Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

Economie

Le Français Fabrice Tourre rejette toute accusation de fraude

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2010

Entendu par le Sénat américain, le financier français au cœur de l'affaire Goldman Sachs a rejeté les allégations de fraude de la SEC, le gendarme de la Bourse américaine, et a prévenu qu'il se défendrait en justice.

AFP - Le Français Fabrice Tourre, de la banque d'affaire Goldman Sachs, a affirmé mardi devant le Sénat américain qu'il se défendrait en justice, rejetant formellement les allégations de fraude mises en avant par le gendarme de la Bourse américaine, la SEC.

Le jeune responsable financier de 31 ans était à l'époque des faits reprochés, en 2007, vice-président au sein d'une unité de produits structurés du prestigieux établissement new-yorkais. Il travaille aujourd'hui à Londres.

"M. le président, comme vous le savez, la SEC a récemment déposé une plainte m'accusant d'avoir dissimulé à des investisseurs certaines informations sur une transaction. (...) Je nie catégoriquement les allégations de la SEC. Et je me défendrai devant la justice contre ces fausses accusations", a déclaré M. Tourre dans un anglais parfait au cours de sa déclaration préliminaire mardi devant la sous-commission d'enquête permanente du Sénat américain.

Les élus doivent également entendre d'autres responsables de la firme de Wall Street, dont son PDG Lloyd Blankfein.

M. Tourre s'est défendu en affirmant notamment que ses clients, des entités juridiques et non des particuliers, avaient une expérience des marchés suffisante.

M. Tourre est au centre de la plainte pour fraude déposée contre Goldman Sachs le 16 avril par l'autorité de régulation des marchés boursiers américaine (SEC), mais aucune charge ne le vise personnellement.

La SEC accuse la banque d'avoir trompé des investisseurs en leur faisant faire des placements sur des titres risqués, sans les informer qu'elle-même pariait sur la baisse des produits qu'elle leur faisait acheter.

Samedi, la sous-commission a publié des échanges de messages électroniques impliquant certains des plus hauts dirigeants de Goldman Sachs et montrant que cette banque avait pu empocher des dizaines de millions de dollars de gains grâce à la baisse du marché des crédits immobiliers à risque, ce dont la banque se défend.

Première publication : 27/04/2010

  • SCANDALE FINANCIER

    Goldman Sachs, une banque dans la tourmente

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat démontre que Goldman Sachs s'est enrichie grâce à la crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)