Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

EUROPE

La reprise du trafic aérien s'amplifie en Europe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2010

Après six jours de restrictions de vols, la situation s'améliore dans le ciel européen. Ce mardi, des centaines de milliers de voyageurs bloqués à travers le monde ont pu être acheminés dans leur pays d'origine.

AFP - Des milliers de passagers, sur les millions bloqués depuis six jours par le nuage de cendres dégagé par un volcan islandais, ont pu enfin prendre l'avion mardi dans le ciel européen, une reprise qui reste toutefois partielle, en ordre dispersé et fragile.

Suivre un vol en temps réel

- Track Flight Status
Si vous avez un numéro de vol, le site Track Flight Status vous permet de savoir si l'avion a atterri, décollé...

- Google
Autre option, la plus simple : entrez directement le numéro de vol (par exemple AF3093 pour le vol Air France numéro 3093) dans le moteur de recherche Google. Dans les premiers résultats s'affichera directement la page Flight Stats liée à ce vol.

- Radar virtuel
Carte interactive. Il suffit de cliquer sur un avion pour connaître ses coordonnées, son lieu de départ et d'arrivée.



Moins de la moitié des vols prévus normalement dans la journée de mardi en Europe -- 13.000 vols sur 28.000 en temps normal -- devaient être effectués, selon l'Organisation européenne de la navigation aérienne (Eurocontrol), qui a revu à la baisse ses premières prévisions.

Au septième jour de l'éruption d'un volcan en Islande qui a provoqué un chaos et des pertes sans précédent pour les compagnies aériennes, la reprise partielle des vols a permis d'acheminer des centaines de milliers parmi les millions de voyageurs bloqués à travers le monde.

Reprise inégale selon les pays

L'Espagne, pays à peine touché par les fermetures d'espaces aériens, a assuré dans ses aéroports 160 vols spéciaux depuis lundi, sans compter ceux de l'aéroport de Madrid, selon les autorités aéroportuaires.

La situation se débloquait de manière très inégale dans les autres pays.

En France, la reprise du trafic aérien va s'amplifier, a assuré le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, espérant 100% des vols long courriers.

Quelque 85.000 Français étaient bloqués à l'étranger depuis jeudi dernier, mais

quelques centaines qui étaient en attente depuis plusieurs jours à New York ont pu arriver mardi à Roissy, l'un des deux aéroports parisiens.

"C'est un peu la folie à New York. Il y a 200 personnes sur liste d'attente. Je pensais être encore bloquée une semaine", a déclaré Catherine Collins, soulagée d'être sortie de cet "enfer". Il lui aura toutefois fallu acheter pour cela un billet en classe économique à... 2.000 dollars.

Le trafic aérien a repris très progressivement mardi matin en Ecosse et dans le nord de l'Angleterre, mais la fermeture de l'espace aérien a été maintenue dans le reste du Royaume-Uni jusqu'à mercredi matin.

Air China, la deuxième compagnie nationale chinoise, a annoncé la reprise dans la journée de ses vols vers Moscou, Stockholm et Rome.

Le trafic aérien a également repris partiellement en Belgique et en Italie, et la situation se normalisait lentement en Suisse.

La Hongrie, la Slovaquie et la Norvège ont confirmé la réouverture au moins temporaire de leur espace aérien, et le Danemark à partir de 00H00 GMT mercredi.

La fermeture de l'espace aérien allemand a été prolongée jusqu'à mercredi 00H00 GMT, celle des aéroports finlandais jusqu'à 06H00 GMT mercredi.

Les ministres des Transports européens s'étaient mis d'accord lundi soir pour assouplir les restrictions de vol imposées depuis le 15 avril dans une grande partie de l'Europe.

Le secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires européennes, Diego Lopez Garrido, a

Les retombées économiques
rejeté mardi des critiques de la France, qui juge que les pays de l'UE auraient dû agir plus vite face à la crise. "Il y a eu une coordination évidente", a-t-il assuré.

Selon le gouvernement français, la quasi-totalité des passagers bloqués dans le pays par les perturbations du transport aérien seront rapatriés dans les 48 heures. Les Etats-Unis ont, eux, indiqué qu'ils ne prévoyaient pas de rapatrier les Américains bloqués en Europe.

En Islande, les météorologues se voulaient rassurants, soulignant qu'aucun signe d'intensification de l'activité du volcan n'avait été enregistré et que le panache de cendre avait nettement diminué.

Un changement de direction du vent poussera en fin de semaine le nuage vers l'Arctique, a déclaré l'Organisation météorologique mondiale.

Le lourd bilan du chaos aérien

Alors que la durée de l'éruption restait imprévisible, le manque à gagner engendré par les perturbations se compte en centaines de millions de dollars, selon plusieurs sociétés et autorités.

La compagnie aérienne Emirates Airlines de Dubaï a ainsi annoncé des pertes de 65 millions de dollars, et son homologue aérienne Delta Airlines a chiffré à 20 millions de dollars le coût des annulations de vol à la date de lundi soir.

Selon le gouvernement français, les perturbations ont déjà coûté 200 millions d'euros au tourisme en France.

L'Association des compagnies aériennes européennes, qui regroupe 36 compagnies, a réclamé une aide pour aider les transporteurs à faire face aux annulations de vols, 95.000 en Europe selon Eurocontrol.

Première publication : 20/04/2010

  • TRANSPORTS

    "Nous pouvons nous payer l'hôtel, mais le budget devient très élevé"

    En savoir plus

  • EUROPE

    Informations pratiques sur l'état du trafic aérien en Europe

    En savoir plus

  • FRANCE

    Informations pratiques sur l'état du trafic aérien en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)