Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Sports

Platini ne croit pas au succès des Bleus

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2010

Président de l'UEFA et champion d'Europe 1984 avec les Bleus, Michel Platini a déclaré, dans un entretien accordé au Groupe Hersant Média (Nice Matin), qu'il ne voyait pas les Bleus remporter le Mondial.

AFP - Le président de l'UEFA Michel Platini estime dans un entretien accordé au Groupe Hersant Média, à paraître à partir de vendredi, que la France passera le 1er tour du Mondial-2010 (11 juin-11 juillet en Afrique du Sud) mais qu'elle ne remportera pas le tournoi.

"Je ne la vois pas gagner, je la vois passer le premier tour, déclare le patron de l'UEFA. Après, ils (les Bleus) joueront soit l'Argentine soit le Nigeria. L'équipe de France n'est pas actuellement la meilleure équipe du monde, ni dans les trois meilleures équipes du monde, mais elle fait partie de ces équipes, comme l'Argentine, l'Allemagne, l'Italie, le Portugal, la Hollande, qui vont être difficiles à battre."

"Il y a de bonnes individualités dans ce groupe, mais soyons clairs, il n'y a pas de grande individualité, ajoute Platini. Je pense tout simplement que la France a perdu une grande génération."

Michel Platini, qui souhaite voir un pays "européen" soulever la Coupe du monde, cite trois grands favoris pour le tournoi.

"Pour moi, il y a trois équipes qui sont au-dessus: l'Espagne, l'Angleterre et le Brésil, affirme-t-il. Elles ont les meilleures équipes, les meilleurs joueurs et ce sont elles qui jouent le mieux. Après, on peut imaginer un deuxième cercle avec l'Allemagne, l'Italie, l'Argentine."

Le président de l'instance européenne revient également sur le cas du sélectionneur Raymond Domenech, qu'il a soutenu après le fiasco de l'Euro-2008. Pour Platini, "il y a un problème Raymond" mais "un problème de personnalité, pas de technicien".

"Où il a été nul, c'est après l'Euro avec son annonce (sa demande en mariage) qui a heurté toute la France, explique l'ancien meneur de jeu et capitaine des Bleus. Les gens étaient peinés, tristes, et lui, il arrive avec sa phrase. Il le sait, il l'a reconnu, il a fait une connerie et puis voilà. Avant d'être soi même, on est l'entraîneur de l'équipe de France. On se doit à toute la famille française du foot."

Première publication : 23/04/2010

  • FOOTBALL

    Affaire Ribéry : "Le Monde" révèle les déclarations à la police de la prostituée

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Seulement 5 % des Français croient les Bleus capables de gagner le Mondial-2010

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)