Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

EUROPE

Standard and Poor's abaisse d'un cran la note de l'Espagne

Vidéo par Adeline PERCEPT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2010

Après la Grèce et le Portugal, S&P abaisse la note souveraine de l'Espagne de AA+ à AA. L'agence de notation justifie sa décision par "la révision des projections macro-économmiques à moyen-terme" alors que l'Espagne peine à sortir de la récession.

AFP - L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a dégradé mercredi la note souveraine de l'Espagne, plaçant un troisième pays de la zone euro au coeur de la tourmente qui agite sur les marchés, au lendemain de décisions similaires sur la Grèce et le Portugal.

L'agence a abaissé d'un cran la note de la dette à long terme de l'Espagne, de "AA+" à "AA", tout en maintenant la perspective négative de l'économie, estimant que la faible croissance du pays à moyen terme va peser sur des finances publiques déjà mal en point et sur la réduction du déficit.

Les décisions de dégrader la Grèce et le Portugal étaient en revanche directement liées au mauvais état des finances de ces deux pays.

Les marchés obligataires et d'actions sont durement affectés par les positions de certains investisseurs qui estiment que la Grèce pourrait se retrouver en défaut de paiement et que d'autres pays pourraient suivre, dont le Portugal, et dans une moindre mesure l'Espagne.

"La dégradation de la dette espagnole par S&P est un nouveau signal d'alarme montrant que les effets de la crise grecque sont en train de se répandre", ont commenté les analystes de Capital Economics.

"Nous estimons que la croissance réelle du PIB (espagnol) sera en moyenne de 0,7% par an sur 2010-2016, contre une prévision antérieure supérieure à 1% par an", a déclaré S&P dans un communiqué.

"Les conditions économiques adverses à moyen terme vont augmenter encore la pression sur les finances publiques espagnoles, et des mesures additionnelles vont probablement être nécessaire" de la part du gouvernement, selon S&P.

Le déficit public espagnol a explosé en 2009 à cause de la récession qui frappe le pays depuis 2008 et les plans publics de soutien à l'économie.

Il s'est élevé à 11,2% du PIB selon Eurostat, bien au-delà de la limite des 3% du pacte de stabilité européen.

Le gouvernement socialiste espagnol s'est engagé à le ramener à 3% en 2013, mais S&P estime "que le déficit public devrait probablement encore excéder 5% du PIB d'ici 2013".

L'économie espagnole peine à sortir de la récession, et souffre d'un taux de chômage dépassant les 20%.

La Bourse de Madrid, qui reculait déjà peu avant l'annonce sur l'Espagne, a dévissé dans les derniers échanges. L'Ibex-35 s'est replié de 2,99%.

Le gouvernement socialiste espagnol a lancé un appel au calme et à la "tranquillité des marchés".

"Nous avons un plan très sérieux de consolidation fiscale et de réduction du déficit pour le réduire à 3% en 2013. Nous avons adopté un plan d'austérité, nous avons mis en marche une réforme du marché du travail. Nous sommes en train d'adopter toutes les mesures pour tenir nos engagements", a réagi la vice-présidente du gouvernement Maria Teresa Fernandez de la Vega.

Le gouvernement espagnol a adopté fin janvier un plan d'économies de 50 milliards d'euros sur trois ans, et prévoit également des hausses d'impôts pour juillet.

Mardi, S&P avait dégradé la note du Portugal de deux crans, à "A-" contre "A+", visant des finances publiques "structurellement faibles".

Elle avait dans le même temps abaissé de trois crans la note de la Grèce, de "BBB+" à "BB+", la reléguant dans la catégorie des investissements spéculatifs en raison des "défis politique, économique et budgétaire auxquels doit faire face le gouvernement grec".

Avec une note de "AA", l'Espagne reste un pays sans risque, contrairement à la Grèce, dont le déficit public est d'au moins 13,6%.

Les responsables européens et du FMI ont cherché mercredi à accélérer le déblocage de l'aide UE-FMI nécessaire à la Grèce en mettant sous pression l'Allemagne, réticente.

"C'est la confiance dans l'ensemble de la zone euro qui est en jeu", a déclaré Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI.

Première publication : 28/04/2010

  • CRISE GRECQUE

    Les dirigeants européens s'emploient à rassurer les marchés

    En savoir plus

  • BOURSES

    La crise grecque sème la panique sur les places financières

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La note de la Grèce et celle du Portugal abaissées, les Bourses s'affolent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)