés sur la place devant le palais, les jeunes ont ensuite chanté "oh happy days!", puis "happy birthday", Benoît XVI ayant fêté vendredi son 83ème anniversaire.

Première publication : 18/04/2010

COMMENTAIRE(S)