Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Economie

Agences de notation, mode d'emploi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2010

Gros plan sur le fonctionnement de Standard & Poor's, Fitch et Moody's, les trois principales agences de notation de la planète, dont les jugements peuvent, à tout moment, faire vaciller les bourses du monde entier.

Après avoir baissé, mardi dernier, la note de la dette souveraine du Portugal et de la Grèce, l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P’s) a récidivé, mercredi, avec celle de l’Espagne. Des ajustements qui affolent les bourses du monde entier et placent désormais la dette grecque parmi les placements "spéculatifs".

Athènes met en cause S&P’s et affirme que ses analyses prennent en compte de mauvaises données économiques, mais l'agence menace néanmoins d'abaisser encore sa note si le gouvernement grec n'agit pas rapidement.

"La contagion va gagner le Portugal, l’Espagne puis d’autres pays, ce qui pourrait relancer une récession mondiale", prévient Ali Fatemi, professeur à l’American Graduate School of Business and Economy de Paris.

Comment une simple note peut-elle avoir autant de conséquences sur l’économie mondiale ? Qui sont vraiment ces agences et pourquoi ont-elles acquis une telle importance ? Éléments de réponse.

Qui sont-elles ?

Une agence de notation financière ("credit rating agency", en anglais) est une entreprise chargée d'évaluer si une institution est capable, ou non, de rembourser ses dettes.

Les agences les plus importantes sont basées aux États-Unis. Les trois principales, Standard & Poor’s, Fitch et Moody’s, sont placées sous la surveillance du gendarme de la Bourse de Wall Street, la Securities and Exchange Commission (SEC).

À quoi correspondent leurs notes ?

Les agences donnent des notes à des institutions, des entreprises ou des États qui émettent des titres de créance négociables, comme les obligations.

Leurs notes reflètent le risque de non-remboursement d’un emprunt émis sur le marché en temps et en heure.

De AAA à D

Chez S&P’s, la catégorie la plus sûre, appelée "catégorie investissement", regroupe les notes AAA, AA+, AA, AA-, A+, A, A-, BBB+, BBB, BBB-. De nombreux États occidentaux, dont la France, bénéficient de la note la plus haute, AAA.

Les notes de solidité financière attribuées aux principaux pays européens

Allemagne : AAA
France : AAA
Pays-Bas : AAA
Espagne : AA
Irlande : AA
Italie : A+
Portugal : A-
Grèce* : BB+


* La Grèce est le premier pays européen à être rétrogradé en "catégorie spéculative", depuis le lancement de l’euro, en 1999.

Source : Standard & Poor's (au 28 avril 2010)

 

La "catégorie spéculative" regroupe les notes BB+, BB, BB-, B+, B, B-, CCC+, CCC, CCC-. La Grèce, qui vient de tomber dans cette catégorie, est désormais notée BB+. C’est la première fois depuis le lancement de la monnaie unique européenne, en 1999, qu’un pays de la zone euro obtient une note aussi basse.

En cas de défaut de paiement, les notes CC et D sont appliquées.

En dégradant les notes de la Grèce, du Portugal et de l’Espagne, S&P’s indique aux investisseurs ce qui les attend s’ils détiennent des obligations émises par ces pays. Toutefois, une note basse ne provoque pas forcément une vente massive des obligations de la part des investisseurs, de même qu’une bonne note ne garantit pas un placement sûr à 100 %.

Un système critiqué

Les agences sont régulièrement accusées de donner des bonnes notes aux entreprises et aux pays qui s’alignent sur les pratiques commerciales des États-Unis. Certains dénoncent également l’opacité de leur système de notation.

Mais les pays semblent impuissants à réduire leur influence. Chacune des annonces qu'elles ont faites jusqu'à présent se sont, en effet, aussitôt répercutées sur les marchés boursiers.

Première publication : 29/04/2010

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Standard and Poor's abaisse d'un cran la note de l'Espagne

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La note de la Grèce et celle du Portugal abaissées, les Bourses s'affolent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)