Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Merkel pose ses conditions à la mise en place du plan d'aide à la Grèce

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2010

Pour la chancelière allemande, seuls une menace sur la stabilité de la zone euro et un "programme d'économies crédible" proposé par Athènes pourraient déclencher le plan d'aide que la Grèce a sollicité auprès de l'UE et du FMI.

AFP - La Grèce, accablée par une dette record, s'est résolue vendredi à demander à l'Union européenne et au FMI de lui prêter d'urgence 45 milliards d'euros, mais l'Allemagne, qui serait le principal contributeur, continue à poser des conditions à son versement.

"Berlin joue la montre pour le plan d'aide à la Grèce"

Les marchés financiers, qui ont acculé la Grèce à anticiper une demande qu'elle ne comptait faire que mi-mai, ont réagi positivement. Les Bourses européennes ont terminé en hausse et l'euro, brièvement affaibli après l'annonce, a progressé sur la journée.

Sur le marché obligataire, où se joue le sort des finances grecques, la prime de risque imposée au pays a cessé d'augmenter. Les taux des obligations d'Etat grecques restent toutefois à des niveaux élevés, à plus de 8,6% pour les emprunts à 10 ans.

"Les marchés n'ont pas répondu (ndlr: au plan d'aide arrêté le 25 mars par les Européens), soit parce qu'ils ne croyaient pas à la volonté de l'UE soit parce que certains avaient décidé de continuer à spéculer", a déploré le Premier ministre Georges Papandréou dans un discours retransmis par les télévisions grecques.

La France, l'Espagne ou encore les Etats-Unis ont accueilli positivement la demande d'Athènes.

"C'est bon pour la Grèce et c'est bon pour la stabilité de la zone euro", a déclaré à la presse à Lisbonne le président de la Commission européenne José Manuel Durao Barroso.

"Je crois que le plan qui se met en marche, la procédure qui est engagée, c'est de nature à restabiliser une monnaie qui en a besoin", a déclaré de son côté la ministre française de l'Economie Christine Lagarde.

Mais la chancelière allemande Angela Merkel a posé immédiatement des conditions à l'octroi de ce prêt européen de 30 milliards d'euros, auxquels viendraient s'ajouter 15 milliards du Fonds monétaire international (FMI).

"Une aide assez faible vis à vis des capacités des pays"

Le plan sera activé seulement si "la stabilité de l'euro dans son ensemble" est menacée, et si Athènes présente un "plan d'économies crédible", a déclaré la chancelière, confrontée à une opinion hostile au principe d'une telle aide.

Dans un souci d'éviter tout délai qui risquerait d'affoler de nouveau les marchés, le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, s'est engagé à répondre "rapidement" à la demande de la Grèce.

Il doit s'entretenir dimanche avec le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, tandis que la mission d'experts, arrivée mercredi dans la capitale grecque, doit poursuivre samedi ses négociations pour définir les mesures que la Grèce devra prendre en 2011 et 2012 pour réduire son énorme déficit.

Les autorités européennes ont d'ailleurs indiqué que la décision d'activer l'aide serait prise en fonction de ce programme d'économie budgétaires.

L'UE semble vouloir aller vite. Elle a assuré que le processus se déroulerait "d'une façon rapide et efficace". Un optimisme partagé par M. Papaconstantinou, qui a estimé que l'aide pourrait être versée dans "quelques jours".

"La Grèce est dorénavant au pied du mur"
Mais il n'est pas exclu que la demande d'aide doive être approuvée au plus haut niveau, par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Eurogroupe, avant d'être soumise à l'aval des parlements de certains pays, dont l'Allemagne.

L'aide promise couvrira largement les besoins de financement de la Grèce pour 2010, estimés à 30 milliards. Aucun montant n'a été annoncé pour les années 2011 et 2012, alors que ce soutien est censé s'étaler sur trois ans.

Sans surprise, le chef de l'opposition de droite en Grèce, Antonis Samaras, a accusé M. Papandréou de se défausser de ses responsabilités en faisant appel au FMI, dont l'intervention fait redouter aux Grecs de nouveaux sacrifices.

Mais le patronat y a vu l'occasion pour la Grèce de "devenir un véritable pays européen".

A l'opposé, le parti communiste grec a fustigé une décision qui va "servir les intérêts de la ploutocratie grecque".

Vendredi soir, à l'appel de la gauche radicale, environ un millier de personnes ont manifesté à Athènes et Thessalonique (nord) contre la décision du gouvernement socialiste.

Première publication : 23/04/2010

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La Grèce demande l'aide de l'Union européenne et du FMI

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L'agence Moody's abaisse la note souveraine de la Grèce

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les fonctionnaires battent à nouveau le pavé contre le plan d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)