Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Economie

Toyota rappelle 34 000 véhicules tout-terrain dans le monde

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2010

La série noire continue pour Toyota. Après les tapis de sol, les pédales d'accélérateur bloquées ou les freins de la Prius, c'est la tenue de route des 4x4 de la marque, notamment ceux de la gamme de prestige Lexus, qui est en cause.

AFP - Toyota a annoncé mardi le rappel dans le monde de 34.000 4x4 qui risquent de sortir de la route lorsqu'ils roulent trop vite dans les virages, un nouveau souci pour le géant automobile japonais qui concerne notamment les Lexus, sa marque de prestige ultra-lucrative.

Cet énième rappel survient alors que Toyota a accepté de payer une amende record de près de 16,4 millions de dollars aux Etats-Unis, où il est accusé d'avoir tardé à communiquer sur d'autres affaires de défauts.

Le rappel des 4x4 a été décidé après les critiques d'un magazine américain, Comsumer Reports. Selon ce dernier, le modèle Lexus GX 460 risque de partir en tonneau lorsqu'il prend un virage à grande vitesse.

Toyota a reconnu, dans un communiqué, qu'une sortie de route pouvait se produire en raison de "l'activation insuffisante du contrôle de stabilité du véhicule" lorsque le volant est actionné brusquement à vive allure, ou "lorsque le conducteur négocie un virage à vitesse excessive".

Ce problème d'instabilité affecte les GX 460 et les Toyota Land Cruiser Prado avec poste de conduite à gauche, pour lesquelles le réservoir de carburant est également situé sur le côté gauche du véhicule.

Au total, Toyota va rappeler pour mise à jour du système informatique 13.000 GX 460, dont 9.400 aux Etats-Unis et le reste au Canada, en Russie et dans le sultanat d'Oman. Quelque 21.000 Land Cruiser Prado avec poste de conduite à gauche seront rappelés en Europe et au Moyen-Orient.

"Toyota ne pouvait faire autrement" que de rappeler les voitures après sa mise en cause par un influent magazine américain, alors que le souvenir de sa gestion exécrable des rappels précédents reste vif, a commenté Mamoru Kato, analyste au Centre de Recherche Tokai Tokyo.

M. Kato s'est toutefois demandé si un 4x4 qui roule trop vite dans les virages ne risque pas d'avoir un accident de toutes façons.

"Je me demande comment de tels problèmes peuvent être réparés. Ils peuvent affecter n'importe quelle voiture", a jugé l'analyste. "On continue peut-être à casser du Toyota" aux Etats-Unis, a-t-il critiqué.

L'envergure du dernier rappel apparaît limitée par rapport aux quelque 10 millions de véhicules que Toyota et ses filiales ont dû rappeler dans le monde ces derniers mois, notamment en raison d'accélérations incontrôlées.

Selon les analystes, le problème est qu'il affecte la marque de luxe emblématique du constructeur.

"Les Lexus sont très importantes pour les revenus de Toyota", a expliqué Tatsuya Mizuno, analyste chez Mizuno Credit Advisory. "Le volume de production est petit comparé aux Corolla ou aux Camry. Mais c'est une marque forte, qui représente les technologies Toyota dans le monde du luxe".

Toyota refuse de divulguer la part que les Lexus, vendues dans un nombre limité de pays riches, représentent dans son chiffre d'affaires annuel.

Le modèle rappelé, la Lexus GX 460, est vendu à partir de 51.970 dollars (37.500 euros) aux Etats-Unis. Le prix de base grimpe jusqu'à 375.000 dollars (275.700 euros) pour le modèle le plus cher de la gamme, la "super-voiture" de sport LFA dont seuls 500 exemplaires ont été fabriqués.

Toyota a par ailleurs annoncé lundi qu'il allait verser les 16,375 millions de dollars que lui réclament les autorités américaines. Il a précisé qu'il avait pris cette décision "pour éviter la prolongation d'un litige et un éventuel contentieux juridique", et non parce qu'il s'avoue coupable.

"D'un côté, payer l'amende peut constituer une reconnaissance de culpabilité de la part de Toyota. Mais d'un autre côté, s'il avait refusé de payer, on aurait pu lui reprocher de ne pas se sentir contrit", a estimé M. Kato.

"Si la somme avait été énorme, ne pas la payer aurait pu être une stratégie. Mais elle est raisonnable, donc Toyota a décidé de payer tout en proclamant qu'il n'est pas du tout coupable", a-t-il ajouté.

Première publication : 20/04/2010

  • AUTOMOBILE

    Toyota accepte de payer une lourde amende aux autorités américaines

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Toyota va rappeler 870 000 Sienna aux États-Unis et au Canada

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Toyota suspend dans le monde entier la vente des 4x4 Lexus

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)