Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

FRANCE

La police prise en flagrant délit de mensonge dans l'affaire Florence Cassez

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 21/04/2010

La justice mexicaine a reconnu que l'arrestation de la Française Florence Cassez, qui purge une peine de 60 ans de prison pour enlèvements, était une mise en scène. L'éclairage de Patrice Gouy, correspondant de RFI au Mexique.

La justice mexicaine a reconu que l'arrestation de Florence Cassez, emprisonnée au Mexique pour une affaire d'enlèvements dans laquelle elle a toujours clamé son innocence, était une mise en scène. La police a menti en faisant croire à la presse que l'arrestation de la Française s'était déroulée "en direct" le 9 décembre 2005 alors qu'elle avait en fait eu lieu la veille.

Pour mieux comprendre l'affaire, FRANCE 24 a demandé l'éclairage de Patrice Gouy, correspondant de RFI installé depuis 30 ans au Mexique.
 

Pourquoi avoir ainsi mis en scène cette arrestation ?

Patrice Gouy : Il faut replacer cette mise en scène dans le contexte de l’époque : l’arrestation de Florence Cassez, en décembre 2005, a lieu à un moment où les enlèvements posent un problème majeur à la police mexicaine. Avec environ 500 kidnappings par an, il lui fallait faire un exemple, et le cas de Florence Cassez tombait à pic. Il permettait de "prouver" que les gangs s’internationalisent et les autorités pensaient ou savaient que les autorités consulaires françaises au Mexique ne réagiraient pas avec fermeté.

La publication de ce document est-elle une porte de sortie pour Florence Cassez ?

P.G. : En tout cas, c'est l’amorce d’une solution. D’une part, ce document - qui existe depuis 2007 et aurait dû être versé comme pièce à conviction lors du procès en appel de la Française - prouve le peu de fiabilité de la justice mexicaine, dans

un dossier qui comporte de nombreuses inconsistances et zones d’ombre. D’autre part, il permet à la défense de Florence Cassez de déposer un recours devant la Cour suprême et même de porter plainte pour faux en écriture directement contre des responsables de la police mexicaine. L’issue pourrait enfin être un procès en cassation, mais il faudra alors attendre la fin du mandat du président Calderon [en 2012 ndlr] et la nomination de nouveaux juges.

Ce document peut-il faire basculer l’opinion publique, autrefois convaincue de la culpabilité de la Française ?

P.G. : Calderon était plutôt favorable à la libération de Florence Cassez, mais il était hors de question, dans un pays aussi nationaliste que le Mexique, de lâcher sur ce dossier au moment de l’élection présidentielle de 2006. Malgré un dossier bancal, l’opinion publique mexicaine, révoltée par ces affaires d’enlèvements, n’aurait pas compris. Mais aujourd’hui, les choses sont différentes. Ce document peut amorcer un revirement, et c’est là que le rôle de la presse va être essentiel. La presse mexicaine est traditionnellement très prudente, et plus encore la télévision, mais si les médias basculent, ils peuvent entraîner avec eux l’opinion publique vers la reconnaissance de l’innocence de Florence Cassez.

 

Première publication : 21/04/2010

COMMENTAIRE(S)