Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Economie

Steve Jobs daube sur Adobe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2010

Fait rare, Steve Jobs a publié un texte signé de sa main critiquant violemment Adobe, la société qui édite le populaire logiciel vidéo Flash. Le PDG d'Apple y explique pourquoi il refuse d'équiper ses iPhone et iPad de cette technologie.

AFP - Le PDG d'Apple Steve Jobs a pris la plume jeudi pour s'exprimer longuement sur l'absence du programme de vidéos Flash d'Adobe sur ses appareils portables, le jugeant démodé et l'accusant de brider les innovations apportées par Apple.

"Flash a été créé à l'ère des ordinateurs - pour les ordinateurs et les souris (..), mais à l'ère du portable il faut des appareils consommant peu de batterie, des interfaces tactiles et des standards ouvert, et Flash est déficient dans tous ces domaines", accuse M. Jobs.

Alors que la question taraude des internautes incapable de visionner sur leur iPhone,

Sur le blog Tech+Ultra

leur iPod Touch ou leur iPad des vidéos exigeant le programme Flash Player (75% de l'offre de vidéos sur internet, selon Adobe), M. Jobs assure que Flash, qui est développé pour plusieurs systèmes d'exploitation, impose "le plus petit dénominateur commun" aux développeurs.

Selon lui, "le but d'Adobe, ce n'est pas d'aider les développeurs à créer les meilleures applications pour l'iPhone, l'iPod et l'iPad" et Adobe "a été désespérément lent à adopter les améliorations apportées aux systèmes Apple".

Le patron d'Apple accuse aussi le système Flash d'être "fermé", ce qui est paradoxalement un reproche surtout fait à Apple. Il lui reproche aussi d'entraîner des pannes à répétition, d'être gourmand en batterie et d'être mal adapté à la technologie des écrans tactiles.

"L'avalanche de médias qui proposent leurs programmes sur les appareils Apple révèle que Flash n'est plus nécessaire pour regarder des vidéos", conclut-il.

Première publication : 30/04/2010

COMMENTAIRE(S)