Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls à la chasse aux milliards

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : La polémique enfle

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/04/2010

Affaire Hariri : une si longue attente

Il y a un an, le tribunal spécial pour le Liban, chargé principalement de juger les assassins du premier ministre Rafic Hariri, a entamé ses audiences. Depuis, silence de la part du TSL alors que l'impatience du côté de la population libanaise commence à se faire sentir.

Le Tribunal Spécial pour le Liban, chargé de juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, tué en février 2005, a entamé ses travaux il y a plus d’un an à la Haye. Mais alors que quelques mois après l’attentat, une première commission d’enquête internationale avait indiqué qu’"un faisceau de preuves conduit à l’implication tant du Liban que de la Syrie", le tribunal n’a pour l’instant émis aucun acte d’accusation.

Au Liban, la population commence à s’impatienter et surtout, elle s’inquiète. Selon des journalistes qui affirment avoir bénéficié de fuites émanant de l’enquête, des membres du Hezbollah, pourraient être impliqués dans le crime. Une éventuelle mise en cause du parti chiite, pilier de l’opposition libanaise, soutenu par l’Iran et la Syrie, pourrait raviver les tensions dans un pays aux équilibres toujours fragiles.

La porte-parole du Tribunal Spécial pour le Liban, Fatima El Issawi, refuse de s’exprimer sur l’enquête mais elle affirme qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’aucun acte d’accusation n’ait encore été émis. Selon elle, "il faut faire la différence entre les commissions d’enquêtes internationales et le bureau du procureur, chargé d’apporter des preuves". Il s’agirait en outre d’un crime particulièrement complexe.

L’enquête est menée dans le plus grand secret mais les rumeurs se multiplient. Un certain nombre de médias ont affirmé ces derniers mois que des membres du Hezbollah pourraient être impliqués dans le crime. Récemment, le Secrétaire Général du parti de Dieu, Hassan Nasrallah, a réfuté des accusations qu’il a qualifiées de "politiques et médiatiques", tout en reconnaissant que des membres du Hezbollah avaient été convoqués par le bureau du procureur en tant que témoins.

S’il ne s’agit que de rumeurs, ces rumeurs inquiètent la population libanaise. Rafic Hariri était sunnite. Le Hezbollah est chiite. Or les relations entre ces deux communautés confessionnelles sont déjà tendues. En mai 2008 notamment, des affrontements armés entre sunnites et chiites avaient fait plusieurs dizaines de morts dans l’ensemble du pays.

Pour les juristes libanais, il est impératif d’éviter les amalgames.  "Le tribunal n’est pas là pour condamner des personnes morales mais pour juger des personnes physiques qui seraient responsables directement de l’assassinat du président Hariri ", explique notamment le père Fady Fadel, avocat.

Tous les experts répètent également que le Tribunal ne doit pas être perçu comme un organe politique mais comme une institution indépendante ayant pour seul but de juger les assassins de Rafic Hariri. Ils estiment aussi que malgré la lenteur de l’enquête et quelqu’en soit les résultats, le processus ira jusqu’au bout.

 

Emission préparée par Molly Hall, Kate Williams et Charlotte Oberti.

Par Isabelle DELLERBA

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

23/04/2014 Trafic de drogues

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

Le Danemark est en train de perdre le combat contre le crime organisé et ses immenses profits liés au commerce du cannabis. Copenhague est devenue un champ de bataille entre...

En savoir plus

22/04/2014 Vatican

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

Le 27 avril prochain, le pape Jean-Paul II, le premier et le seul pape polonais, qui a beaucoup œuvré pour faire tomber le communisme, sera canonisé et deviendra saint. La...

En savoir plus

21/04/2014 Ukraine

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

L'armée américaine se fait de plus en plus présente en Roumanie - l’un de ses alliés parmi les plus fidèles en Europe de l'Est. Les exercices des armées américaine et roumaine se...

En savoir plus

15/04/2014 Taïwan

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

Pendant près de trois semaines, des centaines de manifestants ont occupé le parlement taïwanais pour protester contre la signature d'un pacte commercial entre Taïwan et la Chine....

En savoir plus

18/04/2014 Manifestations

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

Depuis la révolte populaire du 7 février, quatre gouvernements cantonaux ont démissionné en Bosnie. Dans quinze villes, la société civile se réunit dans le cadre de "plénums...

En savoir plus