Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Sports

Sept associations françaises de supporters dissoutes par décret

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/04/2010

Deux mois après la mort d'un supporter parisien, tabassé après un match PSG-OM, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a ordonné la dissolution de sept associations de supporters, dont cinq liées au club de la capitale.

AFP - Sept associations de supporters de clubs de football de Ligue 1, cinq du Paris Saint-Germain, une de l'OGC Nice et une de l'Olympique lyonnais, ont été dissoutes jeudi pour violences, une mesure sans précédent dans le sport français.

Ces sept décrets du ministère de l'Intérieur, signés du Premier ministre François Fillon et du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, sont parus au Journal officiel.

Ils visent le PSG avec la dissolution de deux "groupements de fait" "Commando Loubard" et "Milice Paris" de la tribune Boulogne du Parc des Princes et de trois associations "Supras Auteuil 1991", "Paris 1970 la Grinta" et "Les Authentiks" de la tribune Auteuil. Ils concernent également l'OGC Nice ("groupement de fait" "Brigade Sud de Nice") et l'Olympique lyonnais (association "Cosa Nostra de Lyon").

Chaque dissolution est motivée par des actes de violence reprochés à ces associations ou "groupements de fait" au cours du championnat de football de la Ligue 1. Comme ces violents affrontements du 28 février, en marge du match PSG-OM à Paris, entre supporteurs parisiens. Un supporter de la tribune Boulogne avait alors été tabassé par des supporters de la tribune Auteuil et était décédé deux semaines plus tard de ses blessures.

Le ministre de l'Intérieur a tenu jeudi, dans un communiqué, à "souligner l'importance" de ces décisions en rappelant qu'à ce jour, "cette procédure n'avait abouti qu'à deux reprises, pour les +Boulogne Boys+ du PSG et la +Faction Metz+ du FC Metz en 2008". M. Hortefeux relève "l'ampleur sans précédent dans l'histoire du football français de l'action menée aujourd'hui par les pouvoirs publics".

Saisie à la suite "d'actes inadmissibles" poursuit M. Hortefeux, la Commission nationale consultative de prévention des violences lors des manifestations sportives, créée en 2006, lui "a rendu mardi ses avis". Il a "choisi de les suivre et de présenter au Premier ministre les sept décrets" nécessaires.

Ces sanctions, selon le ministre, "s'inscrivent dans une démarche résolue d'élimination de nos stades de pseudos supporteurs au comportement totalement insupportable".

Après avoir mis en place la division nationale de lutte contre le hooliganisme et les sections d'intervention rapide, il a demandé aux préfets "de recourir systématiquement à des mesures administratives d'interdiction de stade et d'appliquer les mesures prévues dans la +loi anti-bandes+ du 2 mars 2010, qui a fait passer cette interdiction de 3 à 6 mois et à 12 mois en cas de récidive".

654 interdictions de stade (514 administratives et 140 judiciaires) sont en cours, contre 311 au 1er février, selon l'Intérieur, qui note une "réduction très sensible du nombre d'incidents ces dernières semaines, suite aux mesures prises".

En concertation avec la Ligue de football professionnel, la Fédération française de football et les clubs, M. Hortefeux "entend poursuivre et amplifier les actions engagées pour ramener la sérénité de façon durable lors des rencontres sportives".

Ainsi, "plusieurs mesures législatives seront soumises lors de l'examen de la LOPPSI (loi d'orientation sur la sécurité intérieure, ndlr) par le Sénat en juin: mise en place d'un couvre-feu anti-hooligans, possibilité d'interdire les déplacements de supporteurs dangereux, obligation de pointage pour tous les interdits de stade et allongement de la durée d'interdiction".

Il s'agit, conclut M. Hortefeux, de "mettre les pseudos supporteurs hors jeu, et permettre aux véritables supporteurs de venir au stade en famille, entre amis et en toute tranquillité".
 

Première publication : 29/04/2010

  • FOOTBALL

    Les supporters du PSG privés de déplacements jusqu'à la fin de la saison

    En savoir plus

  • LIGUE 1

    Face à la radicalisation de ses supporters, le PSG prend des mesures draconiennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)