Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Je ne sais pas pour qui voter"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 28/04/2010

Affaire Hariri : une si longue attente

Il y a un an, le tribunal spécial pour le Liban, chargé principalement de juger les assassins du premier ministre Rafic Hariri, a entamé ses audiences. Depuis, silence de la part du TSL alors que l'impatience du côté de la population libanaise commence à se faire sentir.

Le Tribunal Spécial pour le Liban, chargé de juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, tué en février 2005, a entamé ses travaux il y a plus d’un an à la Haye. Mais alors que quelques mois après l’attentat, une première commission d’enquête internationale avait indiqué qu’"un faisceau de preuves conduit à l’implication tant du Liban que de la Syrie", le tribunal n’a pour l’instant émis aucun acte d’accusation.

Au Liban, la population commence à s’impatienter et surtout, elle s’inquiète. Selon des journalistes qui affirment avoir bénéficié de fuites émanant de l’enquête, des membres du Hezbollah, pourraient être impliqués dans le crime. Une éventuelle mise en cause du parti chiite, pilier de l’opposition libanaise, soutenu par l’Iran et la Syrie, pourrait raviver les tensions dans un pays aux équilibres toujours fragiles.

La porte-parole du Tribunal Spécial pour le Liban, Fatima El Issawi, refuse de s’exprimer sur l’enquête mais elle affirme qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’aucun acte d’accusation n’ait encore été émis. Selon elle, "il faut faire la différence entre les commissions d’enquêtes internationales et le bureau du procureur, chargé d’apporter des preuves". Il s’agirait en outre d’un crime particulièrement complexe.

L’enquête est menée dans le plus grand secret mais les rumeurs se multiplient. Un certain nombre de médias ont affirmé ces derniers mois que des membres du Hezbollah pourraient être impliqués dans le crime. Récemment, le Secrétaire Général du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, a réfuté des accusations qu’il a qualifiées de "politiques et médiatiques", tout en reconnaissant que des membres du Hezbollah avaient été convoqués par le bureau du procureur en tant que témoins.

S’il ne s’agit que de rumeurs, ces rumeurs inquiètent la population libanaise. Rafic Hariri était sunnite. Le Hezbollah est chiite. Or les relations entre ces deux communautés confessionnelles sont déjà tendues. En mai 2008 notamment, des affrontements armés entre sunnites et chiites avaient fait plusieurs dizaines de morts dans l’ensemble du pays.

Pour les juristes libanais, il est impératif d’éviter les amalgames.  "Le tribunal n’est pas là pour condamner des personnes morales mais pour juger des personnes physiques qui seraient responsables directement de l’assassinat du président Hariri ", explique notamment le père Fady Fadel, avocat.

Tous les experts répètent également que le Tribunal ne doit pas être perçu comme un organe politique mais comme une institution indépendante ayant pour seul but de juger les assassins de Rafic Hariri. Ils estiment aussi que malgré la lenteur de l’enquête et quelqu’en soit les résultats, le processus ira jusqu’au bout.

 

Emission préparée par Molly Hall, Kate Williams et Charlotte Oberti.

Par Isabelle DELLERBA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/03/2017 France

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

François Fillon n'a jamais caché sa foi, à laquelle il a consacré un chapitre dans son livre "Faire" (Éd. Albin Michel). Aujourd'hui, si ses soutiens sont de toutes sensibilités,...

En savoir plus

23/03/2017 Inde

L'Inde, paradis des startups

En Inde, où le potentiel de croissance économique semble exponentiel, le nombre de startups ne cesse de grandir. Mais pour les investisseurs étrangers, lancer son affaire dans ce...

En savoir plus

22/03/2017 Asie - pacifique

Pénurie d'eau au Pakistan : entre gaspillage et mauvaise gestion, le pays contraint à agir

En ce 22 mars, Journée mondiale de l'eau, nous vous emmenons au Pakistan. Quatrième plus grand consommateur d'eau au monde, le Pakistan est aussi le pays qui en manque le plus....

En savoir plus

21/03/2017 France

Trisomie 21 : l'insertion par le travail pour combattre les préjugés

À l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, maladie génétique qui touche environ 60 000 personnes en France, nous vous proposons d'aller à la rencontre de Vincent et...

En savoir plus

20/03/2017 Irak

Irak : à Mossoul, les chefs de famille ne se cachent plus pour pleurer

Cela fait près de 6 mois que la bataille de Mossoul a commencé. Après avoir repris la partie Est de la cité, l'armée irakienne affronte les jihadistes de l'EI dans la partie...

En savoir plus