Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

EUROPE

La Grèce demande l'aide de l'Union européenne et du FMI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2010

Le Premier ministre grec, George Papandréou, a demandé officiellement le déclenchement d'un dispositif d'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, lors d'une allocution télévisée.

AFP - La Grèce a demandé vendredi l'activation du mécanisme d'aide de l'UE et du FMI qui "est un besoin national", a annoncé le Premier ministre grec, Georges Papandréou, en direct à la télévision.

"L'activation du mécanisme (d'aide UE-FMI) est un besoin national, et pour cette raison j'ai donné l'ordre au ministre des Finances (Georges Papaconstantinou) de faire toutes les actions nécessaires", a dit M. Papandréou.

"Nos partenaires feront le nécessaire pour nous offrir un port sûr pour permettre de

remettre notre navire à flot (...) et envoyer le message aux marchés que l'Union européenne ne joue pas et qu'elle protège l'euro", a-t-il ajouté.

"Le moment est venu pour que le temps que les marchés ne nous donnent pas nous soit donné par la décision que nous avons prise tous ensemble avec nos partenaires", a dit M. Papandréou.

"Nous et nos partenaires avions pensé que la décision (de mettre en place la mécanisme) aurait suffi pour calmer les marchés, faire baisser les taux, et ramener la sérénité nécessaire (...) pour que nous puissions remettre la Grèce sur pied. Les marchés n'ont pas répondu, soit parce qu'ils ne croyaient pas à la volonté de l'UE soit parce que certains avaient décidé de continuer à spéculer".

"Aujourd'hui, la situation sur les marchés risque (...) du fait des taux d'intérêt élevés de dilapider non seulement les sacrifices des Grecs mais le fonctionnement normal de l'économie", a-t-il dit.

Du fait des "choix criminels du précédent gouvernement", les Grecs "ont tous hérité d'un pays comme un bateau prêt à couler (...) d'une économie exposée aux appétits des spéculateurs".

M. Papandréou a fait cette déclaration de l'île de Kastelorizo en mer Egée où il s'est rendu vendredi pour une visite prévue de longue date.

Le plan d'aide à la Grèce de la zone euro et du Fonds monétaire international (FMI) prévoit des prêts de l'ordre de 45 milliards d'euros à un intérêt autour de 5%.

L'annonce de ce recours intervient au lendemain de la révision à la hausse par Eurostat du déficit grec, à 13,6% du PIB, contre 12,9% chiffrés jusque-là, qui a entraîné une forte tension sur les marchés financiers, tandis que l'agence de notation Moody's abaissait la note de la Grèce d'un cran, à A3.

Les responsables grecs ont commencé à discuter mercredi avec des experts du FMI, de la Commission européenne et de la BCE, des détails techniques de l'activation de l'aide destinée à sortir le pays de sa crise financière sans précédent.

M. Papandréou avait multiplié ces derniers jours les signes indiquant qu'il s'apprêtait à demander l'aide UE-FMI. "Si l'intérêt du pays impose d'utiliser le mécanisme de soutien, nous le ferons sans hésitation", avait-il dit lundi.

Le ministre des Finances Georges Papaconstantinou devait partir vendredi en début d'après-midi pour Washington où il doit s'entretenir samedi avec le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn.

Première publication : 23/04/2010

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L'agence Moody's abaisse la note souveraine de la Grèce

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le déficit de la Grèce devrait être encore plus élevé que prévu

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les fonctionnaires battent à nouveau le pavé contre le plan d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)