Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

Amériques

Bienvenue sur le compte Twitter du président Ch@vez

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2010

Après s'être prêté à l'exercice du blog, "el Comandante" ouvre un compte sur le site de microblogging Twitter. À peine fut-elle mise en ligne que la page @chavezcandanga comptabilisait déjà plus de 14 000 abonnés.

REUTERS - Le président vénézuélien Hugo Chavez s’est lancé mardi dans une arène déjà occupée par ses opposants en ouvrant un compte sur le site de microblogging Twitter.

Connu pour ses discours de plusieurs heures, Chavez devra désormais se limiter aux 140 caractères proposés par le site.

“Camarades, @chavezcandanga a été réservé, bientôt nous recevrons les messages de notre ‘Comandante’”, a annoncé le chef de l’autorité vénézuélienne des communications, Diosdado Cabello, sur son propre compte Twitter.

Dans certains pays le mot “candanga” se traduit par “diable”, mais au Venezuela il désigne une personne obstinée et rebelle, ou un perturbateur.

Dans la nuit de lundi à mardi, la page @chavezcandanga avait déjà plus de 14.000 “followers” et leur nombre augmentait rapidement, mais aucun message n’y avait encore été mis en ligne.

Lors d’une réunion du conseil des ministres en soirée, Chavez a conseillé à ses partisans de suivre ses premières déclarations dans la nuit. “Je vous conseille de suivre ma page après minuit, je vais me lâcher”, a-t-il dit en riant.

L’utilisation de Twitter a récemment explosé au Venezuela, avec une hausse des inscriptions supérieure à 1.000% en 2009. On y dénombre désormais plus de 200.000 comptes actifs.

Frustrés de le voir monopoliser les médias traditionnels, contraints par la loi à diffuser en intégralité ses longs discours, les opposants se sont tournés sur les sites de réseaux sociaux pour diffuser leurs critiques envers Hugo Chavez ou organiser des rassemblements et des manifestations.

Le président vénézuélien a déjà, à plusieurs reprises cette année, invité ses partisans à se manifester sur internet pour répondre aux opposants.

“Internet est un champ de bataille parce qu’un mouvement de conspiration s’y propage”, avait affirmé Chavez en mars.
 

Première publication : 28/04/2010

  • VENEZUELA

    Le cybermilitant Chavez prêt à lancer sa "révolution bolivarienne" sur le Net

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)