Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

Sports

Samaranch, l'ancien président du CIO, hospitalisé dans un état "très grave"

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2010

Juan Antonio Samaranch, 89 ans, a été admis d'urgence dans une clinique de Barcelone en raison d'un grave problème coronarien. Secrétaire d'État aux Sports sous le règne de Franco, il régna 21 ans durant à la tête du Comité olympique international.

AFP - L'Espagnol Juan Antonio Samaranch, hospitalisé mardi dans un état "très grave", a présidé le Comité international olympique (CIO) pendant 21 ans, deuxième règne le plus long après celui du baron Pierre de Coubertin, "père" des Jeux de l'ère moderne à la tête du CIO de 1896 à 1925.

Homme d'influence et de réseaux, Juan Antonio Samaranch, l'un des Espagnols les plus connus dans le monde, est un touche-à-tout.

Né le 17 juillet 1920 à Barcelone dans une riche famille catalane d'industriels du textile, il se consacre d'abord à l'entreprise familiale.

Sportif amateur, il organise à Barcelone en 1951 les premiers Championnats du monde de rink-hockey (hockey sur patins à roulettes) et conduit la sélection nationale au titre.

Une carrière sous l'aile du dictateur Franco

Un succès sans précédent qui lui vaut la reconnaissance du général Francisco Franco, dont il fut lui-même un fervent admirateur.

Diplômé de l'Institut supérieur d'études d'entreprises de Barcelone, professeur d'économie, il devient alors président de la puissante Caisse d'épargne de Catalogne, puis député à la "Diputacion" (Conseil provincial) de Barcelone avant d'en devenir le président.

En 1967, il est nommé délégué national de l'Education physique et des Sports (l'équivalent de secrétaire d'Etat aux sports) dans le gouvernement du dictateur Franco.

Membre élu du CIO depuis 1966, il est le premier ambassadeur d'Espagne (1977-1980) à Moscou après la reprise des relations diplomatiques avec l'URSS. Vice-président du CIO (1974-1978), il accède à la présidence en 1980 avant d'être reconduit, à trois reprises, dans ses fonctions (1989, 1993 et 1997).

Il reçoit en 1991 le titre de marquis par le roi d’Espagne Juan Carlos pour son implication dans le mouvement olympique et l'attribution des JO-1992 à Barcelone.

Fin de règne difficile au CIO

Le 1er octobre 2000, M. Samaranch avait qualifié les jeux Olympiques de Sydney, ses derniers en tant que président du CIO, de "meilleurs de tous les temps".

Veuf de Maria Teresa Salisachs-Rowe, décédée le 16 septembre 2000, héritière d'une grande dynastie du textile de la Catalogne, M. Samaranch est père de deux enfants, Maria Teresa et Juan Antonio Jr, élu membre du CIO en juillet 2001.

Sa fin de présidence, correspondant à un passage de relais avec son fils, a été marquée par plusieurs problèmes de santé.

Il avait été hospitalisé à Lausanne le 17 juillet 2001, jour de ses 81 ans, "en raison d'une extrême fatigue" liée au congrès du CIO à Moscou. La veille, M. Samaranch avait annoncé, depuis la capitale russe, l'élection de son successeur, le Belge Jacques Rogge, trois jours après avoir désigné Pékin pour l'organisation des JO de 2008.

En août 2001, des complications aiguës d'hypertension artérielle liées "à un énorme effort avant et après" le congrès à Moscou avaient nécessité son hospitalisation à Barcelone (nord-est de l'Espagne).

En décembre 2007, il avait été hospitalisé à Madrid après une hausse de tension artérielle.

Juan Antonio Samaranch, président d'honneur à vie du CIO, n'a jamais ménagé ses efforts après son départ, faisant tout pour ramener les Jeux en Espagne, après ceux de Barcelone en 1992.

Mais son soutien n'avait pas suffi à Madrid en 2005 pour décrocher les JO de 2012, attribués à Londres.

Il avait repris du service en octobre 2009, volant à Copenhague pour tenter une nouvelle fois "d'aider Madrid avec (ses) mots, rares mais importants". Mais la capitale espagnole avait été battue en finale par Rio de Janeiro pour l'organisation des JO-2016.

Première publication : 20/04/2010

  • COMITÉ OLYMPIQUE

    Jacques Rogge reconduit à la tête du CIO pour quatre ans

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)