Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

EUROPE

L'Europe souhaite mettre fin au chaos aérien

©

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 19/04/2010

Pressés par les compagnies aériennes, dont les pertes atteignent 150 millions d'euros par jour, et qui jugent excessives les restrictions de vols, les ministres européens des Transports se réunissent cet après-midi.

INFORMATIONS PRATIQUES

Vous deviez prendre l'avion et vous êtes bloqués à l'aéroport ? Vos témoignages et commentaires nous intéressent. Laissez-nous votre message en bas de la page.

Depuis jeudi et l'éruption du volcan Eyjafjöll au sud de l'Islande, un nuage de cendres volcaniques balaie l'espace aérien d'une trentaine de pays européens. Des mesures exceptionnelles de fermetures totales ou de restrictions partielles sont, depuis, en vigueur et évoluent en fonction du nuage, dont le flux de cendres pourrait endommager les réacteurs des appareils en vol.

Au cinquième jour de la paralysie du trafic aérien européen, les ministres des Transports de l’Union européenne se sont réunis lundi après-midi, pour décider de la faisabilité de la reprise des vols. 

Face à la grogne des compagnies aériennes, l'Union européenne s'est dit prête, lundi, à autoriser les États à verser des aides exceptionnelles, a déclaré le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia. Mais pour autant la reprise des vols sera conditionnée par "la sécurité" des passagers, a déclaré de son côté la présidence tournante espagnole de l'Union européenne.

Conséquence des avions cloués au sol, quelque 6,8 millions de passagers sont bloqués dans 313 aéroports à travers le monde, selon l'organisation professionnelle des aéroports Airports Council International (ACI). Dimanche, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a estimé qu'environ 150 000 voyageurs français étaient coincés à l'étranger. 

Lundi, une nouvelle journée noire se dessine dans plusieurs pays européens, alors que l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne, Eurocontrol, estime que seulement 30 % des vols devraient être assurés en Europe. Soit moins de 9 000 sur les 28 000 prévus. 

En France, les aéroports situés au nord d'une ligne Bordeaux-Nice devraient rester fermés jusqu'à mardi 8h (6h GMT+2). 

Un impact économique pire que le 11 septembre

Le coût du chaos aérien provoqué par le nuage - le 19/04

Cette paralysie coûte près de 150 millions d'euros aux compagnies aériennes par jour, estime l'Association internationale du transport aérien, et affecte autant les voyageurs que le transit international des marchandises. 

"L'impact économique sera plus sévère que celui du 11 septembre 2001 sur le transport aérien", a déclaré, ce lundi, Giovanni Bisignani, le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA). 

Lundi matin, les cours des grandes compagnies aériennes européennes, dont  Air France-KLM et le gestionnaire des aéroports parisiens ADP, chutaient de 4 % à 5 %.

L'Europe accusée d'excès de précaution 

La principale association des compagnies aériennes européennes (AEA) et celle des gestionnaires d'aéroports (ACI) ont demandé, dimanche, une "réévaluation immédiate" des restrictions de vols, jugées excessives. L'association IATA a exprimé, ce lundi, son "insatisfaction" sur la gestion de la crise et demandé l'ouverture d'"au moins quelques couloirs" aériens. 

"Nous subissons une pression compréhensible"

La situation n'est "pas supportable", s'est inquiété dimanche le commissaire européen aux Transports, Sliim Kallas, affirmant son espoir de voir 50 % de l'espace aérien sans danger pour les vols ce lundi.

Une attaque également menée par le ministre néerlandais des Transports, Camiel Eurlings, qui a jugé dimanche la réponse de l'Europe trop sévère, rappelant que les États-Unis n'avaient pas fermé leur espace lors d'éruptions similaires dans le passé. 

Sur FRANCE 24, le chef adjoint des opérations d'Eurocontrol affirme, cependant, que les règles de l'organisation internationale de l'aviation civile "sont interprétées de manière plus rigoureuse en Europe qu'aux États-Unis". 

La situation en France 

Les vols tests des compagnies aériennes - le 19/04

En France, une cellule de crise mise en place par le gouvernement avec les professionnels de l'aviation s'est déjà réunie plusieurs fois samedi et dimanche au ministère de l'Ecologie. Un groupe de travail doit également se réunir en début de semaine à Bercy afin d’évaluer les conséquences économiques de cette paralysie. Le Medef, l'organisation patronale française a, d'ailleurs, mis sur pied une cellule de crise.

Les voyageurs privés d'avion s'organisent et certains utilisent les reroutages proposés par les compagnies. Ainsi depuis l'aéroport de Roissy, Air France a affrété, lundi matin, "une dizaine de bus en direction de l'aéroport de Toulouse", explique Marion Gaudin, envoyée spéciale de FRANCE 24 sur place. 

Dimanche, la SNCF a annoncé que 8 000 places supplémentaires pour des trains vers l'international seraient proposées. 

Pendant ce temps, le panache de cendres de l'éruption du volcan Eyjafjöll s'est abaissé à environ 2 000 mètres, ont annoncé les services météorologiques de l'île. Plusieurs experts affirment que l'éruption pourrait durer des semaines.

Où en est l'activité du volcan en Islande ? - le 19/04


Première publication : 19/04/2010

  • EUROPE

    Informations pratiques sur l'état du trafic aérien en Europe

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    "Nous pouvons nous payer l'hôtel, mais le budget devient très élevé"

    En savoir plus

  • EUROPE

    Pour en savoir plus sur le nuage de cendres

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)