Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début l'opération israélienne

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

EUROPE

Retour progressif à la normale du trafic aérien européen

©

Vidéo par Rebecca BOWRING , Gaëlle FAURE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2010

La situation du trafic aérien européen se normalise ce mercredi. Les compagnies aériennes veulent avant tout désengorger les files d'attente de passagers bloqués qui se sont créées ces six derniers jours.

AFP - Le trafic aérien européen reviendra à un niveau quasi normal jeudi, mais il faudra encore des jours, voire des semaines, pour faire revenir les centaines de milliers de passagers coincés à travers le monde à la suite de l'éruption d'un volcan islandais.

"Le trafic aérien à Roissy est revenu à la normale"

"Il est prévu que presque 100% du trafic aérien sera assuré en Europe jeudi", après une semaine de très graves perturbations, a annoncé dans l'après-midi l'Organisation européenne de la navigation aérienne, Eurocontrol.

A l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle, "un retour à la normale" est prévu dès jeudi matin.

En Islande, le volcan islandais Eyjafjöll, dont l'éruption a provoqué depuis une semaine un chaos jamais vu dans le transport aérien mondial, semblait enfin vouloir se calmer, même si les scientifiques préviennent que l'éruption peut se prolonger ou en déclencher d'autres dans un futur proche.

L'intensité de l'éruption a chuté de 80% depuis samedi et la production de cendres était mercredi, selon les sismologues islandais, "vraiment insignifiante".

C'est justement le nuage de cendres craché par le volcan, baladé au gré des vents de l'Atlantique jusqu'à l'ouest de la Russie, qui a cloué au sol les avions et laissé sur le carreau des millions de voyageurs.

Signe d'une amorce de fin de galère pour les passagers, plus de 80% des vols prévus mercredi en Europe devaient être assurés au terme de la journée, l'espace aérien ne demeurant limité qu'au-dessus de 20.000 pieds dans quelques rares zones dont la Finlande et le nord de l'Ecosse, selon Eurocontrol.

Suivre un vol en temps réel

- Track Flight Status
Si vous avez un numéro de vol, le site Track Flight Status vous permet de savoir si l'avion a atterri, décollé...

- Google
Autre option, la plus simple : entrez directement le numéro de vol (par exemple AF3093 pour le vol Air France numéro 3093) dans le moteur de recherche Google. Dans les premiers résultats s'affichera directement la page Flight Stats liée à ce vol.

- Radar virtuel
Carte interactive. Il suffit de cliquer sur un avion pour connaître ses coordonnées, son lieu de départ et d'arrivée.

La plupart des grandes compagnies européennes prévoyaient un retour à la normal au plus tard jeudi matin, alors que les principales compagnies aériennes d'Asie et du Golfe ont annoncé mercredi la reprise leurs vols vers l'Europe.

Mais malgré la reprise des vols, gouvernements, autorités de l'aviation et compagnies aériennes ont averti qu'il faudrait des jours, voire des semaines, pour que tout revienne à la normale et que les centaines de milliers de voyageurs encore en souffrance puissent regagner leurs destinations.

Véronique David, une infirmière française de 42 ans, a ainsi poursuivi sa semaine de "galère" au retour de ses vacances à San Francisco en passant la nuit sur un tapis de sol dans l'aéroport londonien de Heathrow.

"J'espère qu'on pourra enfin rentrer à Paris aujourd'hui, car on commence à en avoir marre", a-t-elle raconté.

A Sydney, la queue atteignait 200 mètres pour l'embarquement sur un vol British Airways. "Les gens n'en peuvent plus", lâchait Jane Gershfield, passeport et billet à la main.

En France, les voyagistes Nouvelles Frontières et Voyageurs du monde ont jugé le délai de 48 heures pour le retour de la quasi-totalité des Français "raisonnable" et réalisable pour au moins 90% d'entre eux. Environ 43.000 étaient encore bloqués à l'étranger mercredi soir, selon le gouvernement.

Se posera ensuite l'épineuse question des remboursements.

Au Royaume-Uni, le directeur général de l'Association des représentants des compagnies aériennes (BAR), Mike Carrivick, a dénoncé la règlementation européenne "injuste", trop généreuse selon lui sur les remboursements des frais occasionnés aux passagers par la paralysie récente du trafic.

La compagnie Ryanair a d'ores et déjà indiqué qu'elle limiterait les remboursements à un montant équivalant au prix payé pour le billet.

Les retombées économiques
Les compagnies aériennes, dont les pertes de recettes atteignent selon l'Association internationale du transport aérien (IATA) 1,7 milliard de dollars, ont accusé les gouvernements d'avoir réagi à l'excès en interdisant purement en simplement le trafic aérien au motif que les cendres volcaniques peuvent endommager les réacteurs des appareils.

Selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), il n'y a pas, pour le moment, de normes internationales fixant le niveau dangereux de concentration de cendres volcaniques.

L'IATA, soulignant les risques de faillite, compte demander à l'Union européenne qu'elle autorise les gouvernements des Etats membres à rembourser aux compagnies le coût d'immobilisation de leurs avions.

Au Royaume-Uni, le chef de l'opposition conservatrice, David Cameron, en pleine campagne électorale, a réclamé l'ouverture d'une enquête sur la gestion par le gouvernement de la fermeture de l'espace aérien.

Les deux plus importants tour-opérateurs d'Europe, TUI travel et Thomas Cook, ont vivement critiqué la gestion par le gouvernement britannique de la crise, dénonçant "un véritable cafouillage".

Les conséquences globales sur l'économie restent elles encore à chiffrer, alors que des usines à travers le monde ont dû fermer et de nombreuses entreprises tourner au ralenti.

Le coût pour les aéroports européens est évalué à 1,26 milliard d'euros, selon le Conseil des aéroports pour l'Europe.

Quant au secteur du tourisme, touché de plein fouet, le gouvernement français évalue d'ores et déjà ses pertes à 200 millions d'euros dans le pays.

Première publication : 21/04/2010

  • TRANSPORTS

    "Nous pouvons nous payer l'hôtel, mais le budget devient très élevé"

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    Les gagnants et les perdants de la paralysie aérienne en Europe

    En savoir plus

  • ÉRUPTION VOLCANIQUE

    Paris se donne 48 heures pour rapatrier les Français bloqués à l'étranger

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)