Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

EUROPE

L'agence Moody's abaisse la note souveraine de la Grèce

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/04/2010

L'agence de notation Moody's estime qu'Athènes pourrait devoir payer davantage que ce qui avait été annoncé. Résultat : le cours de l'euro a chuté à son plus bas taux depuis près d'un an.


REUTERS -
L’agence de notation Moody’s a annoncé jeudi qu’elle avait abaissé la note souveraine de la Grèce à A3 et averti qu’elle pourrait enclencher un nouvel abaissement, faisant chuter l’euro à un plus bas de près d’un ans.
 
L’agence de notation estime qu’Athènes pourrait devoir payer davantage qu’on ne le pensait pour ses emprunts. La note de la Grèce se situe désormais seulement quatre rangs au-dessus du statut réservé aux investissements spéculatifs. Eurostat a également revu en hausse jeudi la prévision de déficit budgétaire de la Grèce, une mauvaise nouvelle de plus pour le gouvernement grec, qui peine tout autant à convaincre les marchés de ses capacités à résoudre les problèmes qu’à rallier la population à ses mesures d’austérité.
 
L’organisme de la statistique de l’Union européenne projette dorénavant un déficit budgétaire grec de 32,34 milliards d’euros, représentant 13,6% du PIB en 2009, contre 12,7% précédemment. Il prévoit aussi une dette publique qui se monte à 115,1% du produit intérieur brut (PIB).
 
Eurostat souligne aussi que ces chiffres pourraient être de nouveau révisés de entre 0,3 et 0,5 points de PIB et "exprime ses réserves sur la qualité des données communiquées par la Grèce".
 
"Ce qui m’inquiète le plus, c’est l’incertitude qui plane sur les chiffres publiés officiellement par la Grèce. Cela affecte la perception des marchés (...) qui se montre défiants envers les statistiques grecques et font craindre une révision toujours plus à la hausse du déficit", analyse Giada Giani, économiste chez Citigroup.
 
Après ces deux annonces, la prime de risque pour détenir des obligations grecques s’est considérablement alourdie sur le marché et l’écart de rendement entre les obligations grecques et allemandes à dix ans a atteint un nouveau plus haut de 12 ans à 616 points de base.  L’euro a dans le même temps reculé à 1,3260 dollars, soit son plus bas niveau depuis mai 2009. La révision d’Eurostat a également fait reculer les banques grecques dans leur ensemble.
 
"Il semble qu’une situation déjà terrible, s’est aggravée" analyse Nick Kounis, économiste chez Fortis.
 
Le gouvernement grec s’est engagé en février à réduire son déficit de quatre points dès cette année, pour le ramener à 8,7% du PIB. Le ministère des Finances a fait savoir que la révision annoncée par Eurostat ne remettait pas en cause cet objectif.

Toutefois, Athènes et les dirigeants de l’UE semblent relativiser cet engagement. "L’objectif pour 2010 est de réduire de quatre points le déficit.  Nous ne nous réferrons pas à un chiffre initial ou à un chiffre à atteindre, mais plutôt à l’effort de réduction du déficit"a déclaré le porte-parole de la Commission européenne, Amadeu Altafaj, à Bruxelles. "La Grèce devrait remplir cet objectif pour 2010, c’est le plus important".

Selon une source gouvernementale, la Grèce pourrait obtenir des prêts relais auprès de certains pays européens avant le déclenchement du mécanisme d’aide mis en place par l’UE et la FMI.
 
Le porte-parole du gouvernement grec avait fait savoir plus tôt que la Grèce envisage toujours de se refinancer sur les marchés, et a qualifié les rumeurs de restructuration de sa dette de "propos de comptoirs".
 
25 % de probabilité de défaut

Soumis à la pression internationale, le gouvernement grec a imposé au pays une cure d’austérité pour le sortir de l’ornière financière.
 
Les fonctionnaires sont une nouvelle fois descendus dans la rue jeudi, pour la quatrième fois depuis le début de l’année, afin de protester contre la politique d’austérité d’Athènes.
 
Une situation que le pays paie cher sur le marché où son coût d’emprunt s’est sensiblement élevé. Les intervenants redoutent implicitement que le pays soit placé à un moment ou à un autre en situation de défaut de paiement.
 
Une enquête Reuters effectuée auprès d’une cinquantaine d’économistes minimise le risque de défaut, au moins dans l’immédiat, car ces économistes parient que les autres pays de la zone euro ne laisseront pas la Grèce sombrer.
 
Mais ils évaluent tout de même à 25% environ la probabilité que ce défaut intervienne dans les cinq années à venir.
 
Athènes discute depuis mercredi avec des délégués du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Union européenne pour définir les modalités d’un plan d’aide susceptible d’allouer à la Grèce entre 40 et 45 milliards d’euros.
 
Ces discussions pourraient durer plusieurs semaines, un élément qui, là encore, n’inspire guère confiance aux marchés. Mais en tout état de cause, les choses devraient être précisées entre le 15 et le 19 mai. Le 15 mai est la date butoir pour aboutir à un accord tripartite et le 19 mai la date envisagée par Athènes pour une nouvelle émission obligataire.
 
Se préparer au pire
 
La ministre de l’Economie Christine Lagarde avait confirmé mercredi que la France contribuerait à hauteur de 6,3 milliards d’euros si la Grèce déclenchait le processus de déblocage de cette aide.
 
Une éventualité qu’exclut l’Allemagne dans l’immédiat, et en l’espèce d’ici au 19 mai, jour où la Grèce doit notamment rembourser 8,5 milliards d’euros de dettes arrivant à échéance.
 
"Se préparer au pire ne signifie pas que cela va arriver mais plutôt que l’on essaie de l’éviter", a dit le ministre des Finances Wolfgang Schäuble à la radio, ajoutant que les mesures budgétaires prises par la Grèce lui semblaient ambitieuses et suffisantes.
L’inquiétude des investisseurs, qui craignent un effet "domino" à d’autres pays de la zone euros, est palpable. Les rendements des obligations et des CDS de l’Espagne, du Portugal et de l’Irlande ont grimpé jeudi.

 

Première publication : 22/04/2010

  • GRÈCE

    Les fonctionnaires battent à nouveau le pavé contre le plan d'austérité

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le déficit de la Grèce devrait être encore plus élevé que prévu

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Début des discussions entre Athènes, l'UE et le FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)