Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Hu Jintao se rend sur les lieux du séisme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2010

Dimanche, le président Hu Jintao a écourté une visite en Amérique du Sud pour se rendre dans le comté de Yushu, quatre jours après le violent séisme qui a côuté la vie de 1 700 personnes dans cette région isolée et montagneuse de l'ouest de la Chine.

AFP - Le président Hu Jintao, arrivé dimanche sur les lieux du séisme en Chine, a appelé les secouristes à tout faire pour retrouver des survivants à la catastrophe qui a fait plus de 1.700 morts dans le nord-ouest du pays, selon un bilan encore revu à la hausse en mi-journée.

Un homme de 68 ans a été extrait vivant des décombres dimanche, après avoir passé plus de 100 heures enseveli, a annoncé Chine Nouvelle.

Le bilan du séisme de mercredi s'est alourdi à 1.706 morts et 256 disparus, a indiqué l'agence officielle, actualisant un précédent bilan de 1.484 morts et 312 disparus.

Le président Hu, qui a écourté une tournée latino-américaine pour rentrer d'urgence en Chine, s'est rendu dans la préfecture de Yushu, dans la province isolée du Qinghai, "pour diriger les opérations de secours et rendre visite à des blessés", a précisé l'agence.

"Sauver ceux qui restent emprisonnés reste la tâche prioritaire. Nous devons chérir chaque vie", a dit le président Hu dans un village où il a rencontré des survivants.

"Il y a beaucoup de travail à faire, nous allons faire au mieux", a-t-il ajouté.

Mais si les recherches se poursuivaient à Jiegu, près de l'épicentre du séisme, l'espoir de retrouver des survivants s'amenuisait.

Le séisme a également fait 12.128 blessés, dont 1.424 grièvement, a indiqué dimanche un responsable du ministère des Affaires civiles.

Le chef de l'Etat, dont la fermeté au poste de numéro un Parti communiste au Tibet dans les années 80 a contribué à l'ascension politique, avait été précédé jeudi par le Premier ministre Wen Jiabao dans cette zone dévastée située à quelque 2.500 km de Pékin et à population essentiellement tibétaine.

Les quelque 130.000 secouristes travaillaient toujours dans des conditions très difficiles en raison du froid, de l'altitude --environ 4.000 mètres-- et du manque d'équipement.

Toutefois l'arrivée de l'aide, et notamment de l'eau qui manquait tragiquement, a apporté un peu de réconfort aux survivants. Mais la nourriture, les couvertures et les tentes manquaient toujours.

Les habitants de Jiegu évoquaient avec émotion une possible visite du dalaï lama, au lendemain des déclarations du chef spirtituel exilé des Tibétains demandant à Pékin de le laisser se rendre dans sa province natale du Qinghai.

"Pour répondre aux voeux de nombreuses personnes là-bas, je souhaite m'y rendre afin de leur offrir du réconfort", a-t-il dit dans un communiqué transmis depuis Dharamshala, au nord de l'Inde, où il vit.

"Tout le monde voudrait que le dalaï lama vienne ici. Il devrait venir", dit à l'AFP Dorje, un homme de 52 ans, qui fait ses prières dans un temple bouddhique.

Une visite de la bête noire de Pékin, qui n'a plus mis le pied en territoire chinois depuis son exil en 1959, semblait toutefois hautement improbable.

Les moines en robe rouge ont joué un rôle de premier plan dans les secours, fouillant à mains nues les décombres des habitations de pisé et de bois qui se sont effondrées et procédant à la crémation samedi de centaines de corps, pour éviter que des épidémies ne se propagent.

Le séisme, d'une magnitude de 6,9 sur l'échelle de moment (Mw), est le pire séisme en Chine depuis celui qui avait frappé la province voisine du Sichuan en mai 2008, faisant plus de 87.000 morts et disparus.

Le séisme de mercredi a été suivi d'un millier de répliques.

Hu Jintao est rentré précipitamment à Pékin en provenance du Brésil où il participait à un sommet des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui a été avancé et écourté.

C'est la deuxième fois en moins d'un an qu'il doit rentrer urgemment de l'étranger: le président avait écourté son séjour en Italie pour un G-8 en juillet dernier après des émeutes ethniques au Xinjiang qui ont fait au moins 200 morts.

Première publication : 18/04/2010

  • CHINE

    Les secouristes engagés dans un contre-la-montre pour retrouver des survivants

    En savoir plus

  • CHINE

    Un séisme dans le nord-ouest du pays fait des centaines de morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)