Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : la justice pourrait relancer la procédure des mandats d'arrêt contre Compaoré et Soro

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba : A Kinshasa, le deuil de tout un peuple

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama vs Elisabeth II : un coup de pub royal !

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Primaires américaines : Trump aussi plebiscité que critiqué

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Economie française : une embellie à un an des élections présidentielles

En savoir plus

Planète @venir

La "French tech" est-elle concurrentielle face aux Américains et aux Chinois ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Cédric Klapisch : "Les films français sont des œuvres uniques"

En savoir plus

TECH 24

L'actualité immersive

En savoir plus

FOCUS

Libye : le nouveau gouvernement tente d'asseoir son autorité

En savoir plus

FRANCE

La famille du transporteur d'algues vertes décédé porte plainte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2010

Bien que l'autopsie n'ait pas permis de déterminer les causes du décès, l'été dernier dans les Côtes-d'Armor, du transporteur d'algues vertes, sa famille porte plainte contre X persuadée du lien entre sa mort et la toxicité des algues vertes.

AFP - La famille du transporteur d'algues vertes décédé en juillet 2009 dans les Côtes-d'Armor a porté plainte contre X pour "homicide involontaire par imprudence" jeudi à Saint-Brieuc, a annoncé son avocat, Me Marc Cazo.

Une quarantaine de représentants d'associations écologistes accompagnaient le juriste et les proches de la victime au palais de justice de la ville, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous souhaitons que la vérité éclate et, qu'au moins, il n'y ait pas d'autres morts", a déclaré à la presse Claude Morfoisse, le père du chauffeur Thierry Morfoisse. Celui-ci était décédé le 22 juillet 2009 d'un infarctus, à 48 ans, alors qu'il conduisait un camion transportant des algues vertes.

Une autopsie pratiquée fin septembre n'avait pas permis de déterminer avec certitude les causes de la mort et le parquet avait renoncé à engager des poursuites.

Pour la famille et pour le Dr Claude Lesné, chercheur au département de santé publique du CNRS à Rennes, également présent au tribunal jeudi, le lien de causalité entre les algues vertes et le décès ne fait "aucun doute".

"M. Morfoisse présentait un terrain cardio-vasculaire fragilisé et l'exposition à une dose massive d'hydrogène sulfuré dégagée par les algues lui a été fatal", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Mon fils n'était pas informé du tout que les algues vertes étaient dangereuses et il n'était pas équipé en conséquence", a souligné Claude Morfoisse.

Thierry Morfoisse était amené à convoyer des algues vertes depuis son entrée dans une entreprise de BTP et d'environnement en 2004.

Le jour du décès, "cela faisait plus de deux heures qu'il faisait des rotations et déchargeait des camions d'algues, et se plaignait des gaz", a rappelé le Dr Lesné.

L'hydrogène sulfuré émis lors de la décomposition des algues vertes a été mis en cause dans plusieurs incidents touchant des êtres humains et des animaux ces dernières années, notamment la mort d'un cheval fin juillet 2009 sur une plage de Saint-Michel-en-Grève (Côtes-d'Armor).
 

Première publication : 23/04/2010

  • ENVIRONNEMENT

    Le phénomène des algues vertes ne peut "que perdurer" en Bretagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)