Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

Economie

Toyota accepte de payer une lourde amende aux autorités américaines

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2010

Le constructeur japonais Toyota a finalement décidé de payer l'amende record de 16,4 millions de dollars qui lui a été infligée par les autorités américaines pour avoir caché des défauts de production sur certains de ses modèles.

AFP - Le constructeur automobile japonais Toyota va payer l'amende record de 16,375 millions de dollars imposée par les autorités américaines pour avoir caché pendant plusieurs mois ses problèmes d'accélérateurs, a-t-on appris dimanche soir de source gouvernementale.

"En payant l'intégralité de la pénalité civile, Toyota accepte sa responsabilité pour avoir caché ce problème de sécurité de l'agence de sécurité de routière, en violation de la loi", a déclaré à l'AFP un haut responsable du ministère américain des Transports.

Un porte-parole de Toyota a indiqué qu'il n'avait rien à annoncer.

Le ministère avait annoncé au début du mois qu'il réclamait une amende de 16,375 millions de dollars au constructeur automobile japonais pour lui avoir caché ses problèmes d'accélération involontaire pendant "au moins quatre mois".

Toyota disposait de deux semaines, jusqu'à lundi, pour s'acquitter de cette amende ou la contester, selon la procédure en vigueur. S'il avait refusé de payer et n'était pas arrivé à se mettre d'accord avec l'agence de sécurité routière américaine, la NHTSA, dépendant du ministère, l'affaire aurait été alors déférée à un tribunal.

C'est la plus forte amende jamais infligée à un constructeur automobile par la NHTSA.

De source informée, on indiquait que Toyota pourrait signer lundi, à la date limite, les documents légaux préalables au versement de l'amende, lequel devrait avoir lieu sous 30 jours.

La sécurité routière avait ouvert une enquête le 16 février pour voir si Toyota avait tardé à lui révéler ses problèmes alors que les "constructeurs sont légalement tenus de (la) prévenir sous cinq jours" en cas de problème affectant la sécurité de leurs véhicules.
 

Première publication : 19/04/2010

COMMENTAIRE(S)