Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Sports

Le lourd passé des hooligans serbes

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 14/10/2010

Le procès du meurtre du jeune Toulousain Brice Taton en septembre 2009 s'est ouvert ce mercredi à Belgrade. Dans le box des accusés : 14 hooligans baptisés les "croque-morts". L'un des groupes de supporteurs les plus violents d'Europe.

Dans la soirée du 17 septembre 2009, en marge d’un match de Ligue Europa, un groupe de supporteurs du Partizan Belgrade, l’un des deux grands clubs de la ville, s’acharne contre un jeune Toulousain, qu’ils laissent pour mort dans une rue de la capitale serbe. Sept mois après les faits, les meurtriers présumés de Brice Taton comparaissent devant la justice serbe. Dans le box des accusés : 14 membres des Irriducibili Belgrade, la branche néo-nazie des Grobari (croque-morts, en serbe), le plus grand groupe de supporteurs du club.

 

Reportage sur la mort du supporteur français en Serbie

Créés en 1970 durant les années de gloire du Partizan, les Grobari sont aujourd’hui constitués d’une multitude de groupuscules qui, à l’instar des Irriducibili Belgrade, se revendiquent nationalistes. Dans leurs rangs figurent des supporters proches des partis d’extrême droite ou d’organisations mafieuses. Mais c’est leur participation à la guerre de Yougoslavie, durant les années 1990, qui les différencie des hooligans anglais ou allemands.

Des champs de bataille aux stades

Le cas le plus célèbre de supporters à être passés des champs de bataille aux stades sont les Delije, les ultras de l’Étoile rouge de Belgrade, l’autre grande équipe de la capitale. Dirigés par un certain Zeljko Raznjatovic, plus connu sous le nom d’Arkan, les plus extrémistes des Delije ont été enrôlés dans les rangs des Tigres, une milice pro-serbe reconnue coupable de nombreuses exactions en Croatie.

 

Aujourd’hui, la majorité des Grobari viennent de Pancevo, quartier chaud de la banlieue de Belgrade, bombardé par l'Otan en 1999 pendant la guerre du Kosovo. "Les jeunes qui ont fait ça [tuer Brice Taton] sont des enfants de la guerre, déclarait Aleksandar Mihailovic, journaliste et supporter du Partizan Belgrade, en décembre 2009, sur FRANCE 24. Il est possible qu’ils aient une aversion pour les pays qui, comme la France ou les Etats-Unis, ont bombardé les Serbes."

Avec ce procès, l’Etat serbe, qui a posé sa candidature pour adhérer à l’Union européenne, veut tourner la page d’une histoire encore douloureuse. Les prévenus encourent une peine de 30 à 40 ans de prison.

 


 

Première publication : 21/04/2010

  • SERBIE

    Ouverture du procès des hooligans accusés d'avoir tué Brice Taton

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Hooligan repenti, Thierry D. témoigne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)