Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

Afrique

Pour Ben Brik, "il n'y a que la France qui peut peser sur le régime" de Ben Ali

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2010

Sorti de prison ce mardi après avoir purgé une peine de six mois, le journaliste et opposant Taoufik Ben Brik revient pour FRANCE 24 sur les conditions de sa détention et appelle la France à être "plus ferme" vis-à-vis du régime tunisien.

"J’ai l’expression, mais je n’ai pas la liberté." A peine sorti de prison ce mardi, le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik reprend sa lutte pour la liberté d’expression dans son pays. "En Tunisie, il n’y a que des muets, des sourds et des aveugles : on ne voit rien, on n’entend rien et on ne dit rien", déplore-t-il dans une interview accordée à FRANCE 24. "Dès que je m’exprime, on m’incarcère, on me casse un bras, on demande à ma femme de divorcer", accuse le journaliste.

Taoufik Ben Brik, 50 ans, opposant au régime du président Ben Ali, a été libéré mardi après avoir purgé une peine de six mois de prison. Il avait été condamné pour violence dans un procès qualifié de politique par les défenseurs des droits de l’Homme.

Sur l'antenne de FRANCE 24, le journaliste tunisien appelle la France à "peser" sur le régime de Ben Ali. "Aujourd’hui, il n’y a que la France qui peut peser, il faudrait qu’elle soit plus ferme." Il revient également sur les conditions de son incarcération. "On n’en fait plus des prisons comme ça", explique-t-il en parlant de la prison de Siliana où il était détenu, à 130 kilomètres au nord-ouest de Tunis, qualifiant l’endroit de "prison préhistorique" et de "tombeau ouvert".

 

Première publication : 27/04/2010

  • TUNISIE

    Le journaliste dissident Taoufik Ben Brik libéré

    En savoir plus

  • La Tunisie, un pays où la liberté d'expression n'existe pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)