Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

Retour progressif à la normale du trafic aérien européen

Vidéo par Rebecca BOWRING , Gaëlle FAURE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2010

La situation du trafic aérien européen se normalise ce mercredi. Les compagnies aériennes veulent avant tout désengorger les files d'attente de passagers bloqués qui se sont créées ces six derniers jours.

AFP - Le trafic aérien européen reviendra à un niveau quasi normal jeudi, mais il faudra encore des jours, voire des semaines, pour faire revenir les centaines de milliers de passagers coincés à travers le monde à la suite de l'éruption d'un volcan islandais.

"Le trafic aérien à Roissy est revenu à la normale"

"Il est prévu que presque 100% du trafic aérien sera assuré en Europe jeudi", après une semaine de très graves perturbations, a annoncé dans l'après-midi l'Organisation européenne de la navigation aérienne, Eurocontrol.

A l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle, "un retour à la normale" est prévu dès jeudi matin.

En Islande, le volcan islandais Eyjafjöll, dont l'éruption a provoqué depuis une semaine un chaos jamais vu dans le transport aérien mondial, semblait enfin vouloir se calmer, même si les scientifiques préviennent que l'éruption peut se prolonger ou en déclencher d'autres dans un futur proche.

L'intensité de l'éruption a chuté de 80% depuis samedi et la production de cendres était mercredi, selon les sismologues islandais, "vraiment insignifiante".

C'est justement le nuage de cendres craché par le volcan, baladé au gré des vents de l'Atlantique jusqu'à l'ouest de la Russie, qui a cloué au sol les avions et laissé sur le carreau des millions de voyageurs.

Signe d'une amorce de fin de galère pour les passagers, plus de 80% des vols prévus mercredi en Europe devaient être assurés au terme de la journée, l'espace aérien ne demeurant limité qu'au-dessus de 20.000 pieds dans quelques rares zones dont la Finlande et le nord de l'Ecosse, selon Eurocontrol.

Suivre un vol en temps réel

- Track Flight Status
Si vous avez un numéro de vol, le site Track Flight Status vous permet de savoir si l'avion a atterri, décollé...

- Google
Autre option, la plus simple : entrez directement le numéro de vol (par exemple AF3093 pour le vol Air France numéro 3093) dans le moteur de recherche Google. Dans les premiers résultats s'affichera directement la page Flight Stats liée à ce vol.

- Radar virtuel
Carte interactive. Il suffit de cliquer sur un avion pour connaître ses coordonnées, son lieu de départ et d'arrivée.

La plupart des grandes compagnies européennes prévoyaient un retour à la normal au plus tard jeudi matin, alors que les principales compagnies aériennes d'Asie et du Golfe ont annoncé mercredi la reprise leurs vols vers l'Europe.

Mais malgré la reprise des vols, gouvernements, autorités de l'aviation et compagnies aériennes ont averti qu'il faudrait des jours, voire des semaines, pour que tout revienne à la normale et que les centaines de milliers de voyageurs encore en souffrance puissent regagner leurs destinations.

Véronique David, une infirmière française de 42 ans, a ainsi poursuivi sa semaine de "galère" au retour de ses vacances à San Francisco en passant la nuit sur un tapis de sol dans l'aéroport londonien de Heathrow.

"J'espère qu'on pourra enfin rentrer à Paris aujourd'hui, car on commence à en avoir marre", a-t-elle raconté.

A Sydney, la queue atteignait 200 mètres pour l'embarquement sur un vol British Airways. "Les gens n'en peuvent plus", lâchait Jane Gershfield, passeport et billet à la main.

En France, les voyagistes Nouvelles Frontières et Voyageurs du monde ont jugé le délai de 48 heures pour le retour de la quasi-totalité des Français "raisonnable" et réalisable pour au moins 90% d'entre eux. Environ 43.000 étaient encore bloqués à l'étranger mercredi soir, selon le gouvernement.

Se posera ensuite l'épineuse question des remboursements.

Au Royaume-Uni, le directeur général de l'Association des représentants des compagnies aériennes (BAR), Mike Carrivick, a dénoncé la règlementation européenne "injuste", trop généreuse selon lui sur les remboursements des frais occasionnés aux passagers par la paralysie récente du trafic.

La compagnie Ryanair a d'ores et déjà indiqué qu'elle limiterait les remboursements à un montant équivalant au prix payé pour le billet.

Les retombées économiques
Les compagnies aériennes, dont les pertes de recettes atteignent selon l'Association internationale du transport aérien (IATA) 1,7 milliard de dollars, ont accusé les gouvernements d'avoir réagi à l'excès en interdisant purement en simplement le trafic aérien au motif que les cendres volcaniques peuvent endommager les réacteurs des appareils.

Selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), il n'y a pas, pour le moment, de normes internationales fixant le niveau dangereux de concentration de cendres volcaniques.

L'IATA, soulignant les risques de faillite, compte demander à l'Union européenne qu'elle autorise les gouvernements des Etats membres à rembourser aux compagnies le coût d'immobilisation de leurs avions.

Au Royaume-Uni, le chef de l'opposition conservatrice, David Cameron, en pleine campagne électorale, a réclamé l'ouverture d'une enquête sur la gestion par le gouvernement de la fermeture de l'espace aérien.

Les deux plus importants tour-opérateurs d'Europe, TUI travel et Thomas Cook, ont vivement critiqué la gestion par le gouvernement britannique de la crise, dénonçant "un véritable cafouillage".

Les conséquences globales sur l'économie restent elles encore à chiffrer, alors que des usines à travers le monde ont dû fermer et de nombreuses entreprises tourner au ralenti.

Le coût pour les aéroports européens est évalué à 1,26 milliard d'euros, selon le Conseil des aéroports pour l'Europe.

Quant au secteur du tourisme, touché de plein fouet, le gouvernement français évalue d'ores et déjà ses pertes à 200 millions d'euros dans le pays.

Première publication : 21/04/2010

  • TRANSPORTS

    "Nous pouvons nous payer l'hôtel, mais le budget devient très élevé"

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    Les gagnants et les perdants de la paralysie aérienne en Europe

    En savoir plus

  • ÉRUPTION VOLCANIQUE

    Paris se donne 48 heures pour rapatrier les Français bloqués à l'étranger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)