Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Amériques

La troisième phase de recherches de l'épave de l'AF447 touche à sa fin

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/04/2010

Les recherches pour retrouver les boîtes noires du vol AF447 disparu en juin 2009 dans l'océan Atlantique, avec 228 personnes à bord, restent vaines. Les navires qui y participent doivent rentrer au Brésil la semaine prochaine.

REUTERS - Le gouvernement français a demandé vendredi la poursuite de la dernière phase de recherches de l’épave du vol AF447, alors que les deux navires qui y participent rentreront au Brésil la semaine prochaine.

Les recherches menées jusqu’à présent n’ont pas permis de retrouver les boîtes noires qui permettraient d’expliquer les causes de l’accident de l’Airbus A330, qui a fait 228 morts le 1er juin 2009 dans l’océan Atlantique.

"Le BEA doit tenir un point sur les recherches le 4 mai"

Le Seabed Worker et l’Anne Candies auront couvert d’ici la fin de la semaine la zone initiale de recherches et retourneront à Recife, au Brésil, pour une escale technique les jours suivants, a dit vendredi le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses.

Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des Transports a demandé au BEA, responsable des recherches au large du Brésil des débris de l’AF447, « de poursuivre ses recherches avec le concours d’Air France <AIRF.PA> et d’Airbus <EAD.PA> », écrit son cabinet dans un communiqué, évoquant cette « ultime phase de recherche ». Le ministère n’était pas disponible dans l’immédiat pour préciser cette requête.

La zone de recherches de la troisième phase était dix fois moins vaste que celle explorée en juin, juste après l’accident.

Depuis le 2 avril, le sonar Orion a couvert 2.800 km² et trois véhicules sous-marins ont effectué quarante plongées, couvrant une zone de près de 3.000 km² sans repérer l’épave de l’Airbus A330.

Le BEA annonce un nouveau point le 4 mai « après évaluation de la situation ».

Selon Le Figaro, si la troisième campagne de recherches se termine, comme les deux premières, sans aucune découverte, les enquêteurs auront le choix de lancer une quatrième campagne.

« Mais je ne vois pas Airbus ou Air France remettre au pot sans de sérieuses raisons de retourner dans l’Atlantique », explique une source proche de l’enquête au quotidien. La troisième campagne aurait coûté 10 millions d’euros.

Dans le cas contraire, les enquêteurs devront se contenter des faibles éléments collectés depuis l’accident.

Les deux premières campagnes de recherches, du 10 juin au 10 juillet puis entre le 27 juillet et le 17 août, ont coûté neuf millions d’euros.

Seuls des débris, dont l’empennage de l’avion, ont été repêchés, ainsi qu’une cinquantaine de corps. Les débris ont été stockés dans un centre de recherche à Toulouse.

Le BEA a conclu dans un premier rapport en décembre que l’appareil ne s’était pas disloqué mais avait percuté la surface de l’eau presque à l’horizontale, avant de sombrer.

Première publication : 24/04/2010

  • BRÉSIL

    Air France condamnée à indemniser la famille d'une victime du vol Rio-Paris

    En savoir plus

  • VOL RIO-PARIS

    Le deuxième rapport d'enquête interroge la fiabilité des sondes Pitot

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)