Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Economie

Le Sénat démontre que Goldman Sachs s'est enrichie grâce à la crise

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2010

Une commission du Sénat américain a rendu public plusieurs courriels échangés par des responsables de Goldman Sachs et qui apportent la preuve que la banque d'investissement a empoché plusieurs dizaine de millions de dollars grâce à la crise.

AFP - Une commission du Sénat américain a publié samedi à un moment embarrassant pour Goldman Sachs des courriels montrant comment la banque Goldman Sachs a bénéficié de la crise des crédits immobiliers à risques pour empocher des dizaines de millions de dollars.

"Un conflit d'intérêt interne est reproché à la banque"

Les messages n'apportent pas de preuve que la banque ait enfreint la loi, mais montrent ses dirigeants se gargarisant de profits réalisés grâce à la crise en 2007. Ces révélations tombent à un mauvais moment pour la banque, qui cherche à défendre son image alors qu'elle est visée par une plainte en justice pour fraude.

"Les banques d'investissement comme Goldman Sachs n'étaient pas de simples courtiers, elles étaient les promoteurs intéressés de produits financiers risqués et complexes qui ont favorisé l'éclosion de la crise", écrit Carl Levin, le président de la Sous-Commission sénatoriale permanente d'enquête, dans un communiqué accompagnant la publication de ces documents.

Dans un de ces messages, le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, écrit: "Nous n'avons bien évidemment pas échappé à la pétaudière des crédits immobiliers à risque. Nous avons perdu de l'argent et ensuite nous en avons gagné plus que nous n'en avons perdu grâce à nos positions courtes".

Les positions courtes sont des opérations boursières permettant à celui qui les passe de réaliser des gains en cas de baisse des titres sur lesquelles elles portent. Elles peuvent être prises dans un but purement spéculatif comme dans un souci de se protéger (lorsque l'investisseur détient lui même des titres sur lesquels portent ces positions).

Daté du 18 novembre 2007, le message de M. Blankfein est une réponse à un responsable de la banque l'avertissant de la publication d'un article dans le New York Times tendant à montrer que Goldman Sachs a échappé à la crise des crédits immobiliers à risque ayant éclaté quelques mois plus tôt.

M. Blankfein ajoute néanmoins: la crise "n'est pas terminée, donc qui peut dire comment cela se finira?"

Un autre des quatre courriels publiés par la sous-commission est daté du 25 juillet 2007 et écrit par David Viniar, le directeur financier de la banque. M. Viniar répond à un cadre de la maison montrant comment Goldman a empoché environ 50 millions de dollars en pariant sur la baisse de titres liés à des créances immobilières.

"Ca dit bien ce qui pourrait arriver à ceux qui ne sont pas blindés en positions courtes", écrit-il.

Un des courriels est daté de mai 2007, avant l'explosion de la bulle immobilière, et montre, selon M. Levin, que Goldman a gagné 2,5 millions de dollars grâce aux protections qu'elle avait prises contre la baisse de titres qu'elle vendait à ses clients.

Aucun porte-parole de Goldman Sachs n'avait pu être joint en milieu de journée pour réagir à la publication de ces documents .

L'autorité de régulation des marchés boursiers américaine (SEC) a porté plainte pour fraude contre Goldman Sachs le 16 avril.

La SEC accuse la banque d'avoir trompé des investisseurs en leur faisant faire des placements sur des titres risqués dont elle savait qu'ils allait baisser, sans les informer qu'elle-même pariait sur la baisse des produits qu'elle leur faisait acheter.

MM. Viniar et Blankfein doivent témoigner mardi devant la sous-commission présidée par M. Levin, avec Fabrice Tourre, employé français de Goldman Sachs au centre de la plainte de la SEC.

Selon le Washington Post de samedi, les dirigeants de la banque doivent déclarer à cette occasion que la banque d'affaires n'a pas cherché à tromper ses clients, ne sachant pas comment allait évoluer le marché des prêts immobiliers à risque.

Première publication : 24/04/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Le Français au cœur du scandale Goldman Sachs appelé à témoigner devant le Sénat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)