Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/04/2010

Affaire Hariri : une si longue attente

Il y a un an, le tribunal spécial pour le Liban, chargé principalement de juger les assassins du premier ministre Rafic Hariri, a entamé ses audiences. Depuis, silence de la part du TSL alors que l'impatience du côté de la population libanaise commence à se faire sentir.

Le Tribunal Spécial pour le Liban, chargé de juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, tué en février 2005, a entamé ses travaux il y a plus d’un an à la Haye. Mais alors que quelques mois après l’attentat, une première commission d’enquête internationale avait indiqué qu’"un faisceau de preuves conduit à l’implication tant du Liban que de la Syrie", le tribunal n’a pour l’instant émis aucun acte d’accusation.

Au Liban, la population commence à s’impatienter et surtout, elle s’inquiète. Selon des journalistes qui affirment avoir bénéficié de fuites émanant de l’enquête, des membres du Hezbollah, pourraient être impliqués dans le crime. Une éventuelle mise en cause du parti chiite, pilier de l’opposition libanaise, soutenu par l’Iran et la Syrie, pourrait raviver les tensions dans un pays aux équilibres toujours fragiles.

La porte-parole du Tribunal Spécial pour le Liban, Fatima El Issawi, refuse de s’exprimer sur l’enquête mais elle affirme qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’aucun acte d’accusation n’ait encore été émis. Selon elle, "il faut faire la différence entre les commissions d’enquêtes internationales et le bureau du procureur, chargé d’apporter des preuves". Il s’agirait en outre d’un crime particulièrement complexe.

L’enquête est menée dans le plus grand secret mais les rumeurs se multiplient. Un certain nombre de médias ont affirmé ces derniers mois que des membres du Hezbollah pourraient être impliqués dans le crime. Récemment, le Secrétaire Général du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, a réfuté des accusations qu’il a qualifiées de "politiques et médiatiques", tout en reconnaissant que des membres du Hezbollah avaient été convoqués par le bureau du procureur en tant que témoins.

S’il ne s’agit que de rumeurs, ces rumeurs inquiètent la population libanaise. Rafic Hariri était sunnite. Le Hezbollah est chiite. Or les relations entre ces deux communautés confessionnelles sont déjà tendues. En mai 2008 notamment, des affrontements armés entre sunnites et chiites avaient fait plusieurs dizaines de morts dans l’ensemble du pays.

Pour les juristes libanais, il est impératif d’éviter les amalgames.  "Le tribunal n’est pas là pour condamner des personnes morales mais pour juger des personnes physiques qui seraient responsables directement de l’assassinat du président Hariri ", explique notamment le père Fady Fadel, avocat.

Tous les experts répètent également que le Tribunal ne doit pas être perçu comme un organe politique mais comme une institution indépendante ayant pour seul but de juger les assassins de Rafic Hariri. Ils estiment aussi que malgré la lenteur de l’enquête et quelqu’en soit les résultats, le processus ira jusqu’au bout.

 

Emission préparée par Molly Hall, Kate Williams et Charlotte Oberti.

Par Isabelle DELLERBA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/10/2014 Londres

Londres, capitale des ultra-riches

Selon la société de conseil en immobilier Savills, Londres est devenue la ville la plus chère au monde pour vivre et travailler, détrônant Hong Kong qui occupait la première...

En savoir plus

20/10/2014 Kurdes

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

Le siège de Kobané par l'organisation de l'État islamique affecte la Turquie. Les Kurdes en veulent à Ankara après sa décision de ne pas intervenir dans cette ville, facilitant...

En savoir plus

16/10/2014 Hong Kong

Hong Kong : Pékin tente de neutraliser les aspirations démocrates

La "révolution des parapluies" a commencé voilà trois semaines à Hong Kong. Les manifestants sont certes moins nombreux qu'au début du mouvement, mais les plus déterminés...

En savoir plus

17/10/2014 Afrique

Cameroun : infertilité en terre de surnatalité

Alors que l'Afrique sub-saharienne reste la région du monde avec le plus fort taux de natalité, elle est, paradoxalement, celle qui a également le plus fort taux d'infertilité....

En savoir plus

15/10/2014 Mozambique

Le Mozambique, un eldorado à deux vitesses

Le Mozambique, où se tiennent le 15 octobre des élections générales, est désormais synonyme d’eldorado des matières premières. Une campagne de prospection a ainsi révélé que le...

En savoir plus