Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ebola : une campagne de vaccination redonne espoir à la Guinée

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

MODE

Des artisans dévorés par leur passsion

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : la légalisation attendue du mariage gay

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le troisième mandat de la discorde

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Niger : une cinquantaine de soldats tués dans une attaque de Boko Haram

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le chômage poursuit sa hausse en mars

En savoir plus

Economie

Le déficit de la Grèce devrait être encore plus élevé que prévu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/04/2010

Selon Eurostat, le déficit budgétaire de la Grèce devrait atteindre 13,6 % du PIB. Pour le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou (photo), ces chiffres ne remettent pas en cause l'objectif du gouvernement de réduire le déficit de 4 points.

REUTERS - Eurostat a revu en hausse jeudi la prévision de déficit budgétaire de la Grèce, une mauvaise nouvelle de plus pour le gouvernement grec, qui peine tout autant à convaincre les marchés de ses capacités à résoudre les problèmes qu’à rallier la population à ses mesures d’austérité.

L’organisme de la statistique de l’Union européenne projette dorénavant un déficit budgétaire grec représentant 13,6% du PIB en 2009, contre 12,7% précédemment. Il prévoit aussi une dette publique qui se monte à 115,1% du produit intérieur brut (PIB).

Eurostat souligne aussi que ces chiffres pourraient se creuser et “exprime ses réserves sur la qualité des données communiquées par la Grèce”.

Le gouvernement grec s’est engagé en février à réduire son déficit de quatre points dès cette année, pour le ramener à 8,7% du PIB. Le ministère des Finances a fait savoir que la révision annoncée par Eurostat ne remettait pas en cause cet objectif.

L’annonce d’Eurostat a fait reculer à la fois les obligations grecques et l’euro, ainsi que les banques grecques dans leur ensemble.

Les fonctionnaires sont une nouvelle fois descendus dans la rue jeudi, pour la quatrième fois depuis le début de l’année, afin de protester contre la politique d’austérité d’Athènes.

Ils dénoncent en vrac la réduction des traitements de la fonction publique, le gel des retraites et la hausse des impôts.

25% DE PROBABILITE DE DEFAUT

Soumis à la pression internationale, le gouvernement grec a imposé au pays une cure d’austérité pour le sortir de l’ornière financière, une situation qu’il paie cher sur le marché où son coût d’emprunt s’est sensiblement élevé.

Les intervenants redoutent implicitement que le pays soit placé à un moment ou à un autre en situation de défaut de paiement.

En conséquence la prime de risque pour détenir des obligations grecques s’est considérablement alourdie sur le marché. Tout comme l’écart de rendement entre ces obligations et leurs homologues allemandes, lequel se rapproche des six points, ce qui ne se serait plus vu depuis 1998.

Une enquête Reuters effectuée auprès d’une cinquantaine d’économistes minimise le risque de défaut, au moins dans l’immédiat, car ces économistes parient que les autres pays de la zone euro ne laisseront pas la Grèce sombrer.

Mais ils évaluent tout de même à 25% environ la probabilité que ce défaut intervienne dans les cinq années à venir.

D’autant que, selon le FMI, le chômage risque d’atteindre 13% de la population active en Grèce en 2011 et le pays risque d’être le seul de la zone euro à subir la récession l’an prochain, avec une contraction du PIB estimée à 1,1%, entraînant autant de rentrées fiscales en moins et autant de charges en plus.

Athènes discute depuis mercredi avec des délégués du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Union européenne pour définir les modalités d’un plan d’aide susceptible d’allouer à la Grèce entre 40 et 45 milliards d’euros.

Ces discussions pourraient durer plusieurs semaines, un élément qui, là encore, n’inspire guère confiance aux marchés. Mais en tout état de cause, les choses devraient être précisées entre le 15 et le 19 mai. Le 15 mai est la date butoir pour aboutir à un accord tripartite et le 19 mai la date envisagée par Athènes pour une nouvelle émission obligataire.

SE PREPARER AU PIRE

La ministre de l’Economie Christine Lagarde avait confirmé mercredi que la France contribuerait à hauteur de 6,3 milliards d’euros si la Grèce déclenchait le processus de déblocage de cette aide.

Une éventualité qu’exclut l’Allemagne dans l’immédiat, et en l’espèce d’ici au 19 mai, jour où la Grèce doit notamment rembourser 8,5 milliards d’euros de dettes arrivant à échéance.

“Se préparer au pire ne signifie pas que cela va arriver mais plutôt que l’on essaie de l’éviter”, a dit le ministre des Finances Wolfgang Schäuble à la radio, ajoutant que les mesures budgétaires prises par la Grèce lui semblaient ambitieuses et suffisantes.

Le gouvernement allemand lui-même doit composer avec une opinion publique peu encline à donner un coup de main à la Grèce, ainsi qu’avec une élection dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie le 9 mai.

S’il arrivait que la Grèce sollicite le déclenchement du programme d’aide, les pays de la zone euro verseraient une contribution de 30 milliards d’euros et le Fonds monétaire international (FMI) de 12 milliards d’euros la première année.

 

Première publication : 22/04/2010

  • GRÈCE

    Les fonctionnaires battent à nouveau le pavé contre le plan d'austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes émet des bons du Trésor pour 1,2 milliard d'euros

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    L'Eurogroupe mobilise 30 milliards d'euros pour aider la Grèce

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)