Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Economie

Steve Jobs daube sur Adobe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2010

Fait rare, Steve Jobs a publié un texte signé de sa main critiquant violemment Adobe, la société qui édite le populaire logiciel vidéo Flash. Le PDG d'Apple y explique pourquoi il refuse d'équiper ses iPhone et iPad de cette technologie.

AFP - Le PDG d'Apple Steve Jobs a pris la plume jeudi pour s'exprimer longuement sur l'absence du programme de vidéos Flash d'Adobe sur ses appareils portables, le jugeant démodé et l'accusant de brider les innovations apportées par Apple.

"Flash a été créé à l'ère des ordinateurs - pour les ordinateurs et les souris (..), mais à l'ère du portable il faut des appareils consommant peu de batterie, des interfaces tactiles et des standards ouvert, et Flash est déficient dans tous ces domaines", accuse M. Jobs.

Alors que la question taraude des internautes incapable de visionner sur leur iPhone,

Sur le blog Tech+Ultra

leur iPod Touch ou leur iPad des vidéos exigeant le programme Flash Player (75% de l'offre de vidéos sur internet, selon Adobe), M. Jobs assure que Flash, qui est développé pour plusieurs systèmes d'exploitation, impose "le plus petit dénominateur commun" aux développeurs.

Selon lui, "le but d'Adobe, ce n'est pas d'aider les développeurs à créer les meilleures applications pour l'iPhone, l'iPod et l'iPad" et Adobe "a été désespérément lent à adopter les améliorations apportées aux systèmes Apple".

Le patron d'Apple accuse aussi le système Flash d'être "fermé", ce qui est paradoxalement un reproche surtout fait à Apple. Il lui reproche aussi d'entraîner des pannes à répétition, d'être gourmand en batterie et d'être mal adapté à la technologie des écrans tactiles.

"L'avalanche de médias qui proposent leurs programmes sur les appareils Apple révèle que Flash n'est plus nécessaire pour regarder des vidéos", conclut-il.

Première publication : 30/04/2010

COMMENTAIRE(S)