Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

EUROPE

L'UE lève le voile sur son très controversé traité anti-contrefaçon

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2010

La Commission européenne a publié une version du traité Acta destiné à empêcher la contrefaçon des produits commerciaux autant que le téléchargement illégal. Un texte qui suscite l'inquiétude des défenseurs de la liberté d'expression.

AFP - Négocié en secret depuis 2007, la dernière et non définitive mouture du controversé traité anticontrefaçon (Acta) a été publié mercredi par la Commission européenne, dans l'espoir de mettre fin aux inquiétudes que ce texte suscite notamment chez les parlementaires européens.

Acta est officiellement destiné à lutter contre la contrefaçon de manière très large: pour les médicaments, les marchandises contrefaites, mais aussi le téléchargement illégal.

Le 10 mars, le Parlement européen avait voté de manière quasi unanime une résolution réclamant "plus de transparence" dans les négociations. Pour Reporters sans Frontières (RSF), ce traité pourrait menacer la liberté d'expression et d'information.

"Il n'y a pas de dispositions visant (à autoriser) les douanes à fouiller les bagages des voyageurs à la recherche d'appareils électroniques" contenant des fichiers téléchargés illégalement.

"L'Acta ne porte pas sur le transit transfrontalier de médicaments génériques" et "aucun participant (aux négociations) ne propose d'exiger des gouvernements qu'ils instaurent une réponse graduée (...) en cas de violation du droit d'auteur", a affirmé la Commission européenne dans un communiqué accompagnant la publication du texte et destiné à désamorcer les craintes.

Malgré les assurances de l'UE, le document de 39 pages comporte de nombreuses zones d'ombre. Ainsi, il ne précise pas la position des uns et des autres négociateurs sur des sujets sensibles. Plusieurs options sont présentées dans le projet d'accord sans qu'il soit possible de savoir qui soutient telle ou telle position.

En l'état, le texte demande qu'un fournisseur d'accès internet (FAI) ou un hébergeur prennent volontairement des mesures pour limiter les contenus violant les droits d'auteur, sous peine d'amende.

Le texte évoque également une "suspension de l'accès à l'information" en cas d'infractions. Cette formule est suffisamment vague pour autoriser la suspension de l'accès à internet, craignent déjà plusieurs associations.

Acta est négocié entre l'Union européenne, les Etats-Unis, le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc, le Mexique et la Suisse. Les différentes parties tablent sur un accord final d'ici la fin de l'année.

Première publication : 21/04/2010

COMMENTAIRE(S)