Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/04/2010

Affaire Hariri : une si longue attente

Il y a un an, le tribunal spécial pour le Liban, chargé principalement de juger les assassins du premier ministre Rafic Hariri, a entamé ses audiences. Depuis, silence de la part du TSL alors que l'impatience du côté de la population libanaise commence à se faire sentir.

Le Tribunal Spécial pour le Liban, chargé de juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, tué en février 2005, a entamé ses travaux il y a plus d’un an à la Haye. Mais alors que quelques mois après l’attentat, une première commission d’enquête internationale avait indiqué qu’"un faisceau de preuves conduit à l’implication tant du Liban que de la Syrie", le tribunal n’a pour l’instant émis aucun acte d’accusation.

Au Liban, la population commence à s’impatienter et surtout, elle s’inquiète. Selon des journalistes qui affirment avoir bénéficié de fuites émanant de l’enquête, des membres du Hezbollah, pourraient être impliqués dans le crime. Une éventuelle mise en cause du parti chiite, pilier de l’opposition libanaise, soutenu par l’Iran et la Syrie, pourrait raviver les tensions dans un pays aux équilibres toujours fragiles.

La porte-parole du Tribunal Spécial pour le Liban, Fatima El Issawi, refuse de s’exprimer sur l’enquête mais elle affirme qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’aucun acte d’accusation n’ait encore été émis. Selon elle, "il faut faire la différence entre les commissions d’enquêtes internationales et le bureau du procureur, chargé d’apporter des preuves". Il s’agirait en outre d’un crime particulièrement complexe.

L’enquête est menée dans le plus grand secret mais les rumeurs se multiplient. Un certain nombre de médias ont affirmé ces derniers mois que des membres du Hezbollah pourraient être impliqués dans le crime. Récemment, le Secrétaire Général du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, a réfuté des accusations qu’il a qualifiées de "politiques et médiatiques", tout en reconnaissant que des membres du Hezbollah avaient été convoqués par le bureau du procureur en tant que témoins.

S’il ne s’agit que de rumeurs, ces rumeurs inquiètent la population libanaise. Rafic Hariri était sunnite. Le Hezbollah est chiite. Or les relations entre ces deux communautés confessionnelles sont déjà tendues. En mai 2008 notamment, des affrontements armés entre sunnites et chiites avaient fait plusieurs dizaines de morts dans l’ensemble du pays.

Pour les juristes libanais, il est impératif d’éviter les amalgames.  "Le tribunal n’est pas là pour condamner des personnes morales mais pour juger des personnes physiques qui seraient responsables directement de l’assassinat du président Hariri ", explique notamment le père Fady Fadel, avocat.

Tous les experts répètent également que le Tribunal ne doit pas être perçu comme un organe politique mais comme une institution indépendante ayant pour seul but de juger les assassins de Rafic Hariri. Ils estiment aussi que malgré la lenteur de l’enquête et quelqu’en soit les résultats, le processus ira jusqu’au bout.

 

Emission préparée par Molly Hall, Kate Williams et Charlotte Oberti.

Par Isabelle DELLERBA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/09/2016 Royaume-Uni

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

Qui, de Jeremy Corbin ou d’Owen Smith, sera le prochain leader du parti travailliste britannique ? Réponse le 24 septembre. Ce jour-là, le Labour, réuni en congrès annuel à...

En savoir plus

22/09/2016 Vietnam

Le Vietnam en pleine mutation

Au Vietnam, si l'opposition politique reste muselée, l'économie décolle. Ces dernières années, le régime communiste s’est ouvert au capitalisme et aux investisseurs étrangers. Le...

En savoir plus

21/09/2016 Espagne

Pacte anti-corruption en Espagne : un grand ménage dans la classe politique?

La corruption des élus espagnols divise les partis politiques. Elle est l’une des principales causes du blocage institutionnel que connait l’Espagne. Personne ne veut s’associer...

En savoir plus

20/09/2016 Réfugiés

Vidéo : à Grande-Synthe, des ateliers de cuisine pour les migrants

À Grande-Synthe, dans le nord de la France, se trouve le premier camp humanitaire aux normes internationales sur le territoire français. Dans ce camp, près de 1 500 personnes,...

En savoir plus

19/09/2016 Attentat de Nice

Vidéo : deux mois après l’attentat du 14 juillet, les Niçois encore sous le choc

À l'occasion de l'hommage national aux victimes du terrorisme rendu lundi aux Invalides à Paris, nos reporters se sont rendus à Nice, endeuillée par l’attentat du 14 juillet....

En savoir plus