Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

Moyen-orient

Washington confesse ne détenir aucune preuve de la livraison de Scuds syriens au Hezbollah

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2010

Au lendemain de la convocation d'un haut diplomate syrien à Washington, les États-Unis ont concédé n'avoir "aucun avis particulier" sur une éventuelle livraison de missiles Scud au Hezbollah.

REUTERS - Les Etats-Unis ont fait savoir mardi n’avoir toujours pas établi la réalité de livraisons par la Syrie de missiles Scud au Hezbollah libanais.

"Nous continuons à examiner le dossier et nous avons, pour le moment, aucun avis particulier sur le fait de savoir si semblable transfert a bien eu lieu", a déclaré à la presse P.J. Crowley, porte-parole du département d’Etat.

Il a ajouté: "Mais c’est un sujet qui nous préoccupe beaucoup".

La veille, les Etats-Unis avaient convoqué le plus haut diplomate syrien en poste à Washington pour déplorer un "comportement provocateur" au sujet de la livraison présumée par Damas de missiles Scud à la milice chiite libanaise.

"Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus forts la livraison de tout armement, en particulier de systèmes de missiles balistiques comme le Scud, par la Syrie au Hezbollah", avait alors déclaré un autre porte-parole du département d’Etat dans un communiqué.

"Nous appelons à une cessation immédiate de toute livraison d’armes au Hezbollah ou à d’autres organisations terroristes de la région", avait-il ajouté.

Selon le département d’Etat, c’est la quatrième fois au cours des derniers mois que Washington soulevait cette question auprès de l’ambassade de Syrie.

Les Etats-Unis avaient déjà manifesté mercredi dernier leur inquiétude à ce sujet. La veille, le président israélien Shimon Peres avait accusé les autorités syriennes d’avoir fourni au Hezbollah "des missiles Scud ultramodernes qui menacent Israël".

Les missiles en question auraient une portée de 700 km, ce qui leur permettrait d’atteindre Jérusalem, Tel Aviv ou les sites nucléaires de l’Etat hébreu, selon le Wall Street Journal.

Cette livraison, si elle était confirmée, pourrait aussi remettre en question le rapprochement que le président américain Barack Obama a entamé avec la Syrie, que son prédécesseur George W. Bush s’était efforcé d’isoler, l’accusant de faire obstacle au processus de paix au Proche-Orient et de souffler sur les braises irakiennes.

Première publication : 20/04/2010

  • DIPLOMATIE

    Un possible transfert de missiles de la Syrie au Hezbollah provoque l'ire de Washington

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Les États-Unis "inquiets" d'un possible transfert de Scuds de la Syrie au Hezbollah libanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)