Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Amériques

L'Arizona durcit sa loi sur l'immigration et s'attire les foudres d'Obama

Vidéo par Claire BONNICHON , Elena CASAS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/04/2010

Un nouveau texte promulgué, vendredi, par la gouverneur républicaine de l'Arizona, état frontalier du Mexique, autorise la police à interroger des suspects sur simple soupçon de clandestinité.

AFP - La gouverneur de l'Etat américain d'Arizona, la républicaine Jan Brewer, a promulgué vendredi une loi qui durcit la législation sur l'immigration dans cet Etat frontalier du Mexique, s'attirant les critiques du président Barack Obama.

"Ce texte de loi est une véritable petite révolution"

Le texte autorise la police à examiner si des suspects se trouvent légalement sur le territoire américain sur simple soupçon de clandestinité.

Lors d'une cérémonie organisée à l'occasion de la promulgation de la loi à Phoenix, capitale de l'Arizona (sud-ouest), et retransmise sur les chaînes de télévision, Mme Brewer a lancé: "Cette loi va tous nous protéger, tous les citoyens d'Arizona, et tous ceux qui résident légalement dans notre Etat".

Un peu plus tôt vendredi, le président Obama avait critiqué la législation, jugeant qu'elle remettait en cause la notion d'équité chère aux Américains.

Au cours d'une cérémonie de naturalisation à la Maison Blanche, M. Obama avait estimé qu'une telle mesure affaiblissait "les notions de base d'équité que nous chérissons en tant qu'Américains, ainsi que la confiance entre la police et nos communautés, si importante pour garantir notre sécurité".

Lors de la promulgation de la loi, Mme Brewer a nié que le texte mette en place des contrôles au faciès.

"Je ne tolérerai aucune discrimination raciale, aucun contrôle au faciès en Arizona", a-t-elle assuré, tout en observant que le texte était avant tout destiné à s'attaquer à la violence générée par la guerre des cartels mexicains de la drogue et qui se fait ressentir jusqu'en Arizona.

Au moment où Mme Brewer signait la loi, les chaînes de télévision ont montré au moins un millier de personnes en train de protester face au Capitole de l'Etat.

Les détracteurs du texte estiment qu'il va transformer l'Arizona en "Etat policier". Frank Sharry, qui dirige America's Voice, un groupe de défense des immigrés, a jugé de façon sarcastique que "la saison de la chasse aux Latinos est ouverte" en Arizona.

Des responsables des forces de l'ordre ont eux mêmes exprimé la crainte que cela nuise aux relations entre la police et la communauté immigrée.

Le président américain a laissé entendre que les blocages à Washington sur l'adoption d'une vaste réforme de l'immigration avaient ouvert la voie à des initiatives comme celle prise en Arizona.

Selon la loi, ne pas avoir de documents d'immigration en bonne et due forme est un délit, et la police a le droit d'exiger de connaître le statut légal d'une personne si elle soupçonne qu'elle peut être clandestine.

A l'heure actuelle, la police ne peut interroger un individu sur son statut que s'il est soupçonné d'avoir commis un délit.

Barack Obama a promis une vaste réforme de l'immigration pendant sa campagne pour la Maison Blanche, afin d'accorder un statut légal aux 11 millions de sans-papiers que comptent les Etats-Unis, mais uniquement s'il arrive à rallier l'opposition républicaine.

Des initiatives en ce sens ont déjà été mises en échec au Congrès en 2006 et en 2007.

"Je vais continuer à dialoguer avec les démocrates et les républicains du Congrès. Et je tiens à souligner qu'onze sénateurs républicains avaient voté en faveur d'une réforme migratoire il y a quatre ans", a dit le président américain vendredi.

"J'ai bon espoir qu'ils (les républicains) se joignent de nouveau aux démocrates pour que nous accomplissions les progrès que les Américains méritent", a-t-il ajouté.

Première publication : 24/04/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Menacée d'expulsion, une tante d'Obama comparaît devant un tribunal de Boston

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)