Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

François Hollande achève sa tournée africaine au Cameroun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : Les touristes algériens très attendus

En savoir plus

REPORTERS

La Libye en quête d'unité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Grèce en défaut de paiement, dette, déficit, faillite...et "grexit" ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attaque de Boko Haram au Nigeria : 150 morts dans 2 nouvelles attaques

En savoir plus

TECH 24

Les nouveaux innovateurs

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : la jupe de la discorde

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les profs 2" : les cancres sont de retour

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour à Gaza, un an après l’opération "Bordure protectrice"

En savoir plus

FRANCE

La famille du transporteur d'algues vertes décédé porte plainte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2010

Bien que l'autopsie n'ait pas permis de déterminer les causes du décès, l'été dernier dans les Côtes-d'Armor, du transporteur d'algues vertes, sa famille porte plainte contre X persuadée du lien entre sa mort et la toxicité des algues vertes.

AFP - La famille du transporteur d'algues vertes décédé en juillet 2009 dans les Côtes-d'Armor a porté plainte contre X pour "homicide involontaire par imprudence" jeudi à Saint-Brieuc, a annoncé son avocat, Me Marc Cazo.

Une quarantaine de représentants d'associations écologistes accompagnaient le juriste et les proches de la victime au palais de justice de la ville, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous souhaitons que la vérité éclate et, qu'au moins, il n'y ait pas d'autres morts", a déclaré à la presse Claude Morfoisse, le père du chauffeur Thierry Morfoisse. Celui-ci était décédé le 22 juillet 2009 d'un infarctus, à 48 ans, alors qu'il conduisait un camion transportant des algues vertes.

Une autopsie pratiquée fin septembre n'avait pas permis de déterminer avec certitude les causes de la mort et le parquet avait renoncé à engager des poursuites.

Pour la famille et pour le Dr Claude Lesné, chercheur au département de santé publique du CNRS à Rennes, également présent au tribunal jeudi, le lien de causalité entre les algues vertes et le décès ne fait "aucun doute".

"M. Morfoisse présentait un terrain cardio-vasculaire fragilisé et l'exposition à une dose massive d'hydrogène sulfuré dégagée par les algues lui a été fatal", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Mon fils n'était pas informé du tout que les algues vertes étaient dangereuses et il n'était pas équipé en conséquence", a souligné Claude Morfoisse.

Thierry Morfoisse était amené à convoyer des algues vertes depuis son entrée dans une entreprise de BTP et d'environnement en 2004.

Le jour du décès, "cela faisait plus de deux heures qu'il faisait des rotations et déchargeait des camions d'algues, et se plaignait des gaz", a rappelé le Dr Lesné.

L'hydrogène sulfuré émis lors de la décomposition des algues vertes a été mis en cause dans plusieurs incidents touchant des êtres humains et des animaux ces dernières années, notamment la mort d'un cheval fin juillet 2009 sur une plage de Saint-Michel-en-Grève (Côtes-d'Armor).
 

Première publication : 23/04/2010

  • ENVIRONNEMENT

    Le phénomène des algues vertes ne peut "que perdurer" en Bretagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)