Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Hu Jintao se rend sur les lieux du séisme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2010

Dimanche, le président Hu Jintao a écourté une visite en Amérique du Sud pour se rendre dans le comté de Yushu, quatre jours après le violent séisme qui a côuté la vie de 1 700 personnes dans cette région isolée et montagneuse de l'ouest de la Chine.

AFP - Le président Hu Jintao, arrivé dimanche sur les lieux du séisme en Chine, a appelé les secouristes à tout faire pour retrouver des survivants à la catastrophe qui a fait plus de 1.700 morts dans le nord-ouest du pays, selon un bilan encore revu à la hausse en mi-journée.

Un homme de 68 ans a été extrait vivant des décombres dimanche, après avoir passé plus de 100 heures enseveli, a annoncé Chine Nouvelle.

Le bilan du séisme de mercredi s'est alourdi à 1.706 morts et 256 disparus, a indiqué l'agence officielle, actualisant un précédent bilan de 1.484 morts et 312 disparus.

Le président Hu, qui a écourté une tournée latino-américaine pour rentrer d'urgence en Chine, s'est rendu dans la préfecture de Yushu, dans la province isolée du Qinghai, "pour diriger les opérations de secours et rendre visite à des blessés", a précisé l'agence.

"Sauver ceux qui restent emprisonnés reste la tâche prioritaire. Nous devons chérir chaque vie", a dit le président Hu dans un village où il a rencontré des survivants.

"Il y a beaucoup de travail à faire, nous allons faire au mieux", a-t-il ajouté.

Mais si les recherches se poursuivaient à Jiegu, près de l'épicentre du séisme, l'espoir de retrouver des survivants s'amenuisait.

Le séisme a également fait 12.128 blessés, dont 1.424 grièvement, a indiqué dimanche un responsable du ministère des Affaires civiles.

Le chef de l'Etat, dont la fermeté au poste de numéro un Parti communiste au Tibet dans les années 80 a contribué à l'ascension politique, avait été précédé jeudi par le Premier ministre Wen Jiabao dans cette zone dévastée située à quelque 2.500 km de Pékin et à population essentiellement tibétaine.

Les quelque 130.000 secouristes travaillaient toujours dans des conditions très difficiles en raison du froid, de l'altitude --environ 4.000 mètres-- et du manque d'équipement.

Toutefois l'arrivée de l'aide, et notamment de l'eau qui manquait tragiquement, a apporté un peu de réconfort aux survivants. Mais la nourriture, les couvertures et les tentes manquaient toujours.

Les habitants de Jiegu évoquaient avec émotion une possible visite du dalaï lama, au lendemain des déclarations du chef spirtituel exilé des Tibétains demandant à Pékin de le laisser se rendre dans sa province natale du Qinghai.

"Pour répondre aux voeux de nombreuses personnes là-bas, je souhaite m'y rendre afin de leur offrir du réconfort", a-t-il dit dans un communiqué transmis depuis Dharamshala, au nord de l'Inde, où il vit.

"Tout le monde voudrait que le dalaï lama vienne ici. Il devrait venir", dit à l'AFP Dorje, un homme de 52 ans, qui fait ses prières dans un temple bouddhique.

Une visite de la bête noire de Pékin, qui n'a plus mis le pied en territoire chinois depuis son exil en 1959, semblait toutefois hautement improbable.

Les moines en robe rouge ont joué un rôle de premier plan dans les secours, fouillant à mains nues les décombres des habitations de pisé et de bois qui se sont effondrées et procédant à la crémation samedi de centaines de corps, pour éviter que des épidémies ne se propagent.

Le séisme, d'une magnitude de 6,9 sur l'échelle de moment (Mw), est le pire séisme en Chine depuis celui qui avait frappé la province voisine du Sichuan en mai 2008, faisant plus de 87.000 morts et disparus.

Le séisme de mercredi a été suivi d'un millier de répliques.

Hu Jintao est rentré précipitamment à Pékin en provenance du Brésil où il participait à un sommet des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui a été avancé et écourté.

C'est la deuxième fois en moins d'un an qu'il doit rentrer urgemment de l'étranger: le président avait écourté son séjour en Italie pour un G-8 en juillet dernier après des émeutes ethniques au Xinjiang qui ont fait au moins 200 morts.

Première publication : 18/04/2010

  • CHINE

    Les secouristes engagés dans un contre-la-montre pour retrouver des survivants

    En savoir plus

  • CHINE

    Un séisme dans le nord-ouest du pays fait des centaines de morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)