Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

EUROPE

Deuxième débat télévisé entre les leaders des trois grands partis

©

Vidéo par Valérie DEFERT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/04/2010

Dans le cadre de la campagne des législatives, les chefs des trois grands partis s'affrontent lors d'un débat télévisé. Les yeux seront rivés sur Nick Clegg, le leader des "Lib-Dems", qui doit confirmer sa percée dans les sondages.

AFP - Le leader des libéraux-démocrates, Nick Clegg, remet en jeu une popularité aussi neuve que spectaculaire jeudi soir, à l'occasion du deuxième débat télévisé entre les chefs des trois grands partis britanniques en lice pour les législatives.

SUR LES OBSERVATEURS

Jusqu'alors relégués au rang d'outsider de la politique britannique, en troisième place loin derrière le Labour et les Tories, les "Lib Dems" ont été propulsés sur le devant de la scène après la performance jugée plus convaincante de Nick Clegg lors du premier débat télévisé le jeudi 15 avril, une formule inédite dans l'histoire du pays.

Le dernier sondage, réalisé par YouGov pour le Sun de jeudi, crédite les conservateurs de 33% des intentions de vote, contre 31% pour les libéraux et 27% pour les travaillistes.

La percée de Nick Clegg a fait frémir le chef de file de l'opposition conservatrice David Cameron et le Premier ministre travailliste Gordon Brown. M. Clegg apparait ainsi comme l'homme à abattre au cours de ce deuxième débat télévisé, organisé à Bristol (sud-ouest) par la chaîne Sky News.

Déjà, la presse conservatrice a sonné la charge contre le "troisième homme". Le Daily Telegraph consacre sa Une aux "révélations" sur des dons d'hommes d'affaires versés directement sur le compte bancaire de Nick Clegg et non sur celui du parti. Les "Lib Dems" ont répondu que ces sommes avaient été "déclarées selon les règles".

"Beaucoup de pression également sur David Cameron"
Le Daily Mail accuse de son côté M. Clegg d'être un "admirateur éhonté du projet européen qui méprise la souveraineté britannique".

Le ton est lancé: Nick Clegg devrait être attaqué devant les caméras de télévision sur le terrain qui lui est le moins favorable au pays de l'euroscepticisme: son europhilie. Ancien député européen, le leader libéral-démocrate entend soumettre à référendum l'abandon à long terme de la livre sterling au profit de l'euro, un scénario largement honni au Royaume-Uni et rejeté par le Labour et les Tories.

A l'autre bout de l'échelle, les conservateurs seront accusés d'être trop eurosceptiques. Le ministre travailliste des Affaires étrangères, David Miliband, a dénoncé jeudi "l'isolement" des Tories, prenant en exemple Airbus pour prouver le bienfondé de la "coopération" européenne.

Dans ce deuxième débat consacré à la politique étrangère, avant un troisième et dernier le jeudi 29 avril, qui portera sur l'économie, Nick Clegg souffrira de son manque de stature en tant que Premier ministrable.

"Nous construisons une économie pour l'avenir... Cela nécessite l'expérience et la détermination que nous avons", a affirmé jeudi matin Gordon Brown. Le Premier ministre sortant devrait cependant une nouvelle fois ménager Nick Clegg, dans la perspective d'une coalition post-électorale qui permettrait au Labour de poursuivre un règne déjà vieux de 13 ans.

M. Clegg continuera quant à lui à se différencier de ses deux rivaux, rappelant combien les "Lib Dems" se sont vivement opposés à l'engagement britannique en Irak, décidé par le Labour avec l'assentiment des conservateurs. Il réitérera aussi son souhait de rapatrier les troupes d'Afghanistan "pendant la prochaine législature", à la différence de MM. Brown et Cameron.

Ce dernier voudra pour sa part reprendre l'initiative en menaçant le pays d'une catastrophe économique en cas de parlement sans majorité absolue, un scénario que risquerait de faire naître une poussée des "Lib Dems" aux législatives du 6 mai.

"Un parlement sans majorité absolue signifie l'instabilité, l'incertitude, potentiellement des taux d'intérêt plus élevés, potentiellement la perte de la note de crédit du Royaume-Uni", a averti M. Cameron cité jeudi par le quotidien Times.

"J'espère que les gens ne vont pas se laisser effrayer" lors du scrutin, a déclaré Nick Clegg jeudi à Bristol.

Première publication : 22/04/2010

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Nick Clegg transformera-t-il l'essai ?

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les débats télévisés électoraux, une révolution réglée au millimètre

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brown, Cameron et Clegg prêts à en découdre sur le Web

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)