Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Le maintien de la flotte russe en Crimée sème la zizanie au Parlement

©

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/04/2010

Jets d'œufs et de fumigènes, échanges de coups et de noms d'oiseaux... La séance fut très agitée, ce mardi matin, au Parlement de Kiev après l'adoption par une majorité de députés du maintien de la flotte russe dans le sud du pays. Ambiance.

AFP - L'accord controversé sur le maintien de la flotte russe en Crimée a été ratifié mardi matin par les Parlements ukrainien et russe, dans une atmosphère troublée par de vifs incidents à Kiev.

A Moscou, la décision a été prise à l'unanimité, avec 410 voix pour et zéro contre.

En Ukraine, 236 députés ont voté pour l'approbation de l'accord russo-ukrainien prévoyant le maintien de la flotte russe de la mer Noire dans le sud de l'Ukraine jusqu'en 2042, alors qu'un minimum de 226 voix était requis.

"La décision est prise", a déclaré le président du Parlement Volodymyr Litvine.

Mais la séance a été émaillée d'incidents, illustrant le malaise que crée cette décision et les inquiétudes sur la souveraineté de l'Ukraine face à son puissant voisin.

Plusieurs fumigènes ont été jetés dans l'assemblée, et le président du Parlement a été visé par des oeufs, provoquant des scènes de confusion dans la salle. Les débats n'ont toutefois pas été interrompus.

Certains députés ont échangé des coups. D'autres se couvraient le nez et la bouche

de serviettes en papier, ayant du mal à respirer en raison de la fumée.

Aux alentours du Parlement, plusieurs milliers d'opposants pro-occidentaux se sont rassemblés dans une atmosphère tendue. Ils scandaient "honte!", "mort aux traîtres", "la Crimée est à nous" ou encore "La flotte de Moscou dehors !"

La manifestation était entourée de fortes mesures de sécurité. Des centaines de policiers anti-émeutes étaient déployés sur place. Les policiers tentaient de bloquer l'accès des manifestants au Parlement et de les maintenir à distance de quelques centaines de manifestants pro-Ianoukovitch.

Les manifestants pro-Ianoukovitch brandissaient pour leur part des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Ukraine et Russie, partenaires stratégiques", "La Rada, soutiens le président".

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, qui a pris ses fonctions en février, et son homologue russe, Dmitri Medvedev, ont signé mercredi dernier un accord sur la prolongation de 25 ans du bail de la base de la flotte russe de la mer Noire, en Crimée (sud de l'Ukraine), qui devait expirer en 2017.

En échange, M. Medvedev a annoncé une baisse de 30% du prix du gaz russe livré à l'Ukraine.

Ces décisions illustrent un rapprochement notoire entre les deux pays dont les relations étaient au plus bas pendant la présidence du pro-occidental Viktor Iouchtchenko.
 

Première publication : 27/04/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)